Archives pour la catégorie DIASPORA Algerienne

Je suis un descendant de « Ouled darraj »

L’origine des noms en Algérie

 


L’entreprise de dislocation filiale perpétrée à l’état civil colonial à partir de 1882 s’est faite sentir sur des générations entières.

Sous l’ombre tutélaire de Mostefa Lacheraf, un débat des plus passionnants s’est déroulé au pavillon central du SILA, sur l’origine des noms en Algérie. Il s’agissait d’un cycle de conférences réparties sur deux jours (les 2 et 3 novembre), dédiées à la reconstitution de notre histoire sociale et culturelle à travers une approche «onomastique», mot savant qui désigne la science des noms. Si la première journée s’est concentrée sur la «toponymie», c’est-à-dire les noms de lieux, la journée de mardi, quant à elle, a été consacrée à l’étude des noms propres (ou «anthroponymie») issus de notre patrimoine onomastique.

Le colloque a été organisé à l’initiative de l’Unité de recherche sur les systèmes de dénomination en Algérie (Rasyd), relevant du Crasc. Et comme ont tenu à le souligner les organisateurs, ce colloque s’est voulu aussi un hommage à Mostefa Lacheraf et fit, d’ailleurs, largement écho à son dernier livre majeur, Des noms et des lieux (Casbah, 1998). Parmi les intervenants à ces rencontres, le professeur Farid Benramdane a régalé l’assistance par un exposé de haute facture sur l’origine des noms propres en Algérie en mettant à nu l’entreprise de dislocation filiale perpétrée par l’état civil colonial à partir de 1882.

M. Benramdane est professeur à l’université de Mostaganem, directeur du laboratoire Environnement linguistique et usages du français en Algérie (Elilaf) et chef de la division toponymie dans l’unité de recherche Rasyd. Alliant érudition et pédagogie, le professeur Benramdane a expliqué que l’identité est d’abord une affaire de noms propres. «Chaque société a un stock de noms propres», a-t-il dit. Il a noté qu’historiquement, les noms, en Algérie, «sont des noms de synthèse». Il a distingué, à ce propos, trois souches fondamentales dont dérivent nos noms propres : la couche libyco-berbère, la couche arabe qui englobe aussi la strate phénico-punique, à quoi s’ajoutent ce qu’il a appelé «les contaminations étrangères» (gréco-latines, turques, espagnoles, françaises, etc).

Il a toutefois considéré que «le substrat de base reste le libyco-berbère». Il a souligné que «la terre et sa dénomination est au cœur du dispositif onomastique algérien. Les noms des grandes tribus fondatrices du Maghreb, les Sanhadja, Kotama, Matmata, Meknassa, Louata, Meghila, ont un sens par rapport au sol», alors qu’«au Machreq, (les noms des tribus) ont un rapport au sang».

«Les noms au Maghreb ont un rapport à la terre»

Farid Benramdane a indiqué que «quand on est sur cette couche (libyco-berbère), on est sur des milliers d’années». Il a cité, par exemple, «Idir» et sa variante «Yedder» : «Ce nom est inscrit sur une stèle archéologique datée de 2000 ans.» Il a ajouté : «Si vous voulez connaître dans une région les noms les plus anciens, il faut interroger les noms des cours d’eau et les noms des montagnes parce qu’ils restent sur des milliers d’années.» Le conférencier a fait défiler, moyennant un data show, des listes entières de noms embrassant de vastes ères généalogiques.

Dans le lot, des noms d’origine latine, à l’exemple de «Maaouche» qui vient de «Marius», «Hammadouche» de «Amadeus». Cet inventaire recense aussi les noms d’origine biblique comme «Rabéa», une déformation de «Rebecca», selon le conférencier. On l’aura compris : le propos du conférencier était de dire combien le patrimoine anthroponymique algérien est riche et, surtout, ancien. Citant par exemple la grande tribu des Zénètes, il a dit, en forme de boutade : «Les Zenata, c’est un nom tellement ancien que seul Dieu en connaît l’origine.» Le professeur Benramdane s’est attaché ensuite à disséquer le système de dénomination mis en place par l’administration coloniale. «La France a travaillé sur deux choses : la terre et la personne.

Pour la terre, il y a eu le Sénatus-consulte (1863), et pour les personnes, ce fut la loi sur l’état civil de 1882.» Le chercheur a souligné qu’à l’arrivée des Français, le système des noms en Algérie était à dominante ethnonymique. Il rappelle que l’Algérie était alors organisée en grandes confédérations tribales : «Il y avait bled Meknassa, bled Halouia, Beni Mediène, Beni Louma, Ouled Haouar, Ouled Derradji… C’étaient des noms de tribus qui étaient, en même temps, des noms de territoires.

Il n’ y avait pas de wilaya comme aujourd’hui. Tiaret s’appelait bled Sersou, Aïn Témouchent, c’était bled Oulhaça, Batna, c’était bled Nememcha. Mais la France a cassé tout ça. Il fallait casser la tribu, casser le territoire pour occuper l’espace.» Le conférencier a poursuivi : «Le système de filiation était de type agnatique (lignée basée sur les ascendants hommes, ndlr), patrilinéaire et tribal, avec la chaîne des prénoms. Exemple : Ali ben Mohamed ben Slimane. Dans notre tradition, la filiation est orale. La France, c’est l’écrit. La France va imposer le nom de famille.» Pour Farid Benramdane, la chaîne anthroponymique traditionnelle consacrait une identité séculaire, «tandis que là, on te donne un nom de famille qui n’a aucune identité».

Citant Ageron, il a dit : «L’état civil devait être une œuvre de dénationalisation». Le but était de «franciser les noms indigènes pour favoriser les mariages mixtes». «La francisation devait toucher les noms pour aboutir à la fusion des peuples.» A l’appui, ces quelques exemples édifiants : «Farid» qui devient «Alfred», «Naïma» se transforme en «Noémie», «Habib» en «Abib», «Hamr El Aïn» en «Hamerlin»… A partir de là, il ne faut pas s’étonner, a relevé l’orateur, qu’il y ait tant d’erreurs de noms, de dégâts patronymiques, dans les registres de l’état civil. «C’est parce que notre état civil perpétue ce qu’a fait la France.

Quand tu fais le S12, tu vas encore fixer la déstructuration au lieu de revenir à l’écriture originelle des noms», a regretté l’expert en onomastique. Pour lui, c’est un véritable «onomacide sémantique». Un massacre des noms.Analysant la structure de l’identité algérienne, Farid Benramdane a rappelé que celle-ci «est constituée de trois composantes : l’islamité, l’amazighité et l’arabité. Mais ce ne sont que des composantes. C’est un match de football avec trois ballons.

Qu’est-ce qui va faire le lien entre l’amazighité, l’arabité et l’islamité ? C’est l’algérianité qui est un mélange. Il y a des noms purement algériens». L’orateur nous apprend que parmi les noms inspirés des attributs de Dieu (asmaa Allah al hosna), «il n’y a qu’en Algérie qu’il y a Abdelkader», un nom qui donnera lieu à plusieurs déclinaisons typiquement algériennes : Kaddour, Abdekka, Kada, Kouider…

«Onomacide» et massacre des noms

Au cours du débat, Farid Benramdane est revu sur la pagaille orthographique constatée dans la transcription des noms. «C’est un très grand problème», dit-il. «Il n’y a pas un Algérien qui n’ait un problème avec son nom !» Le tribunal de Sidi M’hamed enregistre à lui seul, a-t-il rapporté, 40 000 requêtes annuellement de rectification de nom. «Ce qu’on a essayé d’expliquer aux autorités est que ce n’est pas un problème technique. Il y a des présupposés coloniaux qu’on ne maîtrise pas.

Tant qu’on ne revient pas aux fondements de l’état civil de 1882, on ne comprendra pas l’origine du problème.» Le professeur Benramdane a rappelé le travail qu’il a accompli avec d’autres chercheurs sur la question de l’état civil justement, et qui a donné lieu à un précieux ouvrage : Des noms et des… noms : état civil et anthroponymie en Algérie (Oran, Crasc, 2005). «Dix ans sont passés depuis ce livre. En dix ans, il y a eu au moins 7 millions de nouveaux-nés.

On aurait pu au moins normaliser les prénoms», a déploré l’orateur. Il a aussi évoqué le cas des familles de même arbre généalogique, et qui se retrouvent avec des noms éclatés. «La France a attribué des patronymes différents. Ils ont un même nom, mais avec des écritures différentes. Mostefa Lacheraf appelle cela ‘‘l’étiquetage’’. Pour maîtriser la rébellion, ils lui ont donné une lettre de l’alphabet à chaque douar. On a parqué les populations algériennes à partir des lettres de l’alphabet. L’administration ne se rend pas compte du degré de déstructuration qui a été commise pendant la période coloniale.»

Évacuation brutale et injustifiée de la mosquée de Clichy

https://twitter.com/Ant_Baudino/status/844596499006787584Évacuation brutale et injustifiée de la mosquée de Clichy

Le CCIF a appris avec effarement l’évacuation ce matin à 8h30 de la mosquée de Clichy située au centre ville par les CRS et la police nationale.

L’association et les fidèles de la mosquée ont contacté notre service d’assistance.

Nous apportons tout notre soutien à la communauté musulmane de Clichy, victime d’un procédé d’expulsion indigne des valeurs prônées par la République.

Ce sont en effet des fidèles présents sur place qui ont été brutalement évacués des lieux, dont de nombreuses personnes âgées.

Par ailleurs, les forces de l’ordre envoyés sur les lieux n’ont aucunement respecté la sacralité, due à tous lieux de culte.

Les tapis de prière foulés par les bottes des CRS symbolisent terriblement la manière dont les autorités « gèrent » le culte musulman en France : une relation basée uniquement sur le contrôle d’une population, par des injonctions et humiliations répétées. Ce sont bien les moyens de la République qui ont été utilisés aujourd’hui contre des fidèles pacifiques qui ne demandent qu’une chose : maintenir un lieu de culte largement utilisé par des milliers de citoyens de la ville et des alentours.

Ces pratiques dignes d’un état policier ne devraient plus exister en France.

Nous tenons à rappeler que la liberté de culte fait partie des libertés fondamentales d’un état de droit. La mosquée de Clichy appartient à la communauté musulmane de Clichy qui la fréquente déjà depuis plusieurs années. Aujourd’hui, ce sont des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants qui sont directement impactés par cette descente policière. La mosquée n’est pas qu’un lieu de prière, mais aussi un lieu de rencontre dans lequel est organisé de nombreuses activités éducatives et culturelles.

Le CCIF communiquera dès demain en donnant la parole aux premiers concernés : les habitants de Clichy.

Nous serons déterminés à défendre les droits fondamentaux de ces communautés locales, qui comme tous leurs concitoyens, ont droit à la liberté de culte, tout en rejetant l’instrumentalisation politique qui est faite de leur appartenance religieuse, en période électorale.

Algerie:Je deballe tout…..ras le bol de cette caste..

Autant rehabiliter tous les assassins criminels..netanyahou… pinochet…polpot..petain… et pourquoi pas hitler ,mussolini et compagnie,quel funeste pied de nez á tous nos  martyrs les torturés,les orphelins,les victimes directs et indirects en resumé au peuple Algerien!tout comme la rehabilitation de messali hadj..l’enterrement de roger hanin en Algerie….. le defilé de notre armée aux champs elysées…Pendant que vous y etes invité Enrico macias le sioniste…,la Laurence haim..le macron qui visite la tombe de roger…il ne le connaît méme pas c’est juste pour affirmer la presence sioniste dans notre pays…Que devient notre pays…pourquoi?,dans quel but?,sommes nous á ce point haïs par la caste infecté par le harkisme….la plus part d’entre eux ont des trples nationalités..et possèdent des biens immobiliers..a l’etranger…quel jeu nouveau de dupes tramait vous?,vous avez tous pris,les richesses,la culture,notre identité,vidés les caisses,ruinés notre  avenir et plus encore,l’avenir de même ce ne sont pas encore de ce monde,les générations à venir..ou allez vous?,vers ou?,que voulez vous au juste?,vous savez á force de nous piêtiner,il arrivera le jour ou nous n’aurons plus rien á perdre et surtout les capacités mentales de garder notre sang froid,car mort pour mort autant l’être pour de vrai,et vou y’auriez largement contribués,arrêtez vous un instant regarder le champs de ruine qui vous entoure,et surtout posez vous la question:qui suis je….

Pourquoi cette indignation sélective ? la réhabilitation de Messali est aussi scandaleuse que celle de ce bengana, voire pire. Même la surdimension donnée à l’Emir qui a fini comme l’ami de la france, au détriment d’autres résistants mort au combat ou exilé, est un pied de nez à l’histoire. Concernant les archives que la France refuse de nous rrestituer..on comprend pourquoi…cela devoilerer vos trahisons…de bengana,à saidani,à djemai,de tliba,à  chakib, de ghoul à béjaoui et sa famille et d’autres opportunistes comme le franco fraichement Algerien le rachid nekkaz ,l’homme soit-disant providentiel des folies bergeres..le para-chuté,qui fut méme reçu par certains leaders de l’opposition…et lorsqu’ un ministre refuse le spirituel et le temporel..que nous restent ‘ils …Pour conclure je vous souhaite la  malédiction pour le  non respect du serment faite aux chahids et vrais moudjahids….H.B.Lakhdar

le colonisateur me parle de progrès, de ‘’réalisations », de maladies guéries, de niveaux de vie élevés au-dessus d’eux-mêmes. Moi, je parle de sociétés vidées d’elles-mêmes, des cultures piétinées, d’institutions minées, de terres confisquées, de religions assassinées, de magnificences artistiques anéanties, d’extraordinaires possibilités supprimées. (…) Je parle de millions d’hommes à qui on a inculqué savamment la peur, le complexe d’infériorité, le tremblement, l’agenouillement, le désespoir, le larbinisme (…).»

La colonisation : Oeuvre négative et crime contre l'humanité

Un coup d’éclair dans un ciel déjà électrisé par les affaires en France lors de l’élection présidentielle. Le candidat Emmanuel Macron de passage à Alger venu tâter le pouls indirectement de la perception algérienne de l’élection française eu égard aux liens de sang entre les deux peuples déclare au journal Echorouk News: «La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime, c’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes.» Des propos qui ont déclenché des protestations de la part de la droite et de l’extrême droite.

On prête à Emmanuel Macron de vouloir capter potentiellement un électorat issu de l’émigration. Ce qui est sûr c’est qu’il va s’aliéner l’électorat de Droite, et celui du reliquat des rapatriés habitant le Sud de la France qui à des degrés divers ont souffert du déracinement et de cette fuite dans le chaos que même les dirigeants du FLN n’appréhendaient pas être aussi forte c’était sans compter sur la politique de la terre brûlée mise en œuvre par l’OAS qui a tout fait pour créer les conditions du chaos mais aussi des révolutionnaires de la vingt cinquième heure qui voulant se rattraper se seraient rendus coupables d’exactions envers les Européens d’Algérie ce qui a précipité le divorce définitif des deux communautés

Les négationnistes niant l’évidence

Qui trouve-t-on dans le landerneau chauvin de la droite? Les positions de l’extrême droite sont connues à l’instar du guide Jean-Marie Le Pen tortionnaire devant l’Eternel et qui à titre d’exemple de ses multiples basses oeuvres, oublia son poignard lors d’une perquisition et un interrogatoire- torture à mort dans un appartement, poignard exhibé bien plus tard par le fils du torturé avec les initiales J.M Le Pen 1er R.e.p. Avec Le Pen tous les racistes revanchards et les petits pieds-noirs entraînés dans la tourmente et sensibles au discours de l’OAS qui a tout fait pour diviser les deux communautés, à l’indépendance commettant l’irréparable.

Parmi les enragés, il y a les émigrés de la deuxième ou troisième génération qui sont plus royalistes que le roi, on y trouve beaucoup d’Italiens, de Libanais, de Roumains, de Hongrois, d’Arméniens. La France c’est eux il n’y a qu’eux qui doivent en parler. Le filon Algérie est porteur, il permet de capter des voix. A des degrés divers ils ont une histoire avec l’Algérie. Il y a Gérald Moussa Darmanin qui déclare: «Honte à Emmanuel Macron qui insulte la France à l’étranger: crachats inacceptables sur la tombe des français tirailleurs, supplétifs, harkis morts pour une France qu’ils aimaient.» «Son grand-père, Moussa Ouakid, né en 1907, d’origine algérienne, adjudant-chef dans l’armée française, fut fait prisonnier et a participé à la Libération en 1945 et participe ensuite à la Guerre d’Algérie dans l’armée française.» (1)

Il y a Christian Estrosi: «Je suis bouleversé qu’une personnalité politique telle que Emmanuel Macron vienne aujourd’hui discréditer la grande histoire de France. Christian Estrosi, fils unique d’un immigrant italien, débute d’abord comme pilote de Grand Prix motocycliste ce qui lui vaudra plus tard le surnom de ‘motodidacte » (…)» (2)

Il y a naturellement la droite à la fois sensible au discours des races supérieures de la suprématie de la race blanche et quelque part croisés des temps modernes. Gérard Longuet et «souchien» en sera l’un des tenants «(…) Au printemps 1964, il prend part, en compagnie d’Alain Madelin, à la création du mouvement Occident, groupuscule d’extrême droite (…) Il rejoint le Groupe union défense (GUD), groupuscule d’extrême droite puis Ordre nouveau, (…) Après avoir manifesté par un bras d’honneur son opposition personnelle à la demande formulée par l’Algérie d’«une reconnaissance franche des crimes perpétrés» par le colonialisme français, Gérard Longuet a expliqué: «La France n’a pas à avoir honte de sa présence en Algérie pendant la colonisation.» (3)

L’autre exemple nous est donné par François Fillon et sa haine viscérale de l’islam. Il n’est que de lire sa dernière logorrhée, un brûlot où il donne sa vision de l’islam certes, en y mettant les formes, mais on sent le parti pris irréductible.

Mais il y a pire qu’eux, ce sont les gauchistes – pas tous heureusement- dans un langage ambigu se déclarent progressistes pour la liberté des peuples et contre la colonisation. Nous avons un échantillon avec le plus illustre d’entre eux, François Mitterrand, qui signa la mise à mort de près de 200 patriotes envoyés à la guillotine…

Massacre de masse ou génocide?

Apparemment le mot génocide est interdit pour qualifier les atrocités en Algérie, c’est dit on une marque déposée pour qualifier les massacres de masse à l’endroit des Juifs sous le IIIe Reich . Le mot ayant été proposé par Raphaël Lemkin intellectuel juif rescapé des camps de la mort, nazi. Benjami Stora utilisera le mot massacre de masse pour qualifier les millions de morts algériens depuis l’invasion coloniale, la colonisation proprement dite et la Révolution de Novembre de1954

On ne peut mieux résumer cette période noire avec les mots de Jaurès citant Clemenceau le 27 mars 1908: «On a tué, massacré, violé, pillé tout à l’aise dans un pays sans défense, l’histoire de cette frénésie de meurtres et de rapines ne sera jamais connue, les Européens ayant trop de motifs pour faire le silence (…). Rien n’est plus contraire aux intérêts français que cette politique de barbarie.» Rappelons nous les enfumades des tribus d’Oued Riah du Dahra en mai-juin 1845. Avec Bugeaud, Cavaignac et Saint Arnaud, dont Victor Hugo a pu dire qu’il avait les états de service d’un chacal. Nous pouvons déduire ce que furent les massacres de masse en Algérie en ajoutant d’abord les dizaines de milliers de morts algériens sur les théâtres de guerre pour la France à partir de 1837, Pour rappel Les régiments de tirailleurs algériens écrivirent pour l’armée française parmi les pages les plus glorieuses de son histoire. Ils furent de tous les conflits au nombre de 11 ils participent à toutes les campagnes du Second Empire et de la IIIe République et de la IVe République» (4)

En 1854 lors du siège de Sébastopol (1853-1856) sur 2800 tirailleurs envoyés en Crimée, plus de 900 sont tués ou blessés. Durant la guerre de 1870-71, les trois régiments de tirailleurs (environ 9000 hommes) sont envoyés en France où ils combattent lors des batailles de Wissembourg et Froeschwiller-Woerth. Les régiments sont décimés et après Froeschwiller, le 2e Tirailleurs ne compte plus que 450 hommes valides sur 3000. Après la défaite de Sedan du 2 septembre 1870, un régiment de tirailleurs combat dans l’Armée de la Loire. Leurs pertes sont estimées à 5000 tués La Marche des Tirailleurs ou Chant des Turcos relate l’exploit du 2e Régiment de Tirailleurs algériens à Froeschwiller le 6 août 1870. Les Tirailleurs chargèrent les canons prussiens et furent anéanti à 90%.» (4)

Si on y ajoute les dizaines de milliers de morts du carnage de mai 1945, le million de morts de la Révolution de Novembre 1954. C’est au total au bas mot 5 millions d’Algériens qui passèrent de vie à trépas pour des causes diverses: l’acharnement bestial de l’armée d’Afrique, les famines et la maladie qui eurent leurs dîmes de plus d’un million et demi de morts, ensuite les vies «offertes» pour la gloire et l’honneur de la France et enfin la répression du pouvoir colonial pendant une durée de 132 ans d’une occupation sans partage envers un peuple qui n’aspirait qu’à vivre dans la dignité. Un simple calcul – à titre indicatif-montre que pendant les 132 ans de l’invasion brutale d’un pays sans défense, et la colonisation criminelle soit 13500 mois, c’est en moyenne 360 morts par mois, 12 morts/jour ou encore un mort de mort violente toutes les deux heures pendant 132 ans.» (4)

Dès 2010 Fillon avait admis que la colonisation était un crime contre l’humanité

Curieusement, Fillon, qui tire à boulets rouges sur Macron, avait reconnu par deux fois que la colonisation était un crime contre l’humanité. En 2010, François Fillon Premier ministre avait procédé à une modification du droit pénal pour se conformer aux principes portés par la Cour pénale internationale stipulant que le crime de génocide, caractérisé par une volonté manifeste de nuire ou d’exterminer une population civile. Cela s’applique tout à fait à ce qui s’est passé en Algérie.

« Fillon oublie ce qu’il disait lui-même récemment: «Cette repentance permanente est indigne d’un candidat à la présidence de la République», a réagi François Fillon, au cours d’un meeting à Compiègne, ce mercredi 15 février. Il qualifiait lui-même la colonisation et l’esclavage d »abomination» dans une interview accordée la semaine dernière au Quotidien de la Réunion. Également interrogé sur le passé colonial de la France par la chaîne Reunion 1er, François Fillon avait, là aussi, lié colonisation et esclavage pour les dénoncer vigoureusement: «Que cela soit la colonisation ou que cela soit l’esclavage. L’esclavage est le crime le plus abominable qui n’ait jamais été commis par l’humanité». Déjà, en octobre 2016 sur France 2, François Fillon, à l’époque candidat à la primaire, avait été interpellé par un syndicaliste guadeloupéen, «Bien sûr que la colonisation est aujourd’hui, avec les critères qui sont les nôtres, un crime. Bien sûr» avait-il expliqué.» (5)

Oui, la colonisation est un crime contre l’humanité

«Pour Bruno Guigue, la réaction chauvine suscitée par ses propos, en tout cas, montre que le révisionnisme colonial fait partie de l’ADN de la droite française. Il faut les entendre fulminer, ces humanistes à géométrie variable, lorsque cette page sinistre de l’histoire de France est pointée du doigt.(…)Contre ces impostures réactionnaires, il faut relire ce qu’écrivait Aimé Césaire en 1955 dans son magnifique ´´Discours sur le colonialisme´´. Il citait le colonel de Montagnac, l’un des conquérants de l’Algérie: «Pour chasser les idées qui m’assiègent quelquefois, je fais couper des têtes, non pas des têtes d’artichauts, mais bien des têtes d’hommes.» Il donnait la parole au comte d’Herisson: «Il est vrai que nous rapportons un plein baril d’oreilles récoltées, paire à paire, sur les prisonniers, amis ou ennemis´´.(…) Partout, la conquête coloniale fut effroyable. Le colonisateur au drapeau tricolore l’a déshonoré, ce drapeau. Il l’a noyé dans le sang des peuples martyrisés par ceux qui prétendaient leur apporter la civilisation au bout du fusil.(…)». (6)

«Pour l’historien Benyamin Stora, Emmanuel Macron a pris soin de rappeler la face civilisatrice, par effraction, de la colonisation. Ce n’est pas la première fois qu’un homme politique tient des propos analogues – sans aller jusqu’à la qualification de crime contre l’humanité. En 2007, Nicolas Sarkozy avait condamné fortement la colonisation ainsi que François Hollande. Du coup, cela tend à politiser le débat et à en faire une affaire franco-française. A la question «La colonisation est-elle un crime contre l’humanité?» Benjamin Stora répond: «Cela fait très longtemps que les historiens ont apporté la preuve de massacres, de crimes, de tortures durant la longue période de la colonisation » (7).

Benjamin Stora nous informe que Michel Rocard avait tenté de faire jugé un criminel parmi tant d’autres en vain « En 1959,écrit-il Michel Rocard publiait un rapport concluant à des déplacements de 2 millions de paysans en Algérie. Mais la France a construit un système juridique qui fait qu’aucune plainte ne peut aboutir et que cette période ne peut être jugée. Il est indispensable, pour qu’un crime contre l’humanité soit reconnu, qu’un Etat ou un particulier dépose plainte. C’est ce qu’avait tenté de faire Rocard en attaquant en 1986 Jean-Marie Le Pen pour torture pendant la guerre d’Algérie. Mais, en raison des lois d’amnistie votées dans les années 1960, aucune plainte ne peut aboutir. Seules des poursuites devant des tribunaux internationaux pourraient débloquer le processus ». (7)

« C’est un problème d’autant plus insoluble qu’en France, dès que l’on prononce les mots «crimes contre l’humanité», le débat se clôt ou se politise. Il est quasiment interdit d’évoquer tout acte de violence commis par la France pendant la colonisation. On oppose immédiatement l’apport des «Lumières», l’oeuvre civilisatrice de la France… Or, en matière de colonisation, la France a bâti un faux modèle républicain: elle a proclamé le principe d’égalité, mais ne l’a que rarement mis en pratique. Les «crimes contre l’humanité» incluent aussi bien des génocides comme la Shoah ou celui des Arméniens que des massacres de masse perpétrés en Afrique ou en Algérie.» (7)

La colonisation «crime contre l’humanité»: Pourquoi Macron a raison

C’est la conviction de Bruno-Roger Petit qui nous explique pourquoi Macron a raison: «Emmanuel Macron a juridiquement tort, mais a-t-il politiquement raison? Le pénal suffit-il à caractériser le moral? Relisons Bel ami, ces pages d’introduction où Maupassant campe le personnage de Georges Duroy, déambulant dans Paris en quête de destin: «Et il se rappelait ses deux années d’Afrique, la façon dont il rançonnait les Arabes dans les petits postes du Sud. Et un sourire cruel et gai passa sur ses lèvres au souvenir d’une escapade qui avait coûté la vie à trois hommes de la tribu des Ouled-Alane et qui leur avait valu, à ses camarades et à lui, vingt poules, deux moutons et de l’or, et de quoi rire pendant six mois. On n’avait jamais trouvé les coupables, qu’on n’avait guère cherché d’ailleurs, l’Arabe étant un peu considéré comme la proie naturelle du soldat». Maupassant livre une anecdote. Que l’on devine vraie. Que l’on sait ordinaire, dans le sens où elle est répétée à l’infini depuis que la France s’est emparée de l’Algérie. Et que cela va encore durer soixante-dix ans. Comment dire mieux la colonisation française, sa violence et son injustice? Comment ne pas comprendre les traces laissées dans la conscience d’un peuple? Comment nier l’indélébile empreinte mémorielle?» (8)

Bruno Roger Petit poursuit: «Emmanuel Macron raconte une histoire que bien des Français n’ont pas envie d’entendre. Parce qu’il la raconte du point de vue des victimes. (..)Après Vichy, la colonisation est le passé qui ne passe pas, et la polémique déclenchée par le propos de Macron en atteste. Alors haro sur Macron qui ne connaît pas le droit… «faute politique», «faute historique», «faute juridique» disent-ils. Mais il n’en est pas un pour dire «faute morale».(…) Quitte à oublier Clemenceau et son célèbre discours de 1885 qui, répondant à l’apologie des vertus de la colonisation énoncée par Jules Ferry, avait dressé cet impressionnant réquisitoire: «Regardez l’histoire de la conquête de ces peuples que vous dites barbares et vous y verrez la violence, tous les crimes déchaînés, l’oppression, le sang coulant à flots, le faible opprimé, tyrannisé par le vainqueur! Voilà l’histoire de votre civilisation! Combien de crimes atroces, effroyables ont été commis au nom de la justice et de la civilisation. Je ne dis rien des vices que l’Européen apporte avec lui: de l’alcool, de l’opium qu’il répand, qu’il impose s’il lui plaît. Et c’est un pareil système que vous essayez de justifier en France dans la patrie des droits de l’homme!»» (8)

Conclusion

« La colonisation déclare l’historien Pascal Blanchard, en soi n’est pas juridiquement un « crime contre l’humanité », ce n’est pas le même phénomène que l’esclavage. Même si les textes internationaux énoncent que « les crimes contre l’humanité doivent être commis par une puissance étatique qui pratique une politique d’hégémonie idéologique ». Par contre, certaines pages de l’Histoire de la colonisation, comme la conquête de l’Algérie, de 1830 à 1842, celle de l’Indochine, ou encore la grande révolte et sa répression en Nouvelle-Calédonie en 1878 et la guerre au Cameroun dans les années 1950, ont été de l’ordre de l’inacceptable, et donc du crime contre l’humanité au regard des « faits ». Y compris au regard du droit français, depuis la loi du 26 décembre 1964 où la notion de crime contre l’humanité fait son apparition dans le code pénal. On est dans un pays paradoxal avec 12 744 musées, mais il n’y en a aucun qui traite, parle ou appréhende l’Histoire coloniale. Quand l’Histoire ne peut pas rentrer au musée, c’est qu’elle est encore brûlante, manipulée aussi ou qu’elle n’a pas trouvé le temps de l’apaisement des mémoires. Elle reste donc dans le champ du politique, des manipulations de l’histoire et des mémoires en conflit ». (9)

Pour nous la colonisation fut un génocide dans la durée avec un traumatisme toujours actuel, cent trente deux ans après, nous n’arrivons pas à guérir de cette invasion d’un beau matin de juillet 1830, nous n’arrivons pas à faire notre deuil du fait de l’arrogance à géométrie variable de la puissance qui seule se croit autorisée à dicter la norme, de ce que c’est qu’un massacre, un génocide, une oeuvre positive..qui est en réalité une oeuvre négative

Nul doute que cette déclaration marquera un tournant, mais il est inutile d’attendre une quelconque repentance de la génération actuelle en France. L’Algérie se devrait de rester digne, et de ne pas verser dans la solution mercantile de miettes pour solde de tout compte. Elle devrait peut-être rassurer la France que la douleur algérienne n’est pas une pompe à finance qui commerce de la dignité des millions de morts pour avoir seulement lutté pour la liberté du pays.

FICTION….la marine en Algerie….

 La marine, si elle vient en Algérie elle est capable de faire un coup tordu aux dépens du pays et des responsables juste pour se faire de la publicité. Se rappeler du cas Valls lors de sa dernière visite, sa réaction a été un affront pour le pays tout entier.c est une question qu on ne peut imaginer et penser …elle a ete au Liban…le collard a des origines libannaise,
 Ce parti politique est sous la coupe de névrosés franco-israéliens (son mari Louis Aliot, Florian Philippot (homosexuel), Damien Philippot, Gilbert Collard, Jean-François Jalkh, David Rachline, …etc.  Marine Le Pen a été reçue au Liban et en Egypte,(à El Azar) cela démontre que les dirigeants de ces pays moyen-orientaux sont inconscients et tarés ou complice car une communauté musulmane vit en france..cette communauté est  la brebie galleuse de ce parti surtout la communautée Algerienne…Recevoir ces gens racistes..haineux..exige des clartées..il y aurait beaucoup à dire sur ces contacts.  Espérant que les futurs dirigeants Algériens, oserons en parler…et mettre les points sur les i..car celà ne peut continuer…quitte a claquer la porte de la ligue des larbins arabe…Pour en revenir au principal responsable….La faute n’est pas celle de la France qui redoute plus que tous la condamnation de l’histoire si d’aventure le premier aveu de culpabilité sortait de son propre ventre. L’alibi des bienfaits de la colonisation est le seul qu’elle exhibe devant nos faces d’anciens colonisés pour justifier ce plus d’un siècle de tueries, de massacres à cadence industrielle de populations désarmées, de déportations par milliers des indépendantistes algériens. La faute nous incombe à nous, indignes héritiers qui n’avons pas su garder une indépendance arrosée avec le sang des martyrs. A nous Algériens, avec ce même complexe d’indigène volé au temps, les yeux au sol devant la froideur des aéroports français. Nous qui n’osons même plus demander à la France non pas de se repentir mais seulement de reconnaître ses torts. Macron, dans un grand élan électoraliste, l’a fait déclarant que la colonisation est un crime contre l’humanité. Mais Macron n’est pas la France, par contre, nous on doit être l’Algérie. Ne plus laisser faire une poignée d’aventuriers révisionnistes. Explication de la  colonisation pour les nuls, c’est quand tu es tranquillement installé chez toi, en compagnie des tiens, et qu’une bande de voleurs puissamment armée enfonce ta porte. S’installe chez toi, dans ton salon chichement meublé, et entreprend de refaire la déco sans demander ton avis. Elle accroche une télé high-tech grand écran, des meubles Louis et un chiffre, repeint et refait la dalle de sol. A la fin, tu es content si on te donne un grand coup de pied à l’arrière-train et qu’on te laisse en vie. C’est une colonisation caricaturée à l’extrême mais qui n’en est pas moins plus proche de la vérité que tous les discours de légitimation du crime colonial. Les bienfaits de la colonisation prêchés par les officiels français et qui malheureusement trouvent des échos nationaux, n’ont été utiles que pour l’Algérie française, celle des pieds-noirs qui ont profité des réalisations de la puissance coloniale. Les villes, les structures de base et la logistique de l’époque n’étaient qu’au service d’une minorité alors que le reste du pays vivait confiné dans le village nègre, indigène jusqu’à la dernière goutte de son sang. L’électricité n’est pas arrivée jusqu’aux douars et dechras reculés du pays, sauf pour faire fonctionner la gégène. Les routes de l’Algérie profonde n’ont pas été bitumées hormis pour le transport des fantassins. Ceux qui pensent que l’on doit nos villes d’aujourd’hui à la France, le peu de civilisation qu’on nous concède gratuitement, aux bienfaits de la colonisation n’ont qu’à prendre un billet sans retour pour la mère patrie et voter Marine Le Pen, peut-être qu’ils connaîtront à ce moment-là leur douleur.
le lobby sioniste est déjà présent en force au Fn et pas seulement la secte LGBT aussi. La france est gouvernée à partir de tel aviv et aucun parti politique ne peut être libre, demandez-vous  pourquoi les représentants du fn on fait plusieurs voyages en israel ses derniers temps ? Bref l’Algérie n’a pas besoin de la france et encore moins de la visite de marine lepen, elle n’a rien à faire chez nous et elle fait ce qu’elle veut chez elle.
Qu’ elle reste là où elle est ! Comment avoir ne serait ce que l’ idée de l’ inviter à fouler notre sol ….. A la limite tous ont le droit de se rendre en Algérie mais pas elle, on l’ a veut pas ! Si les gouvernants decident de la recevoir c’est que nous avons aucune fierté…. Comment osez vous ,je préfére ne pas y penser que celà sera possible…   son parti, est pervers, plein de haine viscérale et de vengeance uniquement qu’ à notre égard par l’ histoire et son père. Le sang de nos martyrs n’a pas encore seché..les blessures sont encore là…à peine que le candidat Macron a parlé sur les crimes contre l’humanité vous avez vue le tollé que celà a engendré de toute part à l’unissons,ils sont encore pleins de haines..etc… Tous ces pro colonio qui, de manière hautaine, dénigrante et méprisante, vantent les bienfaits du colonialisme génocidaire. Il faut dire que nous avons donné le bâton pour nous faire battre  Je suis Algérien et je ne me reconnait pas du tout dans la bassesse psychique et le manque de valeur, d’ affirmation et de virilité du gouvernement actuel. Alors, la marine reste bien loin de notre pays…toi et tes accolytes….H.B.Lakhdar

MARSEILLE

« On veut ouvertement nous chasser de Noailles vers les quartiers nord de Marseille »

AMBIANCE LUNDI

PAR RACHID ZERROUKI https://twitter.com/rachidowsky13

Noailles, riche de ses commerces et de sa population cosmopolite, est un quartier mythique de Marseille. En 30 ans, son visage a bien changé en raison de la politique de gentrification décidée par les pouvoirs publics et a peut-être perdu un peu de son âme. Le Bondy Blog est allé à la rencontre de ceux qui font la vie de ce bout de la cité phocéenne. Reportage.

Noailles, c’est le cœur de Marseille”, me confie en arabe Abdessalam, un marchand proche de la retraite qui admire le même panorama depuis près de 30 ans. Comme lui, dans ce quartier qui bouillonne depuis cinq siècles en plein centre-ville, ils sont des dizaines à faire comme si la grande distribution n’existait pas.

Noailles, c’est l’histoire d’une petite rue qui n’a cessé de grandir au rythme des immigrés qu’elle accueillait dans son Grand Hôtel jusqu’à devenir le quartier le plus populaire de la ville. Le réduire à un simple “quartier algérien” comme le font souvent les Marseillais, c’est lui contester une majeure partie de son cosmopolitisme. Rue d’Aubagne, par exemple, des commerçants marocains, algériens, comoriens, sénégalais, arméniens et libanais se mélangent comme l’odeur de leurs épices.

Charly Pizza : une histoire d’amour, de famille et de cuisine

charly

Chacun de ces commerces est le récit d’une vie ou de plusieurs, le souvenir d’un parcours et d’un métier appris ou transmis. Et parmi ces hommes et ces femmes qui font palpiter le cœur de la vieille ville, on trouve de véritables institutions. On pense au Père Blaise, une célèbre herboristerie située Rue Méolan, à la toute discrète et pourtant très réputée Boulangerie Libanaise. Ou encore à Charly Pizza qui jouit d’une immense popularité dans la ville et d’un taux de fréquentation que ni les Domino’s Pizza ni les McDonald’s qui se sont installés à proximité n’ont su ébranler.

Pour apprendre à connaître le quartier Noailles au prisme de celles et ceux qui l’ont fait, nous prenons quelques cafés avec Charly fils et Nabiya, sa mère, qui est à l’origine de la pizzeria. Elle nous raconte qu’il y a un peu plus d’une trentaine d’années, elle était simplement venue faire le ménage dans l’appartement du dessus, elle ne savait ni lire ni compter. Et puis Charly père, le patron de ce qui était alors un magasin de beignets, l’a repérée, l’a embauchée avant d’en tomber amoureux. Tout cela dans un ordre qui reste à déterminer : “Charly Pizza, c’est mon bébé. Je l’ai nommé et quand je suis arrivée, j’étais la seule musulmane et même la seule femme qui travaillait dans ce quartier d’hommes. J’ai dû m’imposer“, nous confie-t-elle.

“Tata Nabiya”, aussi célèbre que Notre-Dame de la Garde

Trente-trois ans après, force est de constater qu’elle a plus que réussi. Dans la cité phocéenne, le visage de “Tata Nabiya” rivalise avec le succès de Notre-Dame de la Garde. Et quand on l’interroge sur son secret, elle nous parle rapidement du prix de la pizza et de la qualité de sa pâte, et plus longuement de savoir-vivre. “Le sourire, c’est très important. Je ne veux pas qu’on ait un sourire commercial mais sincère”. Aujourd’hui, c’est le jeune Charly qui reprend l’entreprise familiale. La seule chose que lui demande sa mère, c’est de respecter les clients et de ne pas “tout changer avec des machines”.

Chez les clients justement, le sourire, le goût et l’aspect artisanal semblent très appréciés. Mais ce qui attire davantage, c’est le prix. Avec des quatre fromages à partir de 4 €, Nabiya propose de loin les pizzas les plus abordables de la ville. “Pour nous, la marchandise augmente, mais on n’a pas augmenté les prix parce que les moyens de nos clients, eux, n’ont pas changé. Il y a beaucoup d’étudiants, de chômeurs… “, explique-t-elle.

“Mon loyer n’a pas changé mais la taxe d’habitation est passée de 900 à 1 200 euros pour un T2”

marcheOk

Si Charly Pizza peut proposer des prix aussi abordables, c’est aussi parce qu’ici pratiquement tout est local. Les sourires viennent du cœur, la farine et le fromage de la région et les légumes du marché sur lequel donne la pizzeria. “Chaque matin, j’achète chez l’un ou chez l’autre pour ne pas faire de jaloux”, plaisante Nabiya. Mais une ombre plane sur le tableau : le quartier est en proie à une brutale gentrification. La mairie veut construire un hôtel de luxe de 80 chambres : un centre de beauté et de soins au sous-sol, une brasserie au rez-de-chaussée et un bar lounge au dernier étage sont prévus. Cette construction risque fort d’être en décalage radical par rapport au reste du quartier alors la mairie s’active pour le “reconquérir” selon ses propres termes. Le marché des Capucins, vieux de plusieurs siècles, est voué à disparaître tandis que les habitants reçoivent chaque année des taxes d’habitations invraisemblables synonymes de “dégagez d’ici“.

Nabil, 27 ans, est l’un d’entre eux. Ce chauffeur-livreur habite à Noailles depuis cinq ans. “Mon loyer n’a pas encore changé mais la taxe d’habitation que je reçois augmente chaque année. L’année dernière c’était 900 euros. Cette année, c’est 1 200 euros pour un T2 ! Ces prix sont fous, ils veulent ouvertement nous chasser de Noailles vers les quartiers nord”. Pourtant, le long du marché, les menaces de changement ne sont guère prises au sérieux. Hamid, 37 ans, s’en moque ouvertement : “Comment tu veux qu’ils nous virent ? Avec la police ? Elle n’arrive même pas à attraper les trois pauvres vendeurs de cigarettes de contrebande qui traînent ici. Je lui souhaite bonne chance…”

Dans ce quartier, les conversations naissent naturellement et s’éternisent facilement. Au fil des rencontres, nous avons senti un attachement viscéral au lieu, mais aussi un certain malaise par rapport à un âge d’or perdu où le quartier était encore plus vivant et mieux entretenu. Les lieux sont sales, c’est vrai : arêtes de poissons, os, restes de légumes, tout traîne par terre une fois la nuit tombée. Mais Noailles est un quartier chargé en émotions où il y a énormément de choses à manger, mais aussi à voir et à vivre. Les lieux et les gens semblent d’ailleurs trop vivants pour céder sous le poids de la gentrification mais il suffit d’un rien. Tata Nabiya ne dit pas autre chose : “Si on nous enlève le marché, nous on est morts, ne croyez pas… “

 

Tout le monde en parle, mais qui l’a lue ? Vous trouverez ci-dessous, le texte complet de la résolution 2334 du 23 décembre 2016 du Conseil de sécurité sur la situation en Palestine.

Palestine : Le texte de la résolution 2334 (2016) du 23 décembre 2016

Tout le monde en parle, mais qui l’a lue ? Vous trouverez ci-dessous, le texte complet de la résolution 2334 du 23 décembre 2016 du Conseil de sécurité sur la situation en Palestine. Du grand classique, qui rappelle les notions les plus établies, et qui est pourtant dénoncée par les dirigeants d’Israël comme une trahison absolue… trahison absolue de la part des États-Unis qui – sous l’initiative d’Obama – viennent de lui voter un plan militaire d’aide de 38 milliards de dollars sur dix ans, un record… Et à nouveau l’incantation de deux États alors qu’Israël ne veut renoncer à aucune colonie, ne veut pas de capitale palestinienne à Jérusalem, ne veut pas de continuité territoriale entre la Cisjordanie et Gaza, et rejette le droit au retour des réfugiés.

Tant que la cause palestinienne avancera à la vitesse de l’ONU… L’irresponsable ONU qui a proposé le plan de partage, a admis l’État Israël fondé sur une conquête militaire en 1949, et attend 2012 pour conférer à la Palestine le statut anecdotique d’ « Etat non-membre »… Pathétique et dramatique, car c’est la vie d’un peuple… L’un des peuples plus anciens de l’histoire de la planète…


 

Le Conseil de sécurité,

Rappelant ses résolutions sur la question, notamment les résolutions 242 (1967), 338 (1973), 446 (1979), 452 (1979), 465 (1980), 476 (1980), 478 (1980), 1397 (2002), 1515 (2003) et 1850 (2008),

Guidé par les buts et principes énoncés dans la Charte des Nations Unies et rappelant notamment que l’acquisition de territoire par la force est inadmissible,

Réaffirmant qu’Israël, Puissance occupante, est tenu de respecter scrupuleusement ses obligations et responsabilités juridiques découlant de la quatrième Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre, en date du 12 août 1949, et rappelant l’avis consultatif rendu le 9 juillet 2004 par la Cour internationale de Justice,

Condamnant toutes les mesures visant à modifier la composition démographique, le caractère et le statut du Territoire palestinien occupé depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, notamment la construction et l’expansion de colonies de peuplement, le transfert de colons israéliens, la confiscation de terres, la destruction de maisons et le déplacement de civils palestiniens, en violation du droit international humanitaire et des résolutions pertinentes,

Constatant avec une vive préoccupation que la poursuite des activités de peuplement israéliennes met gravement en péril la viabilité de la solution des deux États fondée sur les frontières de 1967,

Rappelant l’obligation faite à Israël dans la Feuille de route du Quatuor et approuvée par sa résolution 1515 (2003) de geler toutes ses activités de peuplement, y compris par « croissance naturelle », et de démanteler tous les avant-postes de colonie établis depuis mars 2001,

Rappelant également l’obligation faite aux forces de sécurité de l’Autorité palestinienne dans la Feuille de route du Quatuor de continuer de mener des opérations efficaces en vue de s’attaquer à tous ceux qui se livrent à des activités terroristes et de démanteler les moyens des terroristes, notamment en confisquant les armes illégales,

Condamnant tous les actes de violence visant des civils, y compris les actes de terreur, ainsi que tous les actes de provocation, d’incitation à la violence et de destruction,

Réitérant sa vision d’une région où deux États démocratiques, Israël et la Palestine, vivent côte à côte, en paix, à l’intérieur de frontières sûres et reconnues,

Soulignant que le statu quo n’est pas viable et que des mesures importantes, compatibles avec le processus de transition prévu dans les accords antérieurs, doivent être prises de toute urgence en vue de i) stabiliser la situation et inverser les tendances négatives sur le terrain, qui ne cessent de fragiliser la solution des deux États et d’imposer dans les faits la réalité d’un seul État, et de ii) créer les conditions qui permettraient d’assurer le succès des négociations sur le statut final et de faire progresser la solution des deux États par la voie de négociations et sur le terrain,

1-Réaffirme que la création par Israël de colonies de peuplement dans le Territoire palestinien occupé depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, n’a aucun fondement en droit et constitue une violation flagrante du droit international et un obstacle majeur à la réalisation de la solution des deux États et à l’instauration d’une paix globale, juste et durable;

2-Exige de nouveau d’Israël qu’il arrête immédiatement et complètement toutes ses activités de peuplement dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et respecte pleinement toutes les obligations juridiques qui lui incombent à cet égard;

3-Souligne qu’il ne reconnaîtra aucune modification aux frontières du 4 juin 1967, y compris en ce qui concerne Jérusalem, autres que celles convenues par les parties par la voie de négociations;

4-Souligne qu’il est essentiel qu’Israël mette un terme à toutes ses activités de peuplement pour préserver la solution des deux États, et demande l’adoption immédiate de mesures énergiques afin d’inverser les tendances négatives sur le terrain, qui mettent en péril la solution des deux États.

5-Demande à tous les États, compte tenu du paragraphe 1 de la présente résolution, de faire une distinction, dans leurs échanges en la matière, entre le territoire de l’État d’Israël et les territoires occupés depuis 1967;

6-Demande que des mesures immédiates soient prises pour prévenir tous les actes de violence visant des civils, y compris les actes de terreur, ainsi que tous les actes de provocation et de destruction, demande que les auteurs de tels actes en répondent, et appelle au respect des obligations qu’impose le droit international de renforcer l’action menée pour lutter contre le terrorisme, notamment par la coordination en matière de sécurité, et de condamner sans équivoque tous les actes de terrorisme;

7-Demande aux deux parties d’agir dans le respect du droit international, notamment du droit international humanitaire, et des accords et des obligations qu’elles ont précédemment contractés, de faire preuve de calme et de retenue et de s’abstenir de tout acte de provocation et d’incitation à la violence et de toutedéclaration incendiaire, dans le but, notamment, de désamorcer la situation sur le terrain, de rétablir la confiance, de montrer, par leurs politiques et leurs actes, un3/3 16-22920 véritable attachement à la solution des deux États et de créer les conditions nécessaires à la promotion de la paix;

8-Invite toutes les parties à continuer, dans l’intérêt de la promotion de la paix et de la sécurité, de déployer collectivement des efforts pour engager des négociations crédibles sur toutes les questions relatives au statut final dans le cadre du processus de paix au Moyen-Orient et selon le calendrier établi par le Quatuor dans sa déclaration du 21 septembre 2010;

9-Préconise vivement à cet égard l’intensification et l’accélération des efforts diplomatiques entrepris et de l’appui apporté aux niveaux international et régional en vue de parvenir sans tarder à une paix globale, juste et durable au Moyen-Orient, sur la base des résolutions pertinentes de l’Organisation des Nations Unies, du mandat de la conférence de Madrid, y compris le principe de l’échange de territoires contre la paix, de l’Initiative de paix arabe et de la Feuille de route du Quatuor, et de mettre fin à l’occupation israélienne qui a commencé en 1967, et souligne à cet égard l’importance que revêtent les efforts déployés pour faire avancer l’Initiative de paix arabe, l’initiative prise par la France de convoquer une conférence de paix internationale, les efforts récemment entrepris par le Quatuor ainsi que ceux déployés par l’Égypte et la Fédération de Russie;

10-Rappelle qu’il est déterminé à apporter son appui aux parties tout au long des négociations et dans la mise en œuvre d’un accord;

11-Réaffirme qu’il est résolu à examiner les moyens concrets de faire pleinement appliquer ses résolutions sur la question;

12-Prie le Secrétaire général de lui faire rapport tous les trois mois sur la mise en œuvre des dispositions de la présente résolution;

13-Décide de demeurer saisi de la question.

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

JEMINFORMETV.COM

UN ŒIL SUR LE WEB

LES HIRAKIENS DE LA DIASPORA ALGERIENNE

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

Pro Fide Catholica

Le site de Laurent Glauzy

L'Ours géopolitique

Le fond de l'air est géopolitique

Youssef Hindi

Géopolitique, Histoire des Religions

Mes petites économies

Les finances personnelles au quotidien

CAMPAGNE BDS FRANCE MONTPELLIER

UNE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE EFFICACE AVEC LA LUTTE PALESTINIENNE POUR LES DROITS S’ÉCRIT : B. D. S. !" Comité National BDS Palestinien (BNC) 10 juillet 2014.

Kalimate - Blog féministe

WORDS FOR A BETTER WORLD

Les miscellanées d'Usva

Chroniques littéraires sans frontières

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

les successeurs des fascistes d'hier arriveront à vous convaincre que les antifascistes d’aujourd’hui sont vos ennemis

Chez Moi Chez Vous

Enhancing your Parisian experience

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ma Revue De Presse DZ

Parlons-en ! L’Actu Algérienne, Mais pas que...

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

wakongo.wordpress.com/

NUNI KU DUMUK' KU BIK LUSSAL'

JEMINFORMETV.COM

UN ŒIL SUR LE WEB

LES HIRAKIENS DE LA DIASPORA ALGERIENNE

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

Pro Fide Catholica

Le site de Laurent Glauzy

L'Ours géopolitique

Le fond de l'air est géopolitique

Youssef Hindi

Géopolitique, Histoire des Religions

Mes petites économies

Les finances personnelles au quotidien

CAMPAGNE BDS FRANCE MONTPELLIER

UNE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE EFFICACE AVEC LA LUTTE PALESTINIENNE POUR LES DROITS S’ÉCRIT : B. D. S. !" Comité National BDS Palestinien (BNC) 10 juillet 2014.

Kalimate - Blog féministe

WORDS FOR A BETTER WORLD

Les miscellanées d'Usva

Chroniques littéraires sans frontières

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

les successeurs des fascistes d'hier arriveront à vous convaincre que les antifascistes d’aujourd’hui sont vos ennemis

Chez Moi Chez Vous

Enhancing your Parisian experience

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ma Revue De Presse DZ

Parlons-en ! L’Actu Algérienne, Mais pas que...

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

wakongo.wordpress.com/

NUNI KU DUMUK' KU BIK LUSSAL'

JEMINFORMETV.COM

UN ŒIL SUR LE WEB

LES HIRAKIENS DE LA DIASPORA ALGERIENNE

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

Pro Fide Catholica

Le site de Laurent Glauzy

L'Ours géopolitique

Le fond de l'air est géopolitique

Youssef Hindi

Géopolitique, Histoire des Religions

Mes petites économies

Les finances personnelles au quotidien

CAMPAGNE BDS FRANCE MONTPELLIER

UNE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE EFFICACE AVEC LA LUTTE PALESTINIENNE POUR LES DROITS S’ÉCRIT : B. D. S. !" Comité National BDS Palestinien (BNC) 10 juillet 2014.

Kalimate - Blog féministe

WORDS FOR A BETTER WORLD

Les miscellanées d'Usva

Chroniques littéraires sans frontières

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

les successeurs des fascistes d'hier arriveront à vous convaincre que les antifascistes d’aujourd’hui sont vos ennemis

Chez Moi Chez Vous

Enhancing your Parisian experience

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ma Revue De Presse DZ

Parlons-en ! L’Actu Algérienne, Mais pas que...

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

wakongo.wordpress.com/

NUNI KU DUMUK' KU BIK LUSSAL'