Archives pour la catégorie Algerie aux fins fond du pays…

Macron limoge le préfet de Paris…

Macron limoge le préfet de Paris

Selon le JDD, Emmanuel Macron aurait pris hier la décision de démettre de ses fonctions le préfet de police de Paris, Michel Delpuech.

Le président français serait rouge de colère depuis l’intrusion de gilets jaunes dans les locaux du porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux et il envisagerait de demander à son ministre de l’intérieur, Christophe Castaner qui adopte aussi une ligne ferme face aux gilets jaunes, de mettre fin aux fonctions du préfet. L’intrusion s’est produite au siège du porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, le samedi 5 janvier. Entre 16h30 et 17 h, un chariot élévateur défonce la porte en bois. Selon les autorités françaises, une dizaine de « gilets jaunes » et des individus habillés en noir, ont fait irruption dans la cour du bâtiment, armés de barres de fer, obligeant le porte-parole du gouvernement à quitter les lieux, rapporte le JDD. 

La veille, le vendredi 4 janvier, le secrétaire d’État avait été très ferme dans ses propos à l’égard des gilets jaunes qu’il avait qualifiés d’agitateurs.

Le huitième samedi gilets jaunes en France a rassemblé plus de 3 000 personnes à Paris et environ 50 000 en province.

Protestant initialement  contre l’augmentation du prix de l’essence, les gilets jaunes demandent désormais la démission du président de la République Française, Emmanuel Macron. 

Le cumin, cette épice au parcours millénaire

 



Le cumin, de son nom arabe kammoun, tire probablement son origine du latin cuminum, lui-même issu du grec kuminon, est une graine aromatique pilée d’une plante «orientale» de la famille des ombelliféracées, dont le goût est herbacé et piquant. Il apparaît comme épice à fumer certains mets car quand il n’est pas apprêté, son goût est terreux. Cette épice ombellifère ne doit pas être confondue avec le carvi, cette autre ombellifère qui lui ressemble beaucoup, dont le nom latin est carum carviet mais qui, parfois, est nommée cumin des près, ou anis des près, dont la saveur est proche du fenouil, de l’anis et de l’aneth.

Probablement originaire du bassin méditerranéen, dans la vallée du Nil, il est également cultivé dans les îles de Malte et de Sicile pour en faire commerce et en apporter à toute l’Europe.

[…]

 

Croyances et superstitions autour du cumin 

Dans l’Antiquité, le cumin servait aux médecins et aux sorciers des villages égyptiens et grecs dans leurs compositions mystiques des drogues à ingérer. En Inde, également, il faisait «planer» les femmes du harem qui s’évadaient en fumant de la cardamome, des clous de girofle et des grains verts de cumin. Quant aux marchands, ils offraient ces fameuses graines aux clients pendant qu’ils regardaient la marchandise… Allez savoir pourquoi !

Par ailleurs, le cumin servait de gage de fidélité et symbolisait la preuve de sa loyauté à son fiancé dans certains pays d’Europe. Au Moyen-Age, on portait sur soi une petite bourse de graines de cumin, c’était pour se protéger du mauvais sort et des sorcières.

De façon plus générale, cette épice, autrefois très onéreuse, a toujours été associée aux personnes avares car on l’utilisait avec beaucoup de parcimonie.

Il faudrait souligner que les épices étaient retrouvées sur les tables des familles les plus aisées. Aujourd’hui, cette plante est plus régulièrement importée du Maroc, de l’Iran, du nord de l’Afrique, de la Chine et des Amériques, et le marché important se situe en Europe centrale. La portion consommable de la plante est la graine qui est préalablement séchée et/ou pulvérisée pour en faire une épice. Il est également possible d’en obtenir des huiles essentielles par distillation (procédé chimique consistant à extraire des composés liquides d’une plante).

DES ENFANTS MARCHENT PENDANT DES HEURES POUR REJOINDRE LEUR ÉCOLE À MÉDÉA

AFFLIGEANT- DES ENFANTS MARCHENT PENDANT DES HEURES POUR REJOINDRE LEUR ÉCOLE À MÉDÉA (VIDÉO)PAR ADHERBAL

A peine le soleil levé, deux enfants, une fille et un garçon, dont l’âge ne dépasse pas 9 ans, sont déjà sur une route déserte. Outre les véhicules qui roulent à vive allure, aucune habitation ni signe de vie dans les parages. Ces enfants, pas accompagnés, peuvent se faire kidnappés sans que personne ne s’en aperçoive.
Dans cette vidéo largement partagée aujourd’hui sur les réseaux sociaux, filmée par un automobiliste qui, visiblement abasourdi par la scène, a pris la peine de s’arrêter et proposer son aide aux deux enfants.
Selon le vidéaste amateur, il était 06h30 du matin. Interrogés, les enfants ont confié s’être réveillés à 05h00 du matin pour rejoindre leur école et c’est à rythme quotidien.

Algerie:Je deballe tout…..ras le bol de cette caste..

Autant rehabiliter tous les assassins criminels..netanyahou… pinochet…polpot..petain… et pourquoi pas hitler ,mussolini et compagnie,quel funeste pied de nez á tous nos  martyrs les torturés,les orphelins,les victimes directs et indirects en resumé au peuple Algerien!tout comme la rehabilitation de messali hadj..l’enterrement de roger hanin en Algerie….. le defilé de notre armée aux champs elysées…Pendant que vous y etes invité Enrico macias le sioniste…,la Laurence haim..le macron qui visite la tombe de roger…il ne le connaît méme pas c’est juste pour affirmer la presence sioniste dans notre pays…Que devient notre pays…pourquoi?,dans quel but?,sommes nous á ce point haïs par la caste infecté par le harkisme….la plus part d’entre eux ont des trples nationalités..et possèdent des biens immobiliers..a l’etranger…quel jeu nouveau de dupes tramait vous?,vous avez tous pris,les richesses,la culture,notre identité,vidés les caisses,ruinés notre  avenir et plus encore,l’avenir de même ce ne sont pas encore de ce monde,les générations à venir..ou allez vous?,vers ou?,que voulez vous au juste?,vous savez á force de nous piêtiner,il arrivera le jour ou nous n’aurons plus rien á perdre et surtout les capacités mentales de garder notre sang froid,car mort pour mort autant l’être pour de vrai,et vou y’auriez largement contribués,arrêtez vous un instant regarder le champs de ruine qui vous entoure,et surtout posez vous la question:qui suis je….

Pourquoi cette indignation sélective ? la réhabilitation de Messali est aussi scandaleuse que celle de ce bengana, voire pire. Même la surdimension donnée à l’Emir qui a fini comme l’ami de la france, au détriment d’autres résistants mort au combat ou exilé, est un pied de nez à l’histoire. Concernant les archives que la France refuse de nous rrestituer..on comprend pourquoi…cela devoilerer vos trahisons…de bengana,à saidani,à djemai,de tliba,à  chakib, de ghoul à béjaoui et sa famille et d’autres opportunistes comme le franco fraichement Algerien le rachid nekkaz ,l’homme soit-disant providentiel des folies bergeres..le para-chuté,qui fut méme reçu par certains leaders de l’opposition…et lorsqu’ un ministre refuse le spirituel et le temporel..que nous restent ‘ils …Pour conclure je vous souhaite la  malédiction pour le  non respect du serment faite aux chahids et vrais moudjahids….H.B.Lakhdar

La guerre d’Algérie a une longue histoire.

La guerre d’Algérie a une longue histoire. Elle commence le 31 janvier 1830 lorsque Charles X décide de s’emparer d’Alger. Officiellement, il s’agit de venger une offense faite au consul de France par le dey Hussein et de détruire la piraterie qui sévit dans la région. Officieusement, l’objectif est de restaurer le prestige de la royauté et de prendre pied en Afrique du Nord pour éviter de laisser le champ libre à l’Angleterre. La monarchie de Juillet hérite du fardeau.

L’« aventure » coûte cher, elle mobilise des effectifs militaires importants et elle rapporte peu. Des voix nombreuses s’élèvent à l’Assemblée pour exiger le retrait des troupes françaises, d’autres pour leur maintien et une occupation limitée, d’autres enfin préconisent la domination, la guerre à outrance indispensable pour détruire la puissance d’Abd el-Kader et ruiner les tribus qui le soutiennent. A la fin de l’année 1840, les partisans de cette politique l’emportent.

Le 29 décembre, le général Thomas Bugeaud, qui vient d’être nommé gouverneur de cette colonie, arrive en Algérie. La véritable conquête débute avec massacres, déportations massives des populations, rapt des femmes et des enfants utilisés comme otages, vol des récoltes et du bétail, destruction des vergers, etc. Louis-Philippe d’abord, Louis-Bonaparte ensuite récompenseront les officiers par de prestigieuses promotions. Les monceaux de cadavres kabyles et algériens (1) permettent aux généraux de l’armée d’Afrique de faire de brillantes carrières.

« J’ai souvent entendu en France des hommes que je respecte, mais que je n’approuve pas, trouver mauvais qu’on brûlât les moissons, qu’on vidât les silos et enfin qu’on s’emparât des hommes sans armes, des femmes et des enfants. Ce sont là, suivant moi, des nécessités fâcheuses, mais auxquelles tout peuple qui voudra faire la guerre aux Arabes sera obligé de se soumettre », écrit Alexis de Tocqueville avant d’ajouter : « Je crois que le droit de la guerre nous autorise à ravager le pays et que nous devons le faire soit en détruisant les moissons à l’époque de la récolte, soit dans tous les temps en faisant de ces incursions rapides qu’on nomme razzias et qui ont pour objet de s’emparer des hommes ou des troupeaux (2). »

Ainsi s’exprime celui qui a écrit de la démocratie en Amérique lorsqu’il rédige, en octobre 1841, après avoir séjourné dans le pays, son Travail sur l’Algérie. La colonisation en général et celle de l’Algérie en particulier lui tiennent à cœur. Deux lettres, plusieurs discours sur les affaires extérieures de la France, deux voyages, deux rapports officiels présentés, en mars 1847, à la Chambre des députés, à quoi s’ajoutent de nombreuses observations et analyses disséminées dans sa volumineuse correspondance. Tocqueville théorise l’expansion française en Afrique du Nord.

Fidèle à sa méthode, il rassemble une documentation importante, car il projette de rédiger un ouvrage sur l’Inde et la colonisation anglaise pour la comparer à celle menée par les Français dans la Régence d’Alger comme on disait alors. Enfin, il étudie le Coran et, au terme de ses lectures, conclut que la religion de Mahomet est « la principale cause de la décadence (…) du monde musulman ». Il faut donc tenir Tocqueville pour une figure importante de la colonisation moderne à laquelle il a consacré beaucoup de temps et d’énergie entre 1837 et 1847.

Qu’en disent les spécialistes français ? Peu de choses. Soit ils feignent d’ignorer ce corpus fort riche, soit ils euphémisent les positions de leur idole afin de ne pas nuire à son image de libéral et de démocrate (3). Il est vrai que la fréquentation assidue de De la démocratie en Amérique et de L’Ancien Régime et la Révolution est plus propice aux canonisations académiques que l’examen précis des textes qui portent sur l’Algérie. Ces textes, pourtant tous publiés, ne hantent pas les membres de l’honorable république des lettres qui explorent la pensée de Tocqueville, et s’émerveillent de la subtilité de ses analyses. On y apprend pourtant beaucoup sur certaines de ses conceptions et, plus largement, sur les premières années de la conquête, sur les origines et l’organisation de l’État colonial. On y découvre le Tocqueville apôtre de la « domination totale » en Algérie et du « ravage du pays (4) ».

L’importance qu’accorde Tocqueville à la conquête de ce pays s’appuie sur des analyses de la conjoncture internationale et de la place de la France dans le monde, d’une part, et sur l’évolution des mœurs nationales, d’autre part. L’écrivain n’a que mépris pour la monarchie de Juillet qu’on découvre, sous sa plume, médiocre et pusillanime. Néfaste pour les affaires intérieures du pays, ce régime l’est plus encore pour les affaires extérieures en une période où la crise de l’Empire ottoman, en Afrique et au Proche-Orient notamment, bouleverse la situation dans les régions concernées et crée des occasions nouvelles pour les puissances européennes. Encore faut-il, pour s’en saisir, faire preuve d’audace et ne pas craindre l’Angleterre.

Mettre un terme au déclin de la France, restaurer son prestige et sa puissance, telle est l’obsession de Tocqueville qui est convaincu que, en l’absence d’une vigoureuse politique de conquêtes, le pays sera bientôt relégué au second rang et la monarchie menacée dans son existence même. Dans ce contexte, se retirer d’Algérie serait irresponsable. Il faut y demeurer, et le gouvernement doit encourager les Français à s’y installer pour dominer le pays et contrôler aussi la Méditerranée centrale, grâce à la construction de deux grands ports militaires et commerciaux : l’un à Alger, l’autre à Mers El-Kébir.

La réalisation de ces desseins est propre à restaurer l’orgueil national qui est attaqué par « l’amollissement graduel des mœurs »d’une classe moyenne dont le goût des « jouissances matérielles » se répand dans l’ensemble du corps social en lui donnant « l’exemple de la faiblesse et de l’égoïsme (5) ». La guerre et la colonisation se présentent donc comme des remèdes aux maux sociaux et politiques qui affectent la France. C’est pourquoi Tocqueville se prononce pour des mesures radicales qui doivent permettre de s’emparer sans coup férir de l’Algérie et de rompre avec dix ans d’atermoiements.

« La guerre d’Afrique est une science »

Dominer pour coloniser et coloniser pour assurer la pérennité de la domination, telles sont les orientations qu’il n’a cessé de défendre. Quant aux moyens, ils sont dictés par les fins… Abd el-Kader se déplace constamment dans le pays en s’appuyant sur de nombreuses tribus qui lui procurent des hommes, des armes et de la nourriture ; il faut traquer le premier sans relâche et, surtout, anéantir les structures économiques et sociales des secondes afin d’atteindre les fondements de la puissance de ce chef et de ruiner son prestige.

Après s’être prononcé en faveur de l’interdiction du commerce pour les populations locales, Tocqueville ajoute : « Les grandes expéditions me paraissent de loin en loin nécessaires : 1° Pour continuer à montrer aux Arabes et à nos soldats qu’il n’y a pas dans le pays d’obstacles qui puissent nous arrêter ; 2° Pour détruire tout ce qui ressemble à une agrégation permanente de population, ou en d’autres termes à une ville. Je crois de la plus haute importance de ne laisser subsister ou s’élever aucune ville dans les domaines d’Abd el-Kader (6). »

L’auteur de De la démocratie en Amérique approuve sans réserve et défend, publiquement et à plusieurs reprises, les méthodes de Bugeaud. Elles consistent à mettre le pays à sac, à s’emparer de tout ce qui peut être utile pour l’entretien de l’armée en « faisant vivre ainsi la guerre par la guerre », comme l’affirme le général Lamoricière, et à repousser toujours plus loin les autochtones de façon à s’assurer de la maîtrise complète des territoires conquis. Ces objectifs une fois atteints par l’emploi d’une terreur de masse autoriseront l’implantation et le développement de nombreuses colonies de peuplement, qui rendront impossible le retour des anciennes tribus.

Tocqueville ne compte pas uniquement sur la puissance du sabre, il entend couvrir ces usurpations et les étendre par le recours à la force du droit. Il prévoit la mise en place de tribunaux d’exception qui, au moyen d’une procédure qu’il qualifie lui-même de « sommaire », procéderont à des expropriations massives au profit des Français et des Européens. Ainsi pourront-ils acquérir des terres à bas prix et faire vivre des villages que l’administration coloniale aura pourvus de fortifications, d’une école, d’une église et même d’une fontaine, précise le député de Valognes, soucieux du bien-être matériel et moral des colons. Regroupés en milices armées dirigées par un officier, ils assureront la défense et la sécurité de leurs personnes et de leurs biens cependant que le réseau formé par ces villages permettra de tenir efficacement les régions conquises. Quant aux populations locales, repoussées par les armes puis dépouillées de leurs terres par les juges, elles décroîtront sans cesse, affirme Tocqueville.

Tel qu’il le conçoit, tel qu’il s’est structuré aussi, l’Etat colonial se présente d’emblée comme un double Etat d’exception par rapport au régime qui prévaut dans la métropole : il repose sur deux systèmes politico-juridiques de nature différente qui s’organisent, en dernière analyse, sur des fondements raciaux, culturels et cultuels. Celui qui est applicable aux colons leur permet de jouir seuls de la propriété et de la possibilité d’aller et venir mais d’aucune des libertés politiques, car toutes doivent être suspendues en Algérie, selon Tocqueville. « Il doit donc y avoir deux législations très distinctes en Afrique parce qu’il s’y trouve deux sociétés très séparées. Rien n’empêche absolument, quand il s’agit des Européens, de les traiter comme s’ils étaient seuls, les règles qu’on fait pour eux ne devant jamais s’appliquer qu’à eux (7). »

C’est clair, précis et concis. Les hommes venus de cette Europe glorieuse et éclairée ont droit aux droits ; quant aux autres, aux « barbares », ils ne sauraient goûter aux plaisirs de l’égalité, de la liberté et de l’universalité de la Loi. Ni aujourd’hui ni demain puisque Tocqueville ne fixe aucun terme à cette situation. Aussi n’est-il pas surprenant que le second système, celui qui est applicable aux Kabyles et aux Arabes, ressortisse à un état de guerre permanent destiné à les maintenir sous le joug brutal des colons et d’une administration dotée de pouvoirs exorbitants.

En 1847, après plusieurs années de conflits impitoyables, Tocqueville écrit avec emphase : « L’expérience ne nous a pas seulement montré où était le théâtre naturel de la guerre ; elle nous a appris à la faire. Elle nous a découvert le fort et le faible de nos adversaires. Elle nous a fait connaître les moyens de les vaincre et (…) d’en rester les maîtres. Aujourd’hui on peut dire que la guerre d’Afrique est une science dont tout le monde connaît les lois, et dont chacun peut faire l’application presque à coup sûr. Un des plus grands services que M. le maréchal Bugeaud ait rendus à son pays, c’est d’avoir étendu, perfectionné et rendu sensible à tous cette science nouvelle ( Les crimes de l’armée et de l’Etat français en Algérie )

 

Hymne de l’Algérie

Hymne de l’AlgérieKassaman est l’hymne national de l’Algérie. Ce texte, écrit dans un contexte de conflit avec la France, a été adopté après l’indépendance de l’Algérie en 1963.L’auteur des paroles est le poète nationaliste Moufdi Zakaria. Alors qu’il était enfermé dans une cellule à Alger, en avril 1955, il s’est servi de son sang pour écrire le texte sur les murs de sa cellule.La musique est de Mohamed Fawzi. L’hymne a été joué pour la première fois en 1957.                                                                                                                                      Qassaman binnazilat ilmahiqatWaddimaa izzakiyat ittahiratWaljounoud illamiaat ilkhafiqatF’ildjibal ichamikhat ichahiqatNahnou thorna fahayatoun aw ma maaatWa aqadna el’âazma an tahya aldjazair.Refrain :fashhadoo ! fashhadoo ! fashhadoo ! Nahno joundoun fi sabil il hakki thornaWa ila isstiqlalina bilharbi kumna.Lam yakon yossgha lana lamma nataknaFattakhadhna rannata l’baroudi wazna.Wa azafna naghamat alrashshashi lahnaWa aqadna el’âazma an tahya aldjazair.Refrain :fashhadoo ! fashhadoo ! fashhadoo ! Ya faran’saa qad madha waqtou l’3itabWa taway’naahou kamaa youtwa l’kitaabYa faran’saa inna dhaa yewmou l’hissaabfesta’iddy wa khoudhy minnaa l’djawabInna wi thawratinaa faslou l’khitaabWa aqadna el’âazma an tahya aldjazair.Refrain :Fashhadoo ! Fashhadoo ! Fashhadoo ! Nahno min abtalina nadfaoo joundaneWa ala ashla’ina nassna’oo majdane.Wa ala hamatina narfao bandane.Djabhato’ ltahreeri aataynaki âahdaneWa aqadna el’âazma an tahya aldjazair.Refrain :Fashhadoo ! Fashhadoo ! Fashhadoo ! Sarkhatou ll’awtani min sah ilfidaIssmaooha wasstajiibou linnidaWaktobooha bidimaa ishohadaaWakraooha libany ilgeeli ghadaaKad madadna laka ya madjdo yadaWa aqadna el’âazma an tahya aldjazair.Refrain :Fashhadoo ! Fashhadoo ! Fashhadoo !Traduction françaiseNous Jurons !Par les tempétes dévastatrices abattues sur nousPar notre sang noble et pur généreusement verséPar les éclatants étendards flottants au ventSur les cimes altières de nos fières montagnesQue nous nous sommes dressés pour la vie et la mortCar Nous avons décidé que l’Algerie vivraTémoignez-en ! Témoignez-en ! Témoignez-en !Nous sommes des combattants pour le triomphe du droitPour notre indépendance, nous sommes entrés en guerreNul ne prêtant oreilles à nos revendicationsNous les avons scandées au rythme des canonsEt martelées à la cadence des mitrailleusesCar Nous avons décidé que l’Algérie vivraTémoignez-en ! Témoignez-en ! Témoignez-en !Ô France ! le temps des palabres est révoluNous l’avons clos comme on ferme un livreÔ France ! voici venu le jour où il te faut rendre des comptesPrépare toi ! voici notre réponseLe verdict, Notre Révolution le rendraCar Nous avons décidé que l’Algérie vivraTémoignez-en ! Témoignez-en ! Témoignez-en !Nos Braves formeront les bataillonsNos Dépouilles seront la rançon de notre gloireEt nos vies celles de notre immortalitéNous léveront bien haut notre Drapeau au dessus de nos têtesFront de Libération Nous t’avons juré fidélitéCar Nous avons décidé que l’Algérie vivraTémoignez-en ! Témoignez-en ! Témoignez-en !Des Champs de bataille monte l’appel de la PatrieEcoutez le et obtempérez !Ecrivez-le avec le sang des Martyrs !et enseignez-le aux générations à venir !Ô Gloire ! Vers toi Nous tendons la main !Car Nous avons décidé que l’algérie vivraTémoignez-en ! Témoignez-en ! Témoignez-en !
Soup Bowl Frick Staavih

 Frick Staifi .. a dépassé les continents vedette du monde

Si on me promenais dans les rues de la capitale des hauts plateaux ces jours-jours de l’odeur du mois sacré à travers ce qui est émis par les ruelles et les rues et même des villages et Madeshr, qui Ttboukh Housewives, peut-être le tableau Sultan du Ramadan Bsatif est une «soupe à l’Afrique», qui ont dépassé résonner le sol de la patrie, et peut-être le plus important il attire l’attention est la grande popularité de ce qu’il faut pour préparer ce plat, mais la vie privée de cette dernière étant considérée « Setif Nouvelles » pour préparer cette page pour vérifier un bon suivi.

La Frick Staifi meilleur ..

Personne ne conteste que le plat « soupe à Frick» se répand rapidement, mais a décroché la couronne « emir » plats du Ramadan par excellence, de l’est de l’Algérie à l’ouest, Tzmyate coloré de «l’Afrique» à «calories» et le sensoriel »et« la soupe des Arabes « , selon les régions la maison, certaines études disent que ce genre de plats premier connus était suprêmes « Setif » Highlands par la qualité du blé, qui a été propagée par «blé de deux milliards», puis a commencé à se répandre dans le Moyen algérien prévaudra après des années dans tout le pays, sinon de grands pays du monde, comme que les «grains» Staifi est le plus beau et le plus demandé dans les différents marchés, en particulier celui qui est préparé par des procédés classiques après les noyaux grill de blé tendre et laisser sécher avant le broyage à « moulin en pierre » connue depuis l’antiquité.

« Pour l’Afrique » Staifi est arrivé jusqu’à l’Amérique et le Canada

Délibérément communauté algérienne vivant à l’étranger, en particulier les fils de Setif aux kits d’acquisition ou de la préparation de ce plat et les rattache au citoyen que Ahajeryon, si les pays européens et arabes a été une avance parlent entre eux, la communauté algérienne et de vedettariat apporté ce plat même en Amérique du Nord représentée aux États-Unis et au Canada, et est se propageant dans la préparation de ce plat spécialement durant le mois de jeûne, certains disent que nous avons pris leur Vispockaa et vivant dans ces pays que la nostalgie des «grains» en les prenant leurs montants, et récemment propagée Photos ce plat sur la table le petit déjeuner avec tous les « Etats-Unis », « Canada », « Belgique » « Holland » « Qatar », « Emirats arabes Unis» et «Koweït», les images ont été inclus par les Algériens aiment ce type de cuisine.

Frick pour défier l’ère de la restauration rapide

Malgré les progrès dans la fourniture et la préparation des aliments spéciaux, y compris la nourriture, mais la substance torréfié grains sont encore utilisés dans la préparation d’une soupe de plat, du grain rôti, en particulier dans le mois de Ramadan, où il y a des tables presque dépourvues de familles en Algérie durant le mois de boisson du grain rôti, que ce plat occupe une place particulière aussi. Dans ce contexte, une belle déclaré Akon femme au foyer au nord de Sétif, dans une interview avec elle « Setif Nouvelles », que les femmes vivant dans le désert en choisissant les types les plus beaux de blé qui Lin alors Hoaah sur le feu et l’affichage aux rayons du soleil avant d’être broyé par des procédés classiques ou par des machines modernes , une méthode qui en résulte, dans lequel l’un des meilleurs « Frik », à suivre le processus préparatoire pour le séchage et le broyage des épices qui doivent accompagner le plat quand il est préparé et placé dans les jours loin des lieux d’humidité, et toutes les opérations de cours, vient avant d’entrer dans le mois sacré du Ramadan.

Différentes façons de préparer et d’un « Abannh »

Les types Frik de soupe délicieux, et les raisons de sa popularité simplement préparés, et les différentes façons et les ingrédients cuits d’une famille à l’autre, la plupart des plats est le bouillon de poulet ou de la viande et un mélange de tomate, le sel, le poivre noir et d’autres épices telles que « Hashish Alqsber » et « Almadnos », puis ajouter le roi du plat « Frik » et prendre « Frik » nommé ce processus de préparation, il commence à se frotter les oreilles de blé grillée sur feu doux, puis purifié des impuretés broyées puis tamisé de Samada, extraction de farine grossière, qui l’appellent  » Frik « pour être un produit de se frotter les grains de blé, et a appelé les autres pays arabes appelé » mash « parce écrasant tout » moud l’intérieur Mehras « .

prestations de santé importants pour l’Afrique

soupe petite ou une boisson de grain rôti d’entrées (apéritifs), et a recommandé la capture immédiatement après le petit-déjeuner sur l’eau et des grains de dates potable, de multiples avantages pour la santé, il contient moins de calories, et est utile pour tous les âges, car il est la lumière sur l’estomac et Ahaiha plat principal, dit spécialistes de la nutrition et le dispositif digestifs que « soupe Frik » du type « Sorbet » triticeous recommandé en adressant l’Association américaine, ce qui est particulièrement utile pour les patients atteints de cancer, car ils contiennent du grain de blé de l’anti-tumeur Asertanih.oaqubl à offrir « soupe Frik » lors des mariages et divers banquets, sont de plus en plus populaire, voracement à l’occasion Ramadan, la journée tout en étant accessible aux familles et aux étoiles de plats du Ramadan algériens, il est une tradition et est généralement bien établie dans la société algérienne, car il est un plat qui désire et rencontrer toute la famille, mais tous les algériens, y compris assemblée sur tables petit déjeuner collectif et hôtels, universités, collèges, restaurants compassion et d’autres.