Il faut bien reconnaître en effet que Bouteflika…..

L’HISTOIRE RENDRA JUSTICE

A.B Un parti politique avec une représentativité qu’il s’accorde demande à la justice de convoquer le président de la République déchu. L’audition concernerait sa gestion passée et celle des collaborateurs qu’il avait choisis au cours de ses 20 années de règne. Il ne paraît pas évident cependant que l’ancien chef de l’Etat soit en vérité la réelle personne visée, tant il est certain que l’absence des ses articulations physiques et mentales ne lui permettra pas la plus anodine des expressions. Grabataire et très sérieusement usé, les magistrats ne tireront rien de lui sinon que de confirmer l’évanescence et ce qui reste d’un être humain. Regard plombé de celui qui s’était forgé une logique débile qu’il avait choisie jusqu’à se prendre pour un messie. 

Cette doléance adressée à la justice sera malvenue sauf si elle ne serait qu’une manœuvre politique tendant à allumer les feux des projecteurs sur des péripéties passées de la vie algérienne quand le droit et la raison n’ont pas été mis à l’honneur. Il faut bien reconnaître en effet que Bouteflika n’a pas été comme l’ont ressassé nombreux de ses proches un messager de Dieu ni un représentant légal et légitime du peuple. Ce sont ceux qui lui tournent le dos aujourd’hui qui l’ont installé sur un trône et lui-même ne s’était jamais départi de sa volonté inconditionnelle de s’accouder, quoi qu’il lui en coûte, à la croupe du canon. Puis certaines associations politiques aujourd’hui comme bon nombre de personnalités sont oublieuses de leurs itinéraires contradictoires et qu’avant de verser dans le militantisme d’opposition, elles avaient pris fait et cause avec l’ancien président. Certaines mêmes avaient été récompensées par des postes gouvernementaux allant jusqu’à renier leurs turbulentes bravades contre le régime en place. 

Mais si cette réclamation adressée à la justice a peu de chance d’être entendue, elle a le mérite des rappels et des réquisitoires livrés au peuple pour que les questionnements restent à l’ordre du jour. Ils sont nombreux et variés à la mesure d’un homme qui a réquisitionné par la roublardise et la manœuvre les attributs d’un messager de droit divin. N’en citer qu’une seule éclaire sur l’enclin à la folâtrerie d’un chef d’Etat qui mérite assurément d’être présenté à la barre. Accorder la préférence à l’érection d’une mosquée à coups de milliards de dollars plutôt que le pourvoi de chauffage à des enfants entassés par quarantaine dans les classes des écoles n’est pas un délit mais un crime qui dépasse la justice des hommes. Il est de l’ordre de celle de l’Histoire. 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.