7 DRONES Yéménite font un ravage….

Le colonel Larbi Chérif évoque le cas Baha Eddine Tliba : «Des dossiers lourds seront dévoilés prochainement»

Le colonel à la retraite, Larbi Chérif, revient, hier, pour faire des révélations sur d’autres affaires de corruption que la justice compte entamer incessamment. Affirmant que de nombreux dossiers seront ouverts dans les jours qui viennent, le colonel a appelé à ne pas se précipiter dans le traitement de ces dossiers et à laisser la justice faire sans travail. «La stratégie actuelle est de reconquérir l’argent public avant de passer à la punition», a affirmé le colonel, appelant, à cet effet, à «donner le temps à la justice pour travailler sereinement». «On ne peut pas ouvrir un seul dossier de corruption et laisser les autres.

Les enquêtes toucheront tous les corrompus», a-t-il assuré, en indiquant que le danger est le fait que les concernés peuvent «effacer les traces». Donnant d’amples détails sur les affaires de corruption, l’intervenant a fait savoir : «7 dossier de corruption très lourds sont ouverts, dont 4 quatre accusés sont d’ores et déjà en prison ».

Pour ce qui est des 3 autres dossiers de corruption « très lourds », le colonel Larbi Chérif a précisé que «les enquêtes sont en cours ». Dans la foulée, le colonel a fait savoir qu’une «enquête a été ouverte la semaine dernière, impliquant le député du parti du Front de libération nationale (FLN), Baha Eddine Tliba ». «Celui-ci est poursuivi pour avoir acquis deux appartements pour une valeur de 36 milliards avec la CNAN de Annaba », a-t-il dit, sans donner plus de précisions à ce sujet.

Le colonel a, également, signalé que des enquêtes portant sur les ministères des Transports et des Finances sont en cours, invitant, par conséquent, à ne pas confondre «précipitation et accélération », dans le traitement de ces dossiers. De ce fait, le colonel a soutenu l’approche du Général de Corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, en matière de lutte contre la corruption.

Lamia B.

La diaspora algérienne soudée face à Bouteflika

histoireetsociete

>Politique|Philippe Martinat, notre envoyé spécial à Marseille (Bouches-du-Rhône)|24 mars 2019, 7h30|MAJ : 24 mars 2019, 16h26|49
Ces dernières semaines, tous les dimanches après-midi, des centaines de Franco-algériens ont pris l’habitude de se rassembler pour manifester leur solidarité avec le grand mouvement populaire né en Algérie. PhotoPQR/La Provence/Nicolas Vallauri

Algériens vivant en France, binationaux ou simple Français d’origine algérienne, ils vivent avec intensité ce «Printemps algérien».

Ils se découvrent souvent pour la première fois, joyeux et étonnés. Dans un coin du Vieux-Port de Marseille, face à la Canebière, quelques centaines de Franco-algériens ont pris l’habitude de se rassembler ces dernières semaines tous les dimanches après-midi pour manifester leur solidarité avec le grand mouvement populaire né de l’autre côté de la Méditerranée. Le Mistral qui se lève glace les visages, mais ne parvient pas à refroidir les ardeurs de cette petite foule bruyante…

Voir l’article original 1 365 mots de plus