Y te dise qu’il y a pas d’argent….

Notre-Dame de Paris: près d’un milliard d’euros de dons déjà promis pour la reconstruction

Depuis lundi soir, les dons, parfois importants, affluent pour la reconstruction de la cathédrale. Les familles Pinault, Arnault et Bettencourt ont débloqué à elles seules un demi-milliard d’euros. Le gouvernement a lancé mardi un site hébergé par le ministère de la Culture et le centre des monuments nationaux.

Les dons affluent pour reconstruire Notre-Dame de Paris. À tel point que mercredi matin, les promesses de dons, provenant d’anonymes, d’entreprises et de grandes fortunes françaises , approchaient du milliard d’euros, a indiqué Stéphane Bern sur RMC. «Je vois, par les différents résultats que m’envoient les fondations demi-heure par demi-heure, que ça monte, ça monte. On est près de 900 millions ce (mercredi) matin. Je pense qu’on passera la barre du milliard dans la journée», a expliqué le journaliste chargé de la mission du Loto du patrimoine.

Le président de la République Emmanuel Macron avait déclaré dès lundi, soir qu’une souscription nationale serait lancée. Un site rebatirnotredamedeparis.fr, hébergé par le ministère de la Culture et le centre des monuments nationaux, a été lancé mardi soir. Mardi, les annonces de dons de la part de grandes fortunes françaises et d’entreprises se sont succédé.

• Familles Pinault, Arnault et Bettencourt: 500 millions

La société d’investissement de la famille Pinault, Artemis, va débloquer 100 millions d’euros pour participer à la reconstruction de Notre-Dame de Paris, a annoncé son président François-Henri Pinault. «J’ai vu ma fille de 17 ans pleurer. Cela nous a pris aux tripes. C’est un défi incroyable, et dans les temps qui courent un geste symbolique. On sera beaucoup à participer, chacun en fonction de ses capacités», a-t-il expliqué mardi matin sur Europe 1. La famille héritière de L’Oréal, les Bettencourt Meyers, ainsi que le géant mondial des cosmétiques ont annoncé mardi un don total de 200 millions d’euros pour Notre-Dame de Paris, dont 100 millions d’euros via la fondation Bettencourt Schueller.

Le groupe LVMH et la famille Arnault ont également annoncé mardi un «don», d’un montant de 200 millions d’euros au fonds dédié à la reconstruction de Notre-Dame. «La famille Arnault et le groupe LVMH, solidaires de cette tragédie nationale, s’associent à la reconstruction de cette extraordinaire cathédrale, symbole de la France, de son patrimoine et de son unité», écrivent-ils dans un communiqué.

• D’autres entreprises françaises se mobilisent

D’autres groupes et familles actionnaires ont annoncé leur participation à la reconstruction. Patrick Pouyanné, le PDG de Total, a ainsi indiqué que le groupe ferait un don de 100 millions d’euros pour financer la reconstruction. Martin et Olivier Bouygues ont annoncé un don de 10 millions d’euros, ajoutant que le groupe Bouygues s’engagerait dans un mécénat de compétences pour prendre part aux travaux de rénovation.

La famille Decaux a annoncé mardi dans un communiqué qu’elle contribuerait à la restauration du monument, à travers JCDecaux Holding, en apportant 20 millions d’euros à la souscription pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris.

L’homme d’affaires milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière, qui contrôle la société d’investissement Fimalac, a également annoncé vouloir participer à «l’effort national de reconstruction». Montant du don: 10 millions d’euros «pour la restauration de la flèche, symbole de la cathédrale» qui est tombée dans l’incendie de lundi. Des banques se sont jointes à la liste des futurs donateurs: Crédit Agricole Île-de-France (5 millions), Société générale et BPCE donneront chacun 10 millions d’euros, et Crédit Mutuel ainsi que BNP Paribas ont également fait des promesses des dons sans préciser le montant.

L’assureur Axa a annoncé qu’il donnerait 10 millions d’euros, tout comme le laboratoire Sanofi tandis que La Française des Jeux a de son côté promis de laisser sa part – environ 2 millions d’euros – du loto de Pâques organisé samedi.

Le géant informatique français CapGemini s’est dit «solidaire de l’effort national» et a annoncé le versement d’un million d’euros pour contribuer à la reconstruction de la cathédrale. Vinci, Michelin et Air Liquide ont également annoncé souhaiter participer au financement, mais sans indiquer pour l’heure de montant tout comme le groupe immobilier Duval.

Mercredi, l’éditeur de jeux vido Ubisoft a annoncé qu’il allait donner 500.000 euros pour la reconstruction, expliquant avoir «concentré une grande partie de son temps de développement et de ses efforts à la reconstitution de Notre-Dame» dans son jeu de 2014, Assassin’s Creed Unity. La société a d’ailleurs fait savoir qu’il offrait durant tout cette semaine (du 17 au 25 avril) le jeu en téléchargement gratuit.


Une fiscalité avantageuse pour les entreprises mécènes

Depuis la loi Aillagon de 2003, destinée à favoriser le financement de la culture, les entreprises peuvent déduire 60% de leurs dépenses en faveur du mécénat, avec la possibilité de bénéficier d’un échelonnement de l’avantage fiscal sur cinq ans, dans une limite de 25% du don. Cette réduction fiscale peut même atteindre 90% lorsqu’il concerne l’achat de biens culturels considérés comme des «trésors nationaux» ou présentant «un intérêt majeur pour le patrimoine national». La remise est alors appliquée dans la limite de 50% de l’impôt dû.

Cette mesure, qui signifie que l’entreprise ne contribue in fine qu’à 10% de son geste, ne peut en théorie pas s’appliquer à la reconstruction de Notre-Dame de Paris: cette extension a parfois été envisagée par le ministère de la Culture, sans aboutir. Mais plusieurs voix se sont élevées depuis lundi soir pour pousser le gouvernement à favoriser une fiscalité la plus avantageuse possible.


• Le patronat se mobilise

Les syndicats de patrons ont également appelé à l’action. Le Medef a appelé les entrepreneurs à participer à la collecte lancée par la Fondation du patrimoine, tandis que la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) «se tient à la disposition des pouvoirs publics pour mobiliser son réseau national d’artisans».

De son côté, l’Association française des entreprises privées (Afep) a invité pour sa part chacune de ses 110 entreprises adhérentes à contribuer, indépendamment de l’initiative de chacune d’entre elles, à la reconstruction de Notre-Dame de Paris, à hauteur d’une année de cotisation à l’association.Play Video

• Des soutiens financiers des collectivités

Les collectivités locales ont elles aussi commencé leurs annonces de soutien financier. La région Île-de-France va débloquer 10 millions d’euros d’«aide d’urgence pour aider l’archevêché à faire les premiers travaux» de reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris», a déclaré la présidente de région Valérie Pécresse sur Radio Classique. Laurent Wauquiez a annoncé mardi que la Région Auvergne-Rhône-Alpes, qu’il préside, verserait 2 millions d’euros.

La maire de Paris Anne Hidalgo a de son côté proposé de tenir dans la capitale «une conférence internationale des donateurs» en vue de la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame, ravagée par un gigantesque incendie la veille. «Je proposerai qu’on puisse tenir une conférence internationale des donateurs», a-t-elle déclaré sur la radio France Inter, pour accueillir «des experts» et «pouvoir lever des fonds». La maire a également annoncé à une contribution à hauteur de 50 millions d’euros de la Ville. Le département des Alpes-maritimes devrait donner 1 million d’euros, tout comme Toulouse et sa métropole, comme l’ont annoncé les exécutifs locaux. La région Occitanie pourrait contribuer à hauteur de 1,5 million d’euros et les Alpes-Maritimes à hauteur d’au moins un million.

• Des dons en nature et des ventes de vin

Groupama a annoncé offrir 1300 chênes qu’il prélèvera dans ses forêts normandes, «pour respecter le travail des Compagnons de l’époque», pour la «reconstruction de la charpente» de la cathédrale. Saint-Gobain mettra «à disposition son expertise en matière de rénovation et de matériaux, notamment en matière de restauration de vitraux» dont certains ont explosé. De son côté, la compagnie Air France a annoncé qu’elle assurera «le transport gratuit de tous les acteurs officiels qui participeront à la reconstruction».

Une vente aux enchères de coffrets de vin Château Mouton Rothschild, dont le résultat devait être consacré à la rénovation du château de Versailles, sera finalement allouée à Notre-Dame. Elle a rapporté plus de 870.000 euros.

• Des promesses de dons dans le monde du sport

La présidente de la Ligue de football professionnel (LFP), Nathalie Boy de la Tour, a également promis mardi que le football français allait «se mobiliser pour pouvoir aider financièrement à la reconstruction» de la cathédrale. Côté hippisme, le monde des courses a décidé de rebaptiser le Prix du Président de la République, qui doit se tenir dimanche à Auteuil, du nom de la cathédrale et «d’en reverser le bénéfice au profit de la reconstruction» de l’édifice.

• Les cultes au chevet de Notre-Dame

Le pape François a appelé mardi, dans un télégramme adressé à l’archevêque de Paris, à la «mobilisation de tous» pour que la cathédrale «puisse redevenir, grâce aux travaux de reconstruction et à la mobilisation de tous, ce bel écrin au cœur de la cité, signe de la foi de ceux qui l’ont édifié, église-mère de votre diocèse, patrimoine architectural et spirituel de Paris, de la France et de l’humanité». Le ministre de la culture du Saint-Siège, le cardinal Gianfranco Ravasi, a fait savoir que le Vatican était disposé à offrir «son savoir-faire mondialement reconnu» en matière de restauration. De son côté, le Conseil français du culte musulman (CFCM), instance officielle représentative de l’islam en France, a lancé un appel aux dons auprès des musulmans de France, tout en exprimant «son immense tristesse» face aux plaies d’un «symbole du Christianisme» et «coeur de l’Histoire de France».

• Des dons venus de l’étranger

Par un tweet matinal aux Etats-Unis, Tim Cook, le patron d’Apple, a assuré que la firme à la pomme allait «donner pour les efforts de reconstruction afin d’aider à restaurer le précieux héritage de Notre-Dame», sans préciser de somme. Henry Kravis, co-fondateur du fonds d’investissement américain KKR, et son épouse Marie-Josée Kravis, «attristés par l’incendie», ont annoncé contribuer «dès à présent» à hauteur de 10 millions de dollars (8,85 millions d’euros). C’est le premier don d’ampleur venu de l’étranger.

Mercredi, Walt Disney, qui a gagné des millions de dollars de recettes avec son film d’animation «Le Bossu de Notre-Dame» sorti en 1996, a dévoilé un don de cinq millions de dollars. Le film centré autour de la cathédrale avait rapporté plus de 300 millions de dollars à Disney.

La ville hongroise de Szeged a annoncé faire un don de 10.000 euros, s’estimant redevable à Paris. En 1879, la capitale française avait aidé à la reconstruction de cette ville du sud du pays, dévastée par une inondation. En Côte d’Ivoire, c’est le roi de Krindjabo, capitale du royaume de Sanwi dans le sud-est du pays, qui a promis un «don» pour la reconstruction, sans préciser de montant. Un prince de son royaume avait été baptisé dans la cathédrale dans les années 1700. La milliardaire brésilienne Lily Safra a fait un «don important», a également affirmé à l’AFP Stéphane Bern, chargé de la mission du patrimoine, sans dévoiler de montant.

Le Comité international olympique a fait savoir jeudi qu’il donnerait 500.000 euros. L’objectif «d’achever» les travaux avant les JO de Paris-2024 sera «une motivation supplémentaire», selon son président Thomas Bach.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.