La révolution pacifique est la seule transition efficace car le pouvoir algérien est comme un virus, il préfère évoluer dans les milieux malsains pour faire profit et cacher tout, il maîtrise parfaitement la politique de la violence c’est son climat préféré pour rester le plus longtemps au pouvoir.

QUE FAIRE MAINTENANT?

Dans l’histoire des révolutions internes toute victoire obtenue par la violence équivaut à une défaite, car elle est momentanée. Donc, dans notre cas la révolution pacifique est la seule transition efficace car le pouvoir algérien est comme un virus, il préfère évoluer dans les milieux malsains pour faire profit et cacher tout, il maîtrise parfaitement la politique de la violence c’est son climat préféré pour rester le plus longtemps au pouvoir.

Aujourd’hui, la nouvelle politique des oligarques consiste à privatiser les profits pour faire profiter la mafia au pouvoir et leurs ami(e)s et socialiser les pertes, la misère, les échecs, les souffrances, les difficultés et les sacrifices dans un esprit de vengeance envers, leur premier ennemi, à savoir le peuple.

Donc, s’indigner ne suffit plus, on doit se montrer déterminés à mettre un terme à la dictature et instaurer un Etat de droit pour nous, pour nos enfants et pour les générations à venir. Dans toutes les révolutions les événements, les slogans, les mots d’ordre, les discours et les chants structurent un langage nouveau, pour une politique différente, un langage révolutionnaire. A cet égard, pour donner un nouveau souffle au mouvement, une phrase connue, remonte à chaque étape cruciale à la surface, pour ramener les militants à la réflexion, c’est la fameuse question « que faire maintenant » ?

Aujourd’hui, le peuple algérien n’a personne en qui espérer, personne sur qui compter, hormis lui-même. En effet, personne ne délivrera l’algérien de la misère s’il ne casse pas les chaines de la dictature et se délivre lui-même. Les citoyens doivent créer un véritable rapport de force et l’utiliser pour que toutes les chaînes tombent, toutes et à jamais. Et pour se libérer de cette dictature, les algériens doivent se rassembler dans tout le pays, s’unir et réfléchir ensemble pour trouver un dénominateur commun.

En effet, Agir ensemble pour le bien commun est un élément phare dans toutes les révoltes car « Quand on ne veut rien pour soi-même on est bien fort » disait un célèbre écrivain, poète et philosophe suisse Henri-Frédéric Amiel. C’est pourquoi notre combat quotidien vise à débarrasser notre peuple de ceux qu’ils l’ont toujours volé, écrasé, exploité, méprisé, bâillonné. Honte à ceux qui maltraitent leur peuple !

Une lutte pour :

Le droit du peuple à disposer de lui-même.

La démocratie et les droits de la personne humaine.

Le développement économique et la justice sociale.

Mettre fin au système des généraux.

Une assemblée constituante qui mettra en place la première vraie constitution algérienne.

L’instauration d’un Etat dont lequel la puissance publique est soumise au droit (L’État de droit).

Nous militants révolutionnaires, nous savons tous que l’occident se rangera inévitablement au côté de la dictature jusqu’à la perte totale du pouvoir. Aujourd’hui, on doit se mettre debout nous-mêmes, c’est tout ce qui nous reste pour lutter contre le néocolonialisme, le moment est venu pour mettre fin au système mafieux car l’irréparable s’entasse depuis un bout de temps et le peuple ne choisit rien mais il subit tout et tout le temps.

Nous savons aussi que les opportunistes, les égoïstes et les lâches se rangeront au côté des oligarques et se mettront contre le peuple dès que seront satisfaits leurs intérêts mesquins et égoïstes. Seul le peuple est capable d’aller avec fermeté et sans recule jusqu’au bout. Car il va bien au-delà de la révolution pour un changement démocratique.

C’est pourquoi le peuple doit être aussi un acteur et au premier rang pour mettre en place et défendre la deuxième république. Pour aller jusqu’au bout d’une façon conséquente, notre mouvement démocratique doit s’appuyer sur la force des militants déterminés car c’est la seule force capable de paralyser l’inconséquence inévitable de la mafia en place.

La révolution que traverse l’Algérie est une révolution populaire. Un conflit irréductible oppose les intérêts du peuple et ceux de la poignée des sous-traitants qui composent et soutiennent la mafia en place. Un pseudo-opposant, par son essence sociale, ne peut manquer d’exprimer la volonté de défendre les oligarques et mettre en place des moyens pour les protéger. Donc, Il est absurde de confondre les objectifs et les conditions d’une révolution populaire intelligente, résolue et pacifique avec ceux d’un changement de façade.

Ces deux luttes sont différentes, rappelez-vous, tant par leur caractère que par la composition des forces sociales participantes. Déjà l’algérien ne peut plus ne pas voir que ce qui l’opprime, c’est le Système en place, qu’il faut lutter contre ce système. Pour vaincre, pour créer et consolider les conditions de la lutte, le peuple doit accomplir une double tâche.

Premièrement, entraîner par l’héroïsme indéfectible de sa lutte révolutionnaire contre la mafia au pouvoir les masses populaires et des exploités, l’organiser, la diriger pour mettre fin à la dictature.

Deuxièmement, mener à sa suite la masse populaire, dans la voie de la nouvelle construction économique, de l’établissement des relations sociales nouvelles, d’une nouvelle discipline de travail, d’un Etat de droit, de la liberté de la presse, des libertés individuelles et collectives, le droit d’avoir des droits, une Algérie forte, une Algérie moderne etc.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.