La charge de Baha tliba

La charge de Baha Eddine Tliba contre Ali GhediriPolitique Fayçal Métaoui 28 Janv. 2019 à 09:57

Baha Eddine Tliba, député d’Annaba, ancien vice-président de l’APN et membre du Comité central du FLN

Baha Eddine Tliba est député d’Annaba, ancien vice-président de l’APN et membre du Comité central du FLN. Homme de réseaux, il répond dans cet entretien au général à la retraite Ali Ghediri qui a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle. Il critique également Mouloud Hamrouche, les islamistes, le FFS et Louisa Hanoune. Entretien.PUBLICITÉ  

L’annonce de candidature à la présidentielle d’avril 2019 du général à la retraite Ali Ghediri a suscité beaucoup de réactions. Quel commentaire faites-vous sur sa volonté d’aller vers « une deuxième République » surtout que Ghediri dit que le peuple va le soutenir dans sa démarche ?

Le facteur de considération au sein de la société algérienne semble être gravement affecté, au point où l’accès au poste de président de la République semble être à la portée de tout le monde. Sinon, comment expliquer qu’un soldat désarmé, avec un passé militaire peu glorieux, espère redorer son image ternie, à travers sa candidature à la magistrature suprême ?

Il semble omettre la règle qui préconise que pour passer du noir au blanc, il faut traverser l’étape grise. En tout état de cause, la candidature d’un postulant, à l’image de Ghediri, ne peut pas aboutir, car il ne peut pas simplement diriger un pays révolutionnaire comme l’Algérie, même s’il a eu le quitus des laboratoires étrangers et les représentations diplomatiques et sécuritaires à Paris, tel que cela a été rapporté par des médias français.

Les deux retraités militaires, appartenant à un passé révolu, qui l’ont « désigné » pour ce poste, doivent savoir que son chemin vers El Mouradia est conditionné préalablement par l’accord du peuple, et non en quémandant le soutien des ambassades étrangères, en promettant d’importantes concessions économiques et la révision des positions politiques que l’Algérie a défendues depuis son indépendance.

Quant à sa conviction d’être soutenu par le peuple, pour une deuxième République – rien que ça ! -, je le défie de se mettre sur la balance du jugement du peuple. L’aiguille ne vibrera pas au-delà du zéro, sachant qu’il est un parfait inconnu dans les casernes, encore moins parmi les Algériens.

Comment peut-il espérer que son étoile brillera sur l’Algérie profonde ? Il l’apprendra rapidement à ses dépens, lors de l’opération de la collecte des 60.000 signatures de citoyens-électeurs. A ce moment-là, Ghediri et ses mentors, qui ont conduit l’Algérie à l’instabilité, en souillant son image sur le plan international, le constateront avec amertume.

Ali Ghediri envisage une rupture avec le système actuel. Craignez-vous les conséquences de cette rupture au cas où il serait élu ?

De quelle rupture il parle ? Bien qu’il semble prétentieux, il demeure néanmoins une quantité négligeable, mathématiquement parlant. Durant tout son vécu au sein de l’armée nationale, Ali Ghediri n’a jamais eu à diriger une caserne, encore moins un bataillon ou des unités.

Éternellement insatisfait, il n’est pas porté dans le cœur des militaires, tous grades confondus. Sa carrière, il l’a passée derrière les bureaux, jusqu’à en avoir marre et quitter l’ANP.

Ironie du sort, celui qui veut aujourd’hui diriger notre grand pays n’avait pas la compétence requise quand il était commandant dans les forces navales. Il se souvient certainement de l’incident qu’il avait provoqué lorsqu’il était en service dans ce corps. Ce qui lui avait valu d’être écarté par mesure disciplinaire.

Pour faire la rupture, comme il le prétend, il doit faire d’abord l’unanimité parmi les Algériens. Etre aux commandes d’un pays révolutionnaire de l’envergure de l’Algérie, avec un tel caractère relevant de la psychiatrie, je ne peux que dire que le doute est fortement permis. Lorsque la grenouille se met en colère, l’étang n’en a cure, dit-on.

Ali Ghediri évoque « la corruption politique en Algérie » qui est, selon lui, à l’origine de tous les problèmes. Partagez-vous ce point de vue ?

Certes, nous ne sommes pas une démocratie parfaite, mais l’Algérie est un pays solide politiquement. La délinquance politique, dont il parle, est le fruit des frustrations de ses mentors. Mais le peuple algérien et ses hommes d’Etat sont si forts et inébranlables qu’ils résistent et résisteront à toutes les tentatives de déstabilisation, comme ce fut le cas lors des fameux printemps arabes.

Comment voyez-vous le rôle de l’armée durant l’élection présidentielle prochaine. Sera-t-elle neutre ? Des candidats se posent cette question…

Ghediri ne veut pas comprendre que l’ANP est loin de la politique et ne s’attèle qu’à ses missions que la Constitution lui dicte. Le dernier message du vice-ministre de la Défense et chef d’état-major Ahmed Gaid Salah est plus que clair.

L’ancien chef de gouvernement, Mouloud Hamrouche, estime que les élections en Algérie n’ont aucune utilité puis qu’elles ne contribuent pas à changer les choses. Vous en pensez quoi ?

Dans le jargon politique, on dit que la solution à un problème ne vient jamais de celui qui en était à l’origine. C’est le cas de Hamrouche qui nous a habitués avec ses interventions fortement surmédiatisées, à la veille de chaque présidentielle, avant de s’éclipser par la suite.

Sa terminologie est à mettre à l’actif beaucoup plus de la théorie qu’à la réalité politique. Hamrouche a raté sa vocation d’enseignant au lieu de s’aventurer dans les méandres de la politique qui est une autre paire de manche. La question qui s’impose après ses différentes sorties médiatiques : qu’apporte-t-il de nouveau ou qu’est-ce qu’il propose de concret en contrepartie ?

Tous ses messages sont en direction de l’armée qu’il drague, sans se lasser, avec l’espoir de décrocher un poste au sein du pouvoir. Celui qui veut être président doit descendre pour convaincre la rue algérienne. Il faut qu’il soit loin des salons feutrés et palper de près la souffrance du peuple et se frotter à son difficile quotidien. Il faut qu’il emprunte les sinueux chemins de la démocratie, la vraie. Ni Hamrouche, ni Ghediri n’ont cette dimension, malheureusement pour eux.

Vous avez été le premier à demander au président Abdelaziz Bouteflika de se présenter pour un 5e mandat. Cela vous a valu un sévère rappel à l’ordre de la direction du FLN. Etes-vous encore attachés à cette demande faite au chef de l’Etat ?

Evidemment ! Hier, aujourd’hui et demain. J’assume pleinement ma demande et je l’exhorte encore et toujours pour continuer son œuvre et se porter candidat pour les prochaines élections présidentielles, car cette demande n’émane pas seulement de moi, mais de son peuple, la majorité des Algériens.

Pensez-vous que l’état de santé du président Bouteflika lui permet de continuer de diriger le pays pour un autre mandat de cinq ans ?

Je crois dur comme fer que son excellence le président Abdelaziz Bouteflika est capable de gérer l’Algérie. Sa lucidité, son intelligence et son expérience dépassent de loin ses capacités motrices.

Pour Abderrazak Makri, président du MSP et candidat à la présidentielle, le 5e mandat est « un piège, un épouvantail » pour geler l’action des partis…

Les islamistes sont connus de par le monde pour leur ruse politique. Ils sont comme le chacal. Ils critiquent le fruit qui n’est pas à leur portée. Avec cet esprit, ils n’ont jamais réussi à pondre un programme politique qui répond aux attentes du peuple algérien. Y a-t-il parmi eux quelqu’un qui peut remplacer le président Bouteflika ?

Le FFS a décidé de boycotter l’élection présidentielle et le Parti des travailleurs n’a pas encore décidé de s’engager dans la course électorale. Pensez-vous que la prochaine élection présidentielle sera ouverte ?

Je confirme. Le FFS est connu pour ses positions. La maison de ce parti est victime, depuis la disparition de son leader historique, le défunt Hocine Ait Ahmed, de luttes intestines de leadership. Quant à l’inamovible présidente du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, qui ne fait pas recette parmi les Algériens, sa présence ou pas, lors des prochaines élections, ne changera rien.

Les prochaines élections seront effectivement ouvertes et que le meilleur les remporte. Et pour moi, le meilleur c’est le président Bouteflika. C’est une conviction intime que j’assume ouvertement.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.