L’amour de notre frère de misère doit affermir notre aspiration à la justice sociale.

2019 : l’année du réveil des peuples

misère

Aucune ville n’est épargnée par cette vile économie capitaliste.

M K– Une année extraordinaire vient de s’achever. Elle nous a offert 365 jours de vie supplémentaire emplie de joie et parfois de chagrin. Remercions le Ciel d’être encore en vie. Que demander à la nouvelle année, sinon de nous gratifier d’un lot de 12 mois d’existence agrémenté à ras bord de bonheurs simplement humains, embelli par une fraternité partagée avec l’humble et souffrante humanité, gorgé de solidarité accordée à toutes les personnes dans le besoin.

Par-delà notre petite minuscule individualité, la collectivité souffrante humaine doit avoir les faveurs de notre cœur. La préoccupation primordiale de notre énergie intellectuelle. L’objectif prioritaire de notre combat politique.

L’amour de notre frère de misère doit affermir notre aspiration à la justice sociale. La misère de notre frère doit nous acculer à lâcher bride à notre révolte, à libérer notre rage pour exiger la fin de toutes les formes d’injustice, instaurer une société débarrassée de toutes les formes d’oppression.

Aujourd’hui, la misère ne connaît pas de frontières. Elle s’est mondialisée, comme le capital, responsable de ce crime contre l’humanité. D’Alger à Caracas, du Caire à Marseille, aucune ville n’est épargnée par cette vile économie capitaliste.

De manière inattendue, la fin de l’année s’est réveillée de sa longue nuit de sommeil hivernal social. Le printemps des peuples en lutte pour une vie meilleure s’est enfin levé en France. Son rayonnement s’est irradié de pays en pays, propageant une lumière d’espoir de libération sociale à tous les peuples opprimés. Plus aucun peuple ne tolère vivre sous la férule de la dictature de la finance. Plus aucun peuple n’est disposé à accepter les sacrifices, depuis des décennies consentis au nom de l’intérêt général, de la nation. L’intérêt général a toujours revêtu les atours de l’intérêt particulier des classes dirigeantes mondialistes, apatrides, illégitimement identifiées à la nation. Ces classes parasitaires n’incarnent aucunement la nation qu’elles piétinent et bradent à leur guise à la finance internationale.

Comme en 1789 et en 1871 en France, en 1917 en Russie, en 1954 en Algérie, l’année 2019 va-t-elle enfin concrétiser définitivement les projets d’émancipation humaine de nos pionniers hommes et femmes historiquement exceptionnels de bravoure révolutionnaire ?

De la résolution de chacun à emboîter le pas à nos glorieux martyrs, à nos exemplaires militants, dépend le renversement du rapport de force. Et, par conséquent, la fin des rapports de domination. Le recouvrement de la dignité sociale des peuples algérien, français, vénézuélien, américain, de toute la communauté humaine.

A la veille de 1789, aucun homme politique n’aurait misé un écu sur la fin définitive de l’ancien régime aristocratique millénaire. A la veille de 1917, aucun militant n’aurait parié un kopeck sur le renversement de la monarchie tsariste. A la veille de 1954, aucun homme politique au monde n’aurait misé un franc sur la fin du colonialisme en Algérie, renversé par la glorieuse guerre de Libération nationale. Dans les trois exemples, seule l’entrée en lutte du peuple opprimé, de manière spontanée, a permis un changement révolutionnaire du cours de l’histoire.

De manière générale, jamais dans l’histoire une classe régnante a d’elle-même remis les rênes de son pouvoir au peuple. Il faut cesser les jérémiades. Le pouvoir a fait de nous des pleureuses sociales.

A chaque assassinat d’une mesure sociale perpétré par le pouvoir, nous transformons la rue en vaste mouvement processionnel liturgique, accompagnant le corbillard de notre dignité au cimetière social pour l’enterrer avec nos propres mains, avec l’aide experte de ces fossoyeurs syndicalistes, sous le regard jubilatoire du capital.

Par notre personnalité pusillanime, notre frilosité combative, notre lâcheté politique, nous nous offrons avec notre bénédiction en victimes expiatoires au capital, sacrifiées comme des boucs émissaires, offrant à la finance une nouvelle ère de jouvence obtenue par notre mise à mort sociale prématurée.

Cessons de nous agenouiller devant le monstre gouvernemental pour l’implorer de nous épargne
L’amour de notre frère de misère doit affermir notre aspiration à la justice sociale.
L’amour de notre frère de misère doit affermir notre aspiration à la justice sociale. r ! Cela me rappelle ce vieux proverbe kabyle : l’arbre s’est plaint de douleur à la hache, laquelle lui répond que le manche vient de lui.

Le peuple, personnifié par l’arbre, a toujours octroyé de son plein gré à la classe dirigeante le manche de la hache, à savoir le pouvoir avec lequel elle sévit contre le peuple. Pour mettre le peuple en coupes réglées.

Cessons de nous agenouiller devant le monstre gouvernemental pour l’implorer de nous épargne
L’amour de notre frère de misère doit affermir notre aspiration à la justice sociale.
L’amour de notre frère de misère doit affermir notre aspiration à la justice sociale. r ! Cela me rappelle ce vieux proverbe kabyle : l’arbre s’est plaint de douleur à la hache, laquelle lui répond que le manche vient de lui.

Le peuple, personnifié par l’arbre, a toujours octroyé de son plein gré à la classe dirigeante le manche de la hache, à savoir le pouvoir avec lequel elle sévit contre le peuple. Pour mettre le peuple en coupes réglées.

Mes meilleurs vœux 2019 !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.