Algérie CRVM-MCA: arrestation de 41 personnes pour violence

UN GILET JAUNE MET K.O. UN REPRÉSENTANT DU MEDEF

Survivre à l’extinction

Animaux du futur : survivre à l’extinction

Qu’est ce que la biologie spéculative ? Comment allier une démarche scientifique avec l’imagination pour projeter la biodiversité du futur ? Que peut nous apprendre la paléontologie sur l’évolution de la biodiversité ?

Pourrait-on un jour revoir une espèce disparue comme le Mammouth laineux ?
Pourrait-on un jour revoir une espèce disparue comme le Mammouth laineux ?• Crédits : Flying Puffin (CC BY-SA 2.0)

Pour cette semaine de fêtes de fin d’année, nous avons changé un peu les atours de la Méthode scientifique. Nous ne sommes plus tout à fait dans le présent, pas non plus vraiment dans le futur, mais sur un pont à cheval entre les deux. Tout au long de la semaine, nous allons examiner des propositions un peu futuristes, mais les deux pieds ancrés dans la réalité de la recherche scientifique d’aujourd’hui. Appelons ça une semaine prospectiviste, même si ça n’est pas un terme très « esprit de Noël ». Et pour commencer cette semaine comme chaque lundi par le vivant, nous allons nous demander comment la faune va s’adapter, survivre, évoluer après le bouleversement climatique en cours. A quoi ressembleront les animaux du futur ?

Animaux du futur : survivre à l’extinction : c’est le programme sauvage qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue dans la Méthode scientifique.

Et l’autre particularité de cette semaine spéciale, c’est que nous rassemblons autour de la table de la Méthode des scientifiques, bien entendu, mais aussi des auteurs pour confronter leurs points de vue et laisser entrer dans la prospective une part d’imaginaire. Et nous sommes ravis de retrouver pour cette première émission thématique Catherine DUFOUR, autrice d’« Entends la nuit » et Grand Prix de l’Imaginaire pour « L’immaculée conception », et côté scientifique, Patrick BLANDIN, écologue, Professeur émérite au Muséum national d’Histoire naturelle, tout premier directeur de la Grande Galerie de l’Evolution, auteur de « Biodiversité, l’avenir du vivant » et en duplex depuis Valence, Sébastien STEYER, paléontologue au CNRS, affecté au Muséum national d’Histoire naturelle et co-auteur avec Marc BOULAY de « Demain, les animaux du futur ».

Les ennemis du monde!!! Emprisonnent des enfants de 5 ans …..une escadrille armée jusqu’aux dents, forces d’occupation arrêtent des enfants palestinien de 4 ans…. à 5 ans.

Football. Violences lors d’un match en Algérie….

Football. Violences lors d’un match en Algérie, 62 personnes blessées, dont 45 policiers

  • Une soixantaine de personnes, dont 45 policiers, ont été blessées lors de violences au cours d’un match de coupe d’Algérie. |

Une soixantaine de personnes, dont 45 policiers, ont été blessées mardi soir lors de violences au cours d’un match de coupe d’Algérie, interrompu en raison d’affrontements entre supporters et forces de l’ordre, a annoncé mercredi la protection civile.

Cette rencontre des seizièmes de finale entre le MC Alger (1re division) et le club de Village Moussa (3e division), disputée à Jijel (360 km à l’est d’Alger), a été marquée par plusieurs incidents. Ceux-ci ont entrainé l’interruption de la partie à plusieurs reprises, avant que celle-ci ne soit définitivement arrêtée dans le temps additionnel par l’arbitre qui a estimé que la sécurité des joueurs n’était plus assurée, selon le quotidien gouvernemental El Moudjahid.

Le match avait dans un premier temps était stoppé à la mi-temps par l’arbitre, après le jet de projectiles sur la pelouse.

Les supporters de Village Moussa, dont l’équipe était menée 3 à 0, ont lancé des pierres entraînant l’intervention des forces de l’ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogènes.

Des affrontements ont ensuite éclaté entre des supporters et les forces de l’ordre faisant 62 blessés dont 45 policiers. « Ces personnes ont été blessées par des jets de pierres et de projectiles », a déclaré une responsable de la protection civile à Jijel, Ahlem Boumala, cité par l’agence de presse APS.

Depuis plusieurs années, les stades de football d’Algérie sont le théâtre de violences quasi-hebdomadaires entre supporters, contre la police mais aussi parfois contre les joueurs.

Mi-novembre une quarantaine de personnes, dont 18 policiers, avaient été blessées à l’issue d’un match de première division de football à Alger.

Un mois plus tôt, environ 80 personnes, dont une trentaine de policiers, avaient déjà été blessées à Bordj Bou Arreridj (200 km au sud-est d’Alger) à l’issue d’un match de 1re division entre le club local, le CABBA, et le MCA.

En 2014, l’attaquant camerounais du club algérien de la JS Kabylie, Albert Ebossé, avait été tué sur le terrain par un projectile lancé des tribunes.