Rodez : un homme a attaqué au couteau le chef de la police municipale et l’a tué de 9 coups de couteaux. Rassurez vous : -La piste de radicalisation et terroriste ont été écartées – Les medias le qualifient de « suspect » « agresseur » -Silence de la fachosphere • Devinez pk?

La bande de zhemourroide au complet

Aujourd’hui, j’accuse…

Aujourd’hui, j’accuse !

 
J’accuse une France infidèle à ses valeurs républicaines J’accuse des hommes politiques d’avoir trahi la devise de la République Française «  Liberté, Égalité, Fraternité » J’accuse une justice partiale et inéquitable J’accuse un système judiciaire français qui a injustement détenu un innocent J’accuse des juges de ne pas avoir respecté la présomption d’innocence J’accuse des organisations internationales de ne pas avoir dénoncé cette injustice J’accuse une discrimination réservée aux minorités J’accuse une grotesque parodie du système judiciaire J’accuse une erreur judiciaire d’avoir condamné un homme libre avant son procès J’accuse des abus commis par les autorités françaises dans cette affaire J’accuse des policiers laissant Tariq Ramadan par terre pendant deux heurs au Palais de la Justice J’accuse le lynchage des médias malhonnêtes J’accuse des journalistes manipulateurs J’accuse  le discours raciste de la presse J’accuse Ian Hamel et Jean Claude Elfassi pour leurs propos haineux J’accuse une expertise médicale d’avoir conclu que l’état de santé de Tariq Ramadan n’était pas contraire à son maintien en détention J’accuse un médecin d’avoir jugé le diagnostic de la SEP « incertain » J’accuse le lynchage indéniable d’un penseur et  savant universel J’accuse tout individu voulant faire de Tariq Ramadan un coupable J’accuse des témoignages contradictoires J’accuse des plaignantes pour leurs mensonges et leurs incohérences J’accuse le silence embarrassant des associations, des organisations et des dirigeants musulmans J’accuse la malhonnêteté de  toute organisation ayant bénéficié auparavant de la renommée de Tariq Ramadan, et qui l’a aujourd’hui abandonné.
 
Nousseyba Mohamed