L’homosexualité y est une “valeur” hautement célébrée. C’est ainsi que Tel Aviv – où se déroulent de gigantesques Gay prides – se revendique “capitale mondiale des homosexuels”, juste devant New York

Aux origines de la théorie du genre



 

Aux origines de la théorie du genre

D’abord, le gouvernement veut nous faire croire que la théorie du genre ça n’existe pas. Puis nous avons montré que ces théories farfelues étaient déjà abordées par le pédophile John Money il y a plus de 40 ans de cela. Celui-ci développa plus particulièrement plusieurs théories impliquant l’identité de genre et les rôles de genre. Ce professeur de pédiatrie et de psychologie médicale soutenait entre autre les débats sur la chronophilie incluant l’infantophilie, l’éphébophilie. Autant de termes qui n’existent que dans l’imagination fertile d’un seul homme, mais qui visent par contre à tenter de justifier une infamie: la pédophilie.

On constate donc quelles sont ces belles valeurs républicaines sur lesquels se basent le gouvernement socialiste pour nous pondre une théorie du genre déguisée en égalité hommes et femmes (et vue les recommandations de l’OMS, ce n’est peut être qu’un prélude pour une sexualisation précoce des enfants). On pouvait penser que John Money était à l’origine de ces théories mais pas du tout. En remontant à la source, on comprend toujours mieux les problématiques. Et la tout devient plus clair. La première à avoir développé ce type d’idéologie serait en fait Dorothy Parker née Rothschild (rien à voir avec la dynastie banquière apparemment).Judith Butler, féministe radicale engagé dans le même combat, aurait elle obtenu une bourse de la fondation Rockfeller par contre.

Je vous invite également à voir cette courte vidéo de Claude Zimmermann, qui s’est exprimé lors de la conférence CEP (centre d’études et de prospective sur la science). Non seulement il confirme l’origine et la signification de cette théorie mais il indique également sans détour que: « la théorie du genre est une théorie ethnique qui vise à légitimer l’homosexualité ».



I – De l’apologie et de la justification de l’homosexualité

La théorie du genre est très prisée sur les bords du Jourdain… et sur les rives de l’Hudson…
L’homosexualité y est une “valeur” hautement célébrée.
ephèbes sionistesC’est ainsi que Tel Aviv – où se déroulent de gigantesques Gay prides – se revendique “capitale mondiale des homosexuels”, juste devant New York…
On comprend mieux ainsi le titre fracassant arboré un jour par le webzine tabloïde de propagande JSS News : « Israël et les homosexuels : une histoire d’amour » !(sic !)
Israël a d’ailleurs fait figure d’état pionnier en matière de législation homosexualiste.
C’est une banalité que le rappeler…
La transsexualité y est également très bien vue…
Dana
On se souviendra que le travesti transsexuel Dana, figure emblématique du showbiz israélien, a même été choisi pour représenter Israël à l’Eurovision !
(On peut d’ailleurs se demander ce que fait Israël à l’Eurovision quand ce pays à la localisation d’appartenance improbable aux confins de l’Europe, de l’Afrique et de l’Asie, revendique une appartenance asiatique chaque fois que cela l’arrange!)
BeatieOn se souviendra aussi des titres fracassants de la presse obligée, à l’occasion de la naissance du produit issu de la transexuelle israélienne Beatie devenue “homme” mais pas encore totalement opéré(e).
« Le premier homme enceinte de l’histoire » (resic !)
Cette “paman” à moins que ce ne soit un “mapa” est marié avec une femme (une vraie) et est travailleur social (il donne des conseils d’éducation sexuelle aux adolescents !) : elle il est très connu pour son combat en faveur des homosexuels !
La théorie du genre trouve ses origines chez les lesbiennes juives américaines…
Il est de bon ton aujourd’hui chez les opposants à la théorie du genre d’agiter le spectre de John Money : né le 8 juillet 1921 et mort le 7 juillet 2006 , c’est un psychologue et sexologue néo-zélandais auquel on attribue la paternité du terme anglophone “gender” dans son acception académique, à savoir les différences socialement construites entre hommes et femmes.
Emigré aux USA, Money fit une très belle carrière à la célèbre université médicale John Hopkins comme professeur de psychologie médicale et de pédiatrie.
Pédophile notoire, il fut (tout de même !) critiqué, notamment pour une abominable opération chirurgicale de “réattribution sexuelle” réalisée sur le petit David Reimer, alors âgé de 22 mois !
Une vie, gâchée par ce docteur Mabuse, qui se terminera… par un suicide !
David Reimer (22 août 1965 – 5 mai 2004) était un canadien né garçon et en bonne santé ; une circoncision mal faite lui valut l’ablation du pénis et, pensant que c’était le mieux à faire ( ?), on pratiqua une “réassignation sexuelle” et on l’éleva comme une fille. John Money citait cette réassignation comme exemple de réussite et y voyait la preuve que l’identité sexuelle est essentiellement due à l’éducation.
Mais à quinze ans David – qui était devenu(e) Brenda – voulut reprendre son identité masculine !
Par la suite il publia son histoire pour décourager de telles pratiques médicales.
Il se suicida à l’âge de 38 ans ! Au bilan : l’illustration d’un échec patent de l’idéologie de la transexualité.
On peut se demander pourquoi John Money aujourd’hui apparaît pour certains comme une “grande figure” de la théorisation du genre, alors que ses expérimentations conduisirent à des échecs cuisants et qu’historiquement il ne fut pas du tout un précurseur !
Dorothy ParkerC’est que John Money était homme et pédophile et, ce qui ne gâte rien, un goy…
Et on a bien besoin de ces constatations pour éviter de généraliser… et de cantonner la théorie du genre à ses auteur(es) emblématiques : des lesbiennes, juives, américaines, adeptes du féminisme radical !
Tout commence en effet avec Dorothy Parker (née Rothschild) – quarante ans au moins avant les élucubrations pseudo-médicales du pédophile Money.
Scénariste américaine, lesbienne, alcoolique et névrosée, ayant trois tentatives de suicide à son actif, elle annonçait clairement la couleur déjà bien avant la guerre : « L’hétérosexualité n’a rien de normal, elle est juste courante. »
Ce morceau de bravoure figure aujourd’hui en exergue sur le fronton du portail internet GLBT !
Ensuite, Judith Butler, mère revendiquée de la théorie du genre – se qualifiant elle-même de « féministe radicale » – a intentionnellement dévoyé la phrase culte de Simone de Beauvoir (une référence de la sorte, cela fait plus sérieux) pour théoriser ses frustrations d’amazone incomprise et justifier de son homosexualité: « On ne naît pas femme, on le devient ! »
Judith ButlerCe préambule du « Deuxième sexe » annonçait le raisonnement bien connu de l’auteur(e) : pour Simone de Beauvoir, la personnalité de la femme, sa place, son devenir, etc. sont conditionnés par l’éducation de la société dans laquelle la fillette, femme en devenir, est amenée à s’insérer.
Cette vue purement sociétale de la personnalité féminine décrite par Simone de Beauvoir – dont nous ne discuterons pas ici le bienfondé – n’implique en rien une vision mouvante, transsexuelle, de l’être physiologique, concluant que l’identité de féminité est uniquement « acquise dans le temps » et est indépendante d’une nature sexuée de l’individu(e) – ce qui est confirmé aujourd’hui par toutes les connaissances biologiques !
La formule, en soi, n’était déjà qu’un grossier plagiat de Tertullien qui avait proclamé à la toute fin du IIeme siècle : « On ne naît pas chrétien, on le devient » (Apol, XVIII).
Jamais Tertullien, moraliste rigoureux s’il en fut, n’aurait pu imaginer que sa maxime, ainsi plagiée, serait détournée dix huit siècles plus tard… pour justifier de l’homosexualité .
Judith Butler est titulaire de la chaire Maxine Elliot au département de rhétorique et de littérature comparée de l’université de Californie à Berkeley et de la chaire Hannah Arendt de philosophie à l’École supérieure européenne de Sass-Fee en Suisse. Elle est membre de l’American Philosophical Society, a reçu de nombreuses distinctions, dont le prix Fulbright-Hayes, une bourse Guggenheim, des bourses Rockefeller et Ford, le prix commémoratif Brudner de l’université Yale, un Prix d’excellence de la Andrew W. Mellon Foundation et le prix Theodore W. Adorno 2012 de la Ville de Francfort .
Elle a même été nommée docteur Honoris Causa de l’université de Bordeaux !
Son ouvrage Le Trouble dans le genre, publié en 1990 mais traduit en français seulement en 2005, est considéré comme livre fondateur de la théorie du genre : une référence par les auteurs de la théorie dite des Queers.
Cette théorie des « queers » n’a rien de scientifique. C’est une élucubration sociologique issue du cerveau malade de quelques universitaires américaines névrosées qui derrière Judith Butler sont :
– majoritairement :
juives, lesbiennes et féministes dites « radicales »,
éventuellement :
– transsexuelles féminines (comme Albert/Kate Bornstein)
– plus rarement bisexuelles (comme Eve Kosofsky-Sedgwick)
Cette théorie a cherché des appuis philosophiques, qu’elle trouve effectivement, notamment en France, dans la même mouvance: Derrida, Foucault, Marie Hélène Bourcier, Elisabeth Badinter, ou Sylviane Agacinski, l’auteure de l’inoubliable sentence: « S’il n’y avait pas d’homme, il n’y aurait pas de femmes » !
Tout cela nous montre bien que la théorie du genre (dite théorie « queer » en anglais) est intrinsèquement liée à une vision homosexuelle des rapports entre individus !
La recherche désespérée d’une “justification” zoologique
Dans le but d’apporter une « justification » scientifique à l’idée que l’homosexualité est, dans une société (humaine ou animale) une « option comportementale normale », certains « scientifiques » – notamment californiens – ont rédigé des communications et publié des travaux portant sur cette homosexualité supposée « habituelle » dans le monde animal.
Ce ne sont, en fait, que des extrapolations savamment présentées de façon partisane…et cela ne préjuge en rien de la banalisation effective de l’homosexualité animale dans le milieu naturel.
Parmi les auteurs les plus connus de cette désinformation à visée scientifique, on peut citer :
– Marlene Zuk, lesbienne revendiquée, spécialiste de la sexualité des insectes (criquets et coccinelles) et des vers parasites,
– Nathan Bailey,
– Bruce Bagemihl, homosexuel revendiqué,
– Anne Fausto-Sterling, lesbienne revendiquée, spécialiste des vers plats (effectivement eux animaux généralement hermaphrodites !)
Leurs travaux, vu l’outrance de leurs conclusions, ne corroborent en rien leurs affirmations péremptoires.
Il suffira de lire (pour ceux qui en auront la curiosité !) “Biological Exuberance: Animal Homosexuality and Natural Diversity” de Bagemihl qui y expose rien de moins que :
« L’homosexualité est la règle chez les animaux » (sic !)
On pourra conseiller à Bruce Bagemihl de faire un stage approfondi dans un laboratoire d’éthologie…
Il y soutient par exemple – entre autres âneries – que lorsque les femelles de carnivores dévorent leurs petits c’est que « sous l’effet du stress elles confondent petits et proies » (resic !)
On attend impatiemment une quelconque justification de cette “confusion” !
Tout cela n’a, à l’évidence, aucun fondement sérieux, mais le lobby GLBT est si avide de reconnaissance scientifique qu’il se raccroche à toutes les branches ! Même celles qui n’existent pas !
Or les conditions spécifiques associées à la vie en captivité sont parfois source de comportements sexuels déviants. C’est un fait éthologique bien connu…
C’est ainsi qu’il a été observé dans une réserve africaine le comportement ahurissant d’un jeune éléphant – orphelin éléphanteau élevé au biberon en compagnie d’un orphelin rhinocéros blanc – qui, relâché dans la réserve, cherchait à sauter… les rhinocéros !!!
Ce souci de “justification zoologique” est sans doute la raison pour laquelle toute manifestation d’homosexualité animale, constatée en parc zoologique, est aussitôt montée en épingle.
C’est ainsi que le supposé sérieux « Monde Juif » nous gratifie maintenant d’un article à la gloire de deux couples d’oiseaux aux mœurs déviants, sous le titre ronflant :
Israël : des animaux du zoo de Ramat Gan revendiquent le mariage pour tous ! (sic!)
– D’abord deux vautours supposés pédérastes : quelle aubaine !
« Dashik et Yehuda, deux vautours mâles, sont les premiers à avoir revendiqué le droit d’être “un couple comme les autres”. Ce couple homosexuel a fait la une des journaux en Israël, quand ils ont voulu ensemble, adopter des enfants en élevant des poussins de substitution au zoo biblique de Jérusalem en 1999 »(sic !)
manchots lesbiennes– et pour respecter la parité, maintenant deux manchots (lesbiennes ?), appelés – par évidente ignorance de la journaliste Déborah Partouche – des “pingouins” !!!
« Ce sont Suki et Chupchikoni, deux pingouins femelles qui s’aiment au grand jour au safari de Ramat Gan, le parc zoologique situé au nord de Tel Aviv. Dès que Suki et Chupchikoni ont commencé, patte dans la patte, à recueillir des matériaux de nidification, le personnel du zoo a supposé, à tort, que le pingouin compagnon de Suki était un mâle. D’autant plus que les Pingouins, mâles et femelles, s’accouplent pour la vie.
Le couple vivait tranquille au sein des autres couples hétérosexuels pingouins du safari jusqu’au jour où un étudiant en médecine vétérinaire faisant une recherche sur le paludisme aviaire, a dû prélever des échantillons de sang.. Et ces analyses ont révélé que Chupchikoni était.. .une femelle !
“C’est notre premier couple animal de lesbiennes au Safari “, a déclaré Tamouz Setti, la responsable du département aviaire du zoo safari de Ramat Gan ” Et parce qu’il y a quelques jeunes hommes disponibles dans ce groupe de pingouins, nous sommes certains que c’est un choix qu’elles ont fait d’être ensemble et pas un couplage par défaut. “ a-t-elle ajouté.
Que ne ferait-on pas en Israël pour légitimer le “ mariage pour tous” !
Car cet article tombe juste au moment où une loi sur ledit mariage agite les milieux politiques israéliens…
Une coïncidence sans doute

Gertrude Bell : archéologue, aventurière… ou agent secret ?’ Si je vous dis : « espionnage britannique», … « Empire ottoman»… « archéologie » … « appel du désert »… A qui pensez-vous ? Probablement à Lawrence d’Arabie, immortalisé par le film de David Lean… Mais il y a un autre personnage un peu oublié aujourd’hui, tout aussi romanesque pourtant, et qui, comme lui, pendant et après la Première guerre mondiale, joua un rôle-clé dans l’éveil des nations arabes : elle s’appelle Gertrude Bell. Archéologue, aventurière ou agent secret ?

https://www.franceinter.fr/embed/player/aod/13824889-9814-11e5-b817-005056a87c30

Gertrude Bell : archéologue, aventurière…ou agent secret ?’

55 minutes
(RÉ)ÉCOUTER

Gertrude Bell : archéologue, aventurière… ou agent secret ?’

Si je vous dis : « espionnage britannique», … « Empire ottoman»… « archéologie » … « appel du désert »… A qui pensez-vous ? Probablement à Lawrence d’Arabie, immortalisé par le film de David Lean…

Mais il y a un autre personnage un peu oublié aujourd’hui, tout aussi romanesque pourtant, et qui, comme lui, pendant et après la Première guerre mondiale, joua un rôle-clé dans l’éveil des nations arabes : elle s’appelle Gertrude Bell. Archéologue, aventurière ou agent secret ?

Gertrude Bell : archéologue
Gertrude Bell

Regardez-la… Cette grande belle rousse, élégante, très élégante qui déambule dans les rues de Damas ou du Caire fait-elle partie de ces énièmes riches Anglaises qui dans les années 1900 traînent leur désœuvrement à travers le monde ? Gertrude Bell est un peu cela : elle qui en plein désert, ne se sépare jamais de ses malles remplies de robes, de son service à thé et de sa baignoire portative.

Mais derrière l’image de l’Anglaise snobe et excentrique, il y a aussi une femme d’une curiosité insatiable, archéologue hors-pair, une diplomate polyglotte, une des rares à pouvoir parler d’égal à égal avec les chefs des tribus arabes….

Et à l’heure où l’Irak est au centre de l’actualité, c’est l’occasion de rappeler que la création du royaume d’Irak en 1921, c’est à Gertrude Bell qu’on la doit ; elle que l’on surnommait « la reine de Bagdad ».

 

__

Une émission à suivre et partager 

Gertrude Bell : archéologue, aventurière, agent secret (édits :Tallandier)

Gertrude Bell

Dans l’Angleterre victorienne où elle est née, rien ne destine Gertrude Bell à devenir une des plus grandes aventurières du XXe siècle. Riche et belle, elle semble promise à un mariage aristocratique mais la jeune femme aime le danger… Elle part à sa rencontre dans les déserts chaotiques qui s’étendent entre Damas et Bagdad. Entre 1900 et 1914, elle y devient archéologue, exploratrice, diplomate, agent de renseignement sans jamais oublier de glisser dans ses bagages robes du soir et cartes de visite. Jusqu’à sa mort tragique, en 1926.

Flamboyante et spirituelle, amoureuse et excentrique, Gertrude Bell est surnommée la Reine du Désert, la Khatun , la Dame, ou bien encore la «reine sans couronne d’Irak». Mais il faudrait plutôt dire Bell de Bagdad comme on dit Lawrence d’Arabie, car tous les deux poursuivaient le même rêve, le visage brûlé par les vents de sable et les yeux perdus dans l’horizon trouble d’un lointain qu’ils étaient seuls à voir.

« Enthousiaste, intéressée, toujours passionnée par les rencontres et les événements du jour, elle laissait une impression de perpétuelle fraîcheur – plus exactement : quelle que fût sa fatigue, elle restait capable d’intéresser et de capter l’attention de quiconque venait la voir. Je ne pense avoir jamais connu personne qui fût aussi totalement civilisé, à la mesure de son immense pouvoir de sympathie intellectuelle. »

UnTunisien que je salue chaleureusement,a réussi à faire cette collection de sable de chaque coin de notre Sahara algérien,l’Algérie est vraiment vaste et diversifié

téléchargement (79)

L’Algérie se situe au Nord du continent Africain. C’est le plus grand pays d’Afrique avec une superficie de 2 381 741 Km2 De par sa situation géographique, l’Algérie se caractérise par une très grande variété de contextes géologiques, et a enregistré des événements qui ont concerné autant le continent Africain que le pourtour méditerranéen.

On y rencontre du Nord au Sud.

DYNAMIQUES DES GRANDES AIRES CONTINENTALES

 

 

 

 

Aujourd’hui au premier plan de l’actualité internationale, le Sahara est tout sauf un désert délaissé. Ce vaste espace sec et aride (en Arabe, « Sahara » signifie d’ailleurs désert) est en effet au coeur d’enjeux économiques et politiques sources de tensions et de conflits. Lisière du monde musulman, interface entre Afrique subasaharienne et Afrique du nord, riche en ressources du sous-sol, cette région partagée entre 10 Etats attise les convoitises internes comme externes et forme la pointe occidentale de « l’arc de crise » mondial.

 

=> Quels sont les facteurs de crise au Sahara?

=> En quoi le Sahara constitue-t-il un espace stratégique et donc convoité?

 

I – UNE REGION CONTRAIGNANTE MAIS RICHE EN RESSOURCES DU SOUS-SOL: LE SAHARA, UN DESERT?

 

1. Un vaste espace désertique…

 

Le Sahara est une large bande désertique qui s’étend sur environ 8,5 km², de l’océan Atlantique à la mer Rouge (5 000 km) et du Sahel à l’Afrique du nord (2 000 km). Un puissant anticyclone y limite les précipitations à 100 mm/an au nord (limite méridionale de l’olivier) et 200 mm/an au sud (limite septentrionale du cram-cram); les zones les plus sèches reçoivent moins de 0,5 mm d’eau par an en moyenne et les températures peuvent atteindre les 50 degrés!

 

Les limites bioclimatiques de la zone saharienne

 

De vastes étendues planes (les regs) aux paysages banals et monotones forment l’essentiel du Sahara central. Ils sont séparés les uns des autres par des ensembles dunaires, les ergs (le sable ne couvrant que 20% de la surface du Sahara). On y trouve également d’immenses hauts plateaux (comme le tassili N’Ajjer au sud-est de l’Algérie) et quelques massifs montagneux, souvent d’origine volcanique, comme le Hoggar (Algérie), l’Aïr (Niger) ou le Tibesti (Tchad et Libye) dont le plus haut sommet (l’Emi Koussi) culmine à 3415 m d’altitude. Ces massifs, plus arrosés, ont longtemps constitué des espaces privilégiés d’implantation pour les populations sahariennes (le terme Tibesti signifie d’ailleurs « lieu où vivent les habitants des montagnes »).

 

Principaux ergs et massifs montagneux du Sahara.

 

2. …peu densément peuplé…

 

Le Sahara est aujourd’hui peuplé d’environ 7 millions d’habitants (surtout sur ses marges), pour une densité de population moyenne de moins d’un habitant/km².  L’espace saharien est partagé entre 4 principaux groupes de population: les Maures (Maroc,Mauritanie, Sénégal), les Touaregs (1.5 millions de personnes réparties entre 5 pays: Algérie, Libye, Niger, Mali et Burkina Faso), les Toubous (Tchad, Libye et Niger) et les Zaghawas (Soudan, Tchad, Libye).

 

Les peuples sahariens

 

Ces populations, traditionnellement nomades (pasteurs, commerçants), sont aujourd’hui largement sédentaires et urbaines (80% de la population). Elles se concentrent ainsi dans les oasis et surtout dans les villes qui ont émergé depuis quelques décennies du fait de l’explosion démographique, de la modernisation des moyens de transports, des activités commerciales et des actions des différents gouvernements pour sédentariser les populations sahariennes (comme la scolarisation obligatoire) et mieux contrôler leur territoire. Les principales villes sont  Nouakchott (capitale de la Mauritanie) Adrar, Agadès, Tamanrasset, Sebha, Djanet ou encore Koufra.

 

Les villes  du Sahara

 

Agadez (Niger)

 

Nouakchott (Mauritanie)

 

3. …mais riche en ressources du sous-sol

 

Le sous-sol saharien est extrêment riche en ressources diverses. On y trouve tout d’abord des minerais: le Sahara occidental produit des phosphates, le Niger et le Mali de l’uranium, la Mauritanie du fer, le Maroc et le mali de l’or. Ces gisements générent des activités économiques et des rentes financières nécessaires à la mise en oeuvre de politiques de développement mais attisent aussi la convoitise des FTN des pays industrialisés comme celle des responsables politiques locaux et des groupes armées.

 

Les ressources du sous-sol saharien

 

De plus, le sous-sol du Sahara renferme d’importantes réserves de pétrole et de gaz, découverte dans les années 1950 par des géologues français, en particulier au Algérie (où les hydrocarbures représentent près de 90% des revenus liés aux exportations et 40% de son PIB), en Libye et dans une moindre mesure au Sahara occidental, au Tchad, en Mauritanie et au Niger. Ces gisements sont exploités par des sociétés nationales, comme en Libye (deuxième producteur de pétrole brut du continent après le Nigéria et plus grandes réserves d’Afrique, estimées à 46,4 milliards de barils) où l’industrie pétrolière est gérée par l’entreprise publique National Oil Corporation. Le pétrole libyen est de qualité, peu cher à produire et proche des centres de consommation; il  fournit 93 % des recettes du pays et 95 % de ses exportations (chiffres 2005) mais a surtout profité au dictateur Mouammar Kadhafi.

 

Les ressources dans le nord du Sahara

 

Exploitation pétrolière d’El Merk (Algérie)

 

Enfin, le sous-sol saharien abrite de vastes nappes aquifères (formation géologique poreuse et/ou fissurée et perméable qui peut stocker l’eau), constituées il y a plus de 10 000 ans lorsque le climat de la région était plus humide. Les aquifères du Sahara septentrional, qui occupent plus d’un million de km² principalement en l’Algérie et en Libye, recèlent environ 31 000 milliards de mètres cubes d’eau!

 

L’eau et ses enjeux au Sahara

 

L’exploitation de ces ressources constitue un enjeux majeur en terme de développement (usage domestique, agricole, touristique…) mais aussi d’environnement. En effet, l’eau de ces nappes permet d’alimenter les villes et les activités littorales (industrie, tourisme, agriculture) en la pompant puis en la dérivant, comme en Tunisie ou en Libye avec la création de la « grande rivière artifielle ». Il s’agit d’un gigantesque aménagement hydraulique qui permet de pomper l’eau dans les nappes sahariennes (480 puits, entre 500 et 800 m de profondeur) et de la répartir sur le parcours d’une « rivière artificielle » (en réalité une canalisation souterraine géante) qui traverse le pays du nord au sud sur plus de 3 000 km. Des périmètres agricoles irrigués ont ainsi pu être développés en plein désert, comme dans la région de Koufra.

 

La grande rivière artificielle libyenne

 

Koufra: organisation spatiale et activités agricoles.

 

Image satellite des « cercles de Koufra »: périmètres agricoles irrigués en plein désert

 

Toutefois,  ces nappes se rechargent très lentement et le niveau des eaux s’est abaissé de 25 à 50 mètres selon les endroits entre 1950 et 2000. De nombreuses sources naturelles, autour desquelles se sont développées des oasis traditionnelles, ont ainsi tendance à se tarir et la qualité des eaux et des sols se dégrade rapidement (salinisation/minéralisation des eaux).

Figure -1- Carte géologique de l’Algérie 1/2000000

geologique-de-Algerie_12000000

Le talmud secte raciste

Article republié le 6 janvier 2013, titré un peu différemment. Parce que cet article est, curieusement (!), introuvable sur les moteurs de recherche, je le republie (sous un autre titre, plus clair encore)Au nom de la Vérité, tout simplement.  Et aussi parce que nous avons le DEVOIR de protéger nos descendants de l’horreur, et de leur permettre de vivre dans un monde VIABLE. Ainsi que je l’annonce en préambule de ce site, c’est comme Castro le dit si bien, un combat pour la VIE que nous devons mener ! Et une vie digne de ce nom…on trouve ces perles (où l’on verra que la Police de la Pensée sioniste est mal placée pour traquer les soi-disant antisémites – les « racistes » anti-Juifs seulement -,  et pour faire la morale) NB en italique, mes commentaires =

– Les Goyims, les Non-Juifs, sont « des animaux, le bétail des Juifs, des porcs, des singes, des bêtes, des impurs, des chiens, des vaches, des ânes, même les meilleurs d’entre eux doivent être abattus, ils ne doivent pas être soignés, il est permis de les décapiter, de les voler, de les tuer, les Goyims deviendront les serviteurs des Juifs, ou bien ils peuvent être massacrés par eux, les Goys sont promis à l’enfer, le Nouveau Testament doit être détruit, les Goys sont les fils du serpent de la Genèse, et ils ne sont pas les prochains des Juifs, ils doivent être exterminés car ce sont des idolâtres (et cette extermination est « agréable à Dieu »), le taux de naissance des goys doit être diminué matériellement (d’où la loi Veil sur l’avortement, l’encouragement aux unions entre même sexe contre la procréation, les campagnes de vaccination-stérilisation de Bill Gates etc, et qui sont les meilleurs biologistes-eugénistes ?), les Goyims souillent le monde, pas de pitié envers eux, il est même interdit de leur enseigner un métier… »

 

– Quant aux Juifs, ce sont des « êtres supérieurs, toujours considérés comme bons même s’ils commettent des péchés, on ne peut les poursuivre devant un Tribunal (de Goyims), ils possèdent la dignité dont même les anges ne disposent pas, ils ne sont pas obligés de payer un salaire à un Goy (esclavage donc), ils doivent en permanence tenter de tomper les Goys (ainsi le sieur Fabius se présentant à la Primaire socialiste comme le plus à gauche, croyant trouver le filon pour être choisi, alors qu’il est ultra-libéral et seulement au servce des intérêts d’israël – ou Valls se faisant passer pour un homme de Gauche alors qu’Espagnol, il est proche des… Franquistes de sinistre mémoire, ou les journaleux nous mentant en permanence, etc etc), toutes les marchandises des Goys devraient être livrées aux Juifs (c‘est ce qui se passe en Europe où tout, services publics, secteurs sociaux, patrimoine des Nations… est peu à peu transféré dans les coffres-forts des banksters – gare aux pays refusant la domination, ils sont attaqués comme actuellement la Syrie), voler les Goys comme avec les prêts d’argent (les dettes, donc) est une pratique… religieuse, le soleil brille SEULEMENT pour les Juifs, les Goys deviendront les serviteurs des Juifs, les Juifs peuvent mentir, se parjurer, tromper, être usuriers, et verser le sang des Goys est une offrande à Dieu, les Juifs ont droit d’être appelés hommes, pas les Goyims, (bref) les Juifs sont des humains et les Goyim sont des animaux… « 

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

JEMINFORMETV.COM

UN ŒIL SUR LE WEB

LES HIRAKIENS DE LA DIASPORA ALGERIENNE

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

Pro Fide Catholica

Le site de Laurent Glauzy

L'Ours géopolitique

Le fond de l'air est géopolitique

Youssef Hindi

Géopolitique, Histoire des Religions

Mes petites économies

Les finances personnelles au quotidien

CAMPAGNE BDS FRANCE MONTPELLIER

UNE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE EFFICACE AVEC LA LUTTE PALESTINIENNE POUR LES DROITS S’ÉCRIT : B. D. S. !" Comité National BDS Palestinien (BNC) 10 juillet 2014.

Kalimate - Blog féministe

WORDS FOR A BETTER WORLD

Les miscellanées d'Usva

Chroniques littéraires sans frontières

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

les successeurs des fascistes d'hier arriveront à vous convaincre que les antifascistes d’aujourd’hui sont vos ennemis

Chez Moi Chez Vous

Enhancing your Parisian experience

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ma Revue De Presse DZ

Parlons-en ! L’Actu Algérienne, Mais pas que...

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

wakongo.wordpress.com/

NUNI KU DUMUK' KU BIK LUSSAL'

JEMINFORMETV.COM

UN ŒIL SUR LE WEB

LES HIRAKIENS DE LA DIASPORA ALGERIENNE

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

Pro Fide Catholica

Le site de Laurent Glauzy

L'Ours géopolitique

Le fond de l'air est géopolitique

Youssef Hindi

Géopolitique, Histoire des Religions

Mes petites économies

Les finances personnelles au quotidien

CAMPAGNE BDS FRANCE MONTPELLIER

UNE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE EFFICACE AVEC LA LUTTE PALESTINIENNE POUR LES DROITS S’ÉCRIT : B. D. S. !" Comité National BDS Palestinien (BNC) 10 juillet 2014.

Kalimate - Blog féministe

WORDS FOR A BETTER WORLD

Les miscellanées d'Usva

Chroniques littéraires sans frontières

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

les successeurs des fascistes d'hier arriveront à vous convaincre que les antifascistes d’aujourd’hui sont vos ennemis

Chez Moi Chez Vous

Enhancing your Parisian experience

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ma Revue De Presse DZ

Parlons-en ! L’Actu Algérienne, Mais pas que...

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

wakongo.wordpress.com/

NUNI KU DUMUK' KU BIK LUSSAL'

JEMINFORMETV.COM

UN ŒIL SUR LE WEB

LES HIRAKIENS DE LA DIASPORA ALGERIENNE

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

Pro Fide Catholica

Le site de Laurent Glauzy

L'Ours géopolitique

Le fond de l'air est géopolitique

Youssef Hindi

Géopolitique, Histoire des Religions

Mes petites économies

Les finances personnelles au quotidien

CAMPAGNE BDS FRANCE MONTPELLIER

UNE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE EFFICACE AVEC LA LUTTE PALESTINIENNE POUR LES DROITS S’ÉCRIT : B. D. S. !" Comité National BDS Palestinien (BNC) 10 juillet 2014.

Kalimate - Blog féministe

WORDS FOR A BETTER WORLD

Les miscellanées d'Usva

Chroniques littéraires sans frontières

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

les successeurs des fascistes d'hier arriveront à vous convaincre que les antifascistes d’aujourd’hui sont vos ennemis

Chez Moi Chez Vous

Enhancing your Parisian experience

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ma Revue De Presse DZ

Parlons-en ! L’Actu Algérienne, Mais pas que...

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

wakongo.wordpress.com/

NUNI KU DUMUK' KU BIK LUSSAL'