Toute démarche ne provenant pas du cœur du système (la main de l’étranger, les ennemis de l’Algérie, «hizb fransa» (le parti de la France), etc.). L’erreur est là, et elle est gravissime!

!

 K G

Nos décideurs sont presque toujours en état de repousser avec pertes et fracas toute proposition venant de l’opposition ou de la société civile qui n’arrange guère leurs intérêts. Et pour contrecarrer l’avis de ceux qui les dérangent, ils n’hésitent jamais à battre parfois le rappel de quelques préjugés sciemment entretenus depuis longtemps pour discréditer toute démarche ne provenant pas du cœur du système (la main de l’étranger, les ennem is de l’Algérie, «hizb fransa» (le parti de la France), etc.). L’erreur est là, et elle est gravissime!
Les lecteurs de cette chronique seront, peut-être, tentés de tenir cette vue pour excessive. Or, les exemples du recours de notre nomenklatura, ces dernières années, à des procédés et à des ruses politiques de ce type dans l’unique objectif de manipuler et de récupérer facilement le peuple sont légion. Il est clair toutefois que dresser ce dernier contre des ennemis virtuels lesquels sont capables, comme on le prétend, de faire tout pour comploter et saboter la maison-Algérie, est un rituel usé à l’heure des réseaux sociaux et de la technologie numérique de pointe. D’autant que ceux-ci mettent aujourd’hui à portée de clic d’ordinateur l’actualité du monde à la disposition de chaque citoyen.

C’est pourquoi le seul engagement valable que doit tenir le pouvoir actuel est de se réformer sérieusement et au plus vite afin d’éviter un printemps social d’ampleur qui peut naître du sentiment d’humiliation général des Algériens. Démarche d’autant plus urgente que l’hypertrophie sociale se paie de l’immobilisme institutionnel, de la réduction des facteurs du développement humain, du délabrement de notre système éducatif et de celui de la santé, de la corruption endémique, de la bureaucratie. En clair, il va falloir s’employer à simplifier et à assouplir les procédures administratives pour nos citoyens de sorte qu’elles puissent répondre à leurs attentes, et se plier ainsi aux exigences du marché économique, surtout en ce qui concerne le volet de l’investissement étranger.

Si le populisme qui gonfle comme un ballon de baudruche, prêt à toutes les enflures politiques et au déguisement des réalités sociales avait exercé jusque-là une influence considérable chez nous, c’est parce qu’il a su cacher par euphémisme ce que vivent réellement les Algériens dans leur quotidien (misère dans tous les sens du terme, matérielle, citoyenne, culturelle, éthique, politique). En gros, le système semble donner les éléments d’une réponse fragile et provisoire à une crise dont les implications, loin d’être simples, pourraient se retourner facilement contre lui s’il n’y réagissait pas à temps. A notre grand malheur, il n’est pas certain qu’en Algérie, on comprenne mieux l’urgence de l’heure tant les cartes sont brouillées, tant il est tant d’écrans de fumée que l’on entretient pour dissimuler les choses, à coup de discours contradictoires.

Dr. Abderrahmane Mebtoul: “Algeria still faces significant challenges”

Algérie Résistance

a.mebtoul3

Dr. Abderrahmane Mebtoul. DR.

Mohsen Abdelmoumen: What is today the equilibrium threshold, the price of a barrel that allows Algeria to not draw from its foreign currency reserves, but to reconstitute them?

Dr. Abderrahmane Mebtoul: Foreign exchange reserves come mainly from hydrocarbons exports (98% with derivatives) whose average price per barrel of Algerian oil went from $ 112 in June 2014 to $ 45 average annual 2016 to $ 53.97 in 2017. They evolved as follows: $ 162.2 billion in 2010, 182 in 2011, 190 in 2012, 194 in 2013, 180 in 2014, 144 in 2015, 114 in 2016, and $ 96 billion (excluding SDRs) at the end of 2017 and excluding gold reserves, Algeria owning 173 tons of a worth, at the current price, of about 7 billion dollars and, according to the IMF in its report of July 20, 2018, which is likely to end at $ 12-13…

Voir l’article original 6 780 mots de plus

Algérie – Hajj : un faux diplomate tchadien arnaque des centaines de pèlerins (Une escroquerie, c’est une bonne affaire qui a rencontré une mauvaise loi)….

Algérie – Hajj : un faux diplomate tchadien arnaque des centaines de pèlerins

Image de l'article Algérie - Hajj : un faux diplomate tchadien arnaque des centaines de (...)

224 algériens, candidats au hadj, ont été victimes d’un ecroc.

Celui qui se faisait passer pour un diplomate tchadien, s’est présenté en Algerie à l’agence de tourisme et de voyage Medna,( c’est des amateurs , ils n’ont effectués aucun controle)….la faute leur revient)

Proposant un partenariat qui consistait à remplacer les ressortissants tchadiens par des Algériens en raison de l’incapacité de nombre de ses compatriotes à financer leur pèlerinage.

Celui qui a usurpé l’identité d’un diplomate de son pays, a assuré qu’il bénéficiait de relations étroites avec l’ambassadeur d’Arabie saoudite en Algérie.

Les pèlerins potentiels devaient lui transférer sur compte bancaire d’importantes sommes d’argent.
Chose faite. 

Au moment où l’agence de voyage a entamé les préparatifs pour le déplacement des pèlerins, le faux diplomate a rompu toute communication et est rentré dans son pays.

L’agence Medna a porté plainte auprès du ministère des Affaires étrangères et de l’ambassade du Tchad en Algérie.

Les autorités tchadiennes ont lancé un mandat d’arrêt et le faux diplomate a été arrêté dans un aéroport de son pays en possession d’une grosse somme d’argent…..                                                                                                                                                                               Question comment a t’il pu sortir du territoire avec une aussi grosse somme….

ALGERIE:Au cœur des nouveaux métiers

Au cœur des nouveaux métiers

 El Yazid Dib

Depuis un certain temps, des agissements devenus comme des habitudes dures sont venus estampiller le quotidien de notre présent. Au nom de la loi, ces activités sont déclarées nocives, coupables et pouvant constituer la maille des fléaux sociaux. Elles prolifèrent au fur et à mesure du gain facile qu’elles procurent. Sans imposition, sans formalisme ni procédure d’inscription, l’activité est vite repérée à la pressante nécessité d’y recourir. On n’a pas à regarder un panneau indicateur ou une enseigne lumineuse pour se diriger vers le bon endroit. Il suffit juste de faire une rotation visuelle, et voilà votre besoin rapidement satisfait.

Le parckingeur : tout est chez lui un espace gardé. Pas d’amendes, ni de procès-verbal pour stationnement dangereux, non autorisé ou gênant. C’est lui le policier de la place. Il est une gourde. C’est le percepteur de droits de camper là où il vous l’indique. Que de crimes odieux ne furent pas commis par ces surveillants autoproclamés pour « refus d’obtempérer ».

Le tabatier : vendeur de cigarettes mi-mobile, mi- fixe. Posant son cageot à même un coin, un pignon sur rue, socle à une future baraque qui deviendra une bâtisse le long de l’inertie d’un contrôle et au cours du sommeil sans répit d’une administration parfois compromise. Un bureau de tabac, de confiserie, de carte de recharge téléphonique. Il est le sauveur de minuit. Toutes les insomnies viennent chercher chez lui leur quintessence.

Le clandestin : chauffeur par défaut de taxi banalisé, marchand de kilométrages; il est là devant son volant, sirotant son marc dans ce gobelet biodégradable. Sans statut particulier et loin d’une réglementation étouffante, il se dit rendre un service public et disponible à tout moment.

Le souteneur scolaire : il prétend vendre le savoir. Celui qui aurait à manquer d’être fourni par une école publique en phase de déperdition scolaire. C’est un métier qui se pratique au crépuscule des jours moroses, dans les interstices des examens finaux. Dans les caves, les garages en totale insécurité, la profession est florissante.

Le cambiste : il est là telle une banque à guichet ouvert, papillotant des liasses. C’est ce mouvement itératif de billets qui fait de lui une enseigne bancaire. Le taux de change est à jour et fortement respecté. Une bourse sans siège, sans régulation étatique.

Le harrag : voyageur sans visa. Il brûle les vagues et défie les ressacs. Au périr de son âme, le rêve de l’outre-mer, d’une meilleure vie que celle qu’il tente d’éteindre, vaudrait pour lui les incertitudes de l’aventure. Le « métier » fait jalouser d’innombrables candidats pour les faire embarquer su r les chaloupes de la mort.

L’auto-brûlé : symbole d’une expression oppositionnelle personnelle; le suicide par le feu ne se pratique que pour des considérations touchant un tant soit peu à la politique de gestion des affaires publiques. Pour un refus de logement, un ajournement d’examen, une allumette sur un corps aspergé tiendrait lieu d’une délivrance ou d’une satisfaction posthume.

Il y a bien d’autres métiers fortuits et spécifiques à chaque saison et selon l’occasion. Il suffit de créer le besoin ou de le sentir venir pour faire émerger un travail. Il n’y est exigé ni formation ni contrat de pré-emploi. Une audace, un défi, un fait accompli.

Au cœur des nouveaux métiers

Salimsellami's Blog

Depuis un certain temps, des agissements devenus comme des habitudes dures sont venus estampiller le quotidien de notre présent. Au nom de la loi, ces activités sont déclarées nocives, coupables et pouvant constituer la maille des fléaux sociaux. Elles prolifèrent au fur et à mesure du gain facile qu’elles procurent. Sans imposition, sans formalisme ni procédure d’inscription, l’activité est vite repérée à la pressante nécessité d’y recourir. On n’a pas à regarder un panneau indicateur ou une enseigne lumineuse pour se diriger vers le bon endroit. Il suffit juste de faire une rotation visuelle, et voilà votre besoin rapidement satisfait.
Le parckingeur : tout est chez lui un espace gardé. Pas d’amendes, ni de procès-verbal pour stationnement dangereux, non autorisé ou gênant. C’est lui le policier de la place. Il est une gourde. C’est le percepteur de droits de camper là où il vous l’indique. Que de crimes odieux ne…

Voir l’article original 393 mots de plus

Je veux que mon pays ressemble aux pays des impies

Je veux que mon pays ressemble aux pays des impies ! – 

A.Z                                                                                                                                                     Nous sommes musulmans, donc nous sommes parfaits ! Ainsi ronronne ce vieux disque rayé tournant sur un vieux phonographe, depuis des siècles ! Et depuis des siècles les musulmans avancent les pieds enfouis dans la boue de leur Histoire et les têtes pendues aux illusions !

Sous-développement. Guerres. Famines. Peur. Haines. Dictatures. Théocratie. Prêches. Et hypocrisie.

En toute franchise, pourquoi est-ce que je veux que mon pays ressemble aux pays des impies ?

Bien que la nouvelle Constitution, les autres anciennes aussi d’ailleurs, nous apprend matin et soir, noir sur blanc, selon l’article 2, que nous sommes musulmans, par naissance, par la force, par la loi ou par la foi, je rêve de voir mon pays ressembler aux pays des impies, similaire aux pays des qoffars !

Je rêve de me réveiller, par un bon matin, à Alger, à Oran, à Constantine ou à Tamanrasset, et voir les rues de nos villes et de nos villages propres et où les gens souriants, confiants en leur avenir, femmes et hommes se précipitent vers le métro pour rejoindre leur lieu de travail à l’heure, dans l’espoir de construire un grand pays appelé l’Algérie ! Comme le font les femmes et les hommes dans les pays des impies !

J’espère me réveiller un jour et voir les sujets dans mon pays devenus des citoyens, des vrais citoyens, loi et droit, comme le sont  les citoyens des pays des impies !

J’aime voir les passants traverser les routes en empruntant le passage piéton comme cela se passe au quotidien dans les pays des impies !

Je rêve de voir nos mosquées, et elles sont nombreuses, sans voleurs de chaussures, des prieurs sans bousculades afin d’atteindre les premières rangées, des fidèles venant pour prier Dieu et non pas un responsable !

Comme dans les églises et dans les synagogues des impies !

Je rêve de ne plus voir ces fidèles qui font leur sieste dans les mosquées, allongés sur le tapis de la prière avec une pastèque dans les bras, en attendant l’appel à la prière d’el iftar, le mois de carême !

Dans le monde des mécréants, le travail est une prière, chez les musulmans la prière est un travail, et quel travail ?

Et c’est pour toutes ces raisons, que je rêve de voir mon pays comme les pays des impies !

Je rêve me réveiller et trouver les bacs de poubelles collectifs à leur place, sans qu’aucune personne nocturne ne les a embarqués dans son camion, comme dans les quartiers des villes des impies !

Je rêve de voir les enfants, fillettes et garçons,  de nos écoles, accéder aux bibliothèques, aux théâtres, à la cantine scolaire, au transport scolaire, à l’image des enfants dans les pays des impies !

Je rêve de voir les femmes circuler dans les rues, se rendre à leur travail, sans être harcelées, sans être vues comme un morceau de chair vivante, comme sont vues les femmes dans les pays des impies par les hommes impies!

Je rêve d’entendre ou de lire la nouvelle suivante : «Un haut responsable, de premier rang, a rendu l’âme dans un hôpital de notre pays musulman» à l’image des responsables impies qui décèdent tranquillement dans les hôpitaux des pays impies !

Dès que je regarde le JT du 20 heures, avec ces images choquantes qui défilent à l’écran, ces vagues d’immigrants clandestins se donnant au risque de la Méditerranée, à la mort et au poisson,  je pense à la générosité, et je rêve de voir mon pays en un havre humanitaire, une destination des ces embarcations bondées de femmes, hommes et enfants fuyant l’injustice, la pauvreté et les maladies, fuyant leur pays d’islam pour une paix et un refuge aux pays des impies !

Je rêve de me réveiller, par un matin en trouvant mon pays vivre pleinement la démocratie et la diversité ; les fidèles au lieu de se disputer la propriété du Dieu parlent de l’entretien du jardin du quartier, évoquent l’état du vieux qui n’arrive pas à grimper les soixante marches d’escalier, conversent sur le renouvellement du fonds documentaires de la bibliothèque municipale, sur l’amélioration des services des transports en commun, comme le font les fidèles dans les pays des impies !

Se réveiller un jour et voir les partis politiques interdits d’investir dans la religion, comme dans les pays des impies mangeurs de cochon !

Comme dans les villes des impies, je rêve de voir un jour dans nos villes (ou dans ce qui reste de nos villes) mes concitoyens, les femmes et les hommes en couples souriants,  en file d’attente devant une salle de cinéma afin de déguster la projection d’un nouveau film, et pas pour acheter un sachet de lait ! Comme cela se passe chez les impies dans leurs villes et dans leur vie quotidienne !

C’est pour tout cela que je veux que mon pays ressemble au pays des impies.

L’incivisme un mal profond ancré en ALGERIE….. le civisme consiste en la mise en oeuvre d’une valeur humaine, c’est-à-dire être une vertu de l’homme civilisé.

unnamed (4)

 

Le premier geste de civisme est de respecter et veiller à la propreté de son corps et celle des lieux privés et publics.
La situation est préoccupante au sujet du civisme dans notre pays. Dans tous les dictionnaires et textes philosophiques modernes, on peut lire que le civisme se définit par le respect des droits et des obligations de la citoyenneté. Il suppose donc l’existence de celle-ci. La citoyenneté n’est pas seulement un statut; elle s’enseigne, se cultive et se pratique.

C’est ce qui manque le plus. Le civisme est la qualité propre à la pratique des actes civilisés et modernes. La formule «respecter ses voisins», par exemple, signifie que le civisme est d’abord un acte qui tient compte de la relation aux autres.
Le civisme n’est donc pas un acte isolé ou solitaire, il est créateur des conditions et des conséquences du vivre-ensemble. Précisément, l’exercice civique est l’intérêt réfléchi pour la chose commune et publique; le civisme est l’action rationnelle en faveur de l’intérêt général. Son but premier est de respecter autrui et les puissances publiques.

Le civisme est la production d’un rapport volontaire, actif et rationnel du citoyen à l’égard de ses actes, et de ceux des autres citoyens et des autorités. Le civisme engage une relation «verticale» du citoyen à l’égard de l’Etat, et aussi et surtout une relation «horizontale» entre les citoyens.

Les deux rapports s’impliquent réciproquement. Cependant, si l’Etat n’éduque pas à la civilité et au civisme, et pire, ne donne pas l’exemple, les relations entre les citoyens seront marquées par l’égoïsme, voire la violence et les conflits. Contribuer à faire respecter les droits et, par conséquent, contribuer à obliger à respecter leurs obligations, c’est travailler pour les citoyens et pour l’Etat, garant des droits et des obligations.

La faiblesse de l’Etat en matière d’éducation civique d’une part et de suivi pour le respect des lois, d’autre part, dans tous les domaines du vivre-ensemble, éducation, urbanisme, commerce, environnement, transport et bien d’autres, pose un grave problème, car les citoyens seront livrés à eux-mêmes.
L’Etat parle souvent du «nationalisme» pour viser la citoyenneté, alors qu’il se distingue du civisme, ou à tout le moins, ne l’implique pas nécessairement. Le civisme ne dépend pas d’une idéologie, mais d’un savoir-vivre qui favorise la paix sociale et le progrès culturel. Etre un citoyen ayant le sens du civisme, c’est dépasser le statut de simple usager ou de consommateur de droits, afin de ne pas oublier ses devoirs.

Le civisme c’est le sens du devoir, de la responsabilité, du respect élémentaire de l’éthique et de la déontologie du vivre-ensemble en société. Le civisme responsabilise en élevant à la conscience du rôle de chacun dans la cité. En effet, le civisme définit une éthique de la responsabilité morale et politique: l’exigence que le citoyen doit donner l’exemple et répondre de sa qualité de citoyen.
Le civisme est ainsi la reconnaissance pratique du fait que la citoyenneté est une tâche qu’il faut toujours accomplir pour vivre de manière constructive, pacifique et propre moralement et physiquement.

Ce sens du devoir implique une préférence continuelle de l’intérêt public dans son propre intérêt. Prendre conscience que nos actes civiques sont à la fois dans l’intérêt général et le nôtre est une tâche majeure.

De nos jours, le civisme s’entend de deux manières qui modulent une signification unique: tantôt le terme désigne la conduite de personnes qui militent dans la société, à commencer par les responsables politiques, tantôt il désigne la conduite des citoyens ayant un sens des devoirs individuels et collectifs au sein d’une société.
Les deux s’associent et se mêlent, mais les premiers influent les seconds. Si les responsables politiques et les élites apparaissent comme peu respectueux de l’intérêt général et ne donnent pas l’exemple, les citoyens risquent fort de ne pas pratiquer le civisme. Le civisme se présente comme une vertu, comme un devoir et une figure d’adhésion à des exemples positifs.

Des scènes choquantes

L’absence ou la faiblesse de civisme, c’est au contraire la désintégration sociale et la prolifération d’actes de loi de la jungle. Certes, l’autonomie de l’individu est un but des sociétés modernes, mais en même temps l’apprentissage du savoir-vivre et des pratiques de respect des lois dominent dans les pays développés, même si les rapports humains sont distendus. Ce respect est obtenu sur la base de la participation à la vie politique, de l’éducation et du contrôle par l’Etat.

Le peuple algérien prouve souvent qu’il est capable de civisme dans les moments difficiles ou dramatiques, comme par exemple par ses élans de solidarité lors des catastrophes naturelles ou violences subies. Mais dans la vie quotidienne, on assiste tous les jours à des scènes choquantes. Par exemple, des «citoyens» pendant qu’ils roulent dans des voitures, jettent de la fenêtre des détritus et ne respectent ni l’environnement ni le Code de la route. D’autres crachent par terre, d’autres encore jettent leurs sacs poubelles n’importe où. On y rajoutent les parkingeurs les plagistes …. et on a fait le tour…le laisser-aller dans les cités et immeubles, y compris dans ce qu’on appelle les «beaux» quartiers. Combien y a-t-il de comités ou d’associations qui organisent la vie collective et veillent à préserver et améliorer les conditions de vie, en particulier en ce qui concerne les parties communes? Lorsqu’ils existent, les comités rencon-trent l’incivisme et l’égoïsme, la plupart des résidents ne veulent pas assister aux réunions et plus encore ne cotisent pas, alors que la loi est claire: tout copropriétaire ou résident est tenu d’assumer ses obligations.et ils restent d’autres problémes ceux cités ne sont qu’un exemple.

L’incivisme se dit de la conduite d’un citoyen qui n’accomplit pas les actes exigés par le dévouement à la chose commune ou publique, bien plus, qui laisse libre cours à ses intérêts ou à son égoïsme et porte atteinte aux biens communs. L’incivisme dérive d’une mauvaise volonté et de la perte du sens du vivre en société. Il doit toujours être imputé à un manquement, rien ne peut excuser l’incivisme. Le civisme, cela s’apprend, car c’est le fait de reconnaître la notion de bien commun qui se compose de valeurs culturelles, économiques et morales. On doit apprendre, éduquer et donner l’exemple pour être crédible, afin que les citoyens pratiquent le civisme. Dans ce sens, le civisme est défini comme ´´la justice du citoyen»; bien se tenir, respecter ses obligations, c’est se rendre justice, rendre aux autres, à ses enfants et à toute la société. Pratiquer le civisme, ce n’est point un luxe ou se sacrifier, c’est au contraire faire l’effort minimal pour bénéficier d’une vie décente dans le champ public et commun. Le civisme vise la cité où le citoyen ne saurait faillir.

Le ´´Civisme´´ ne peut signifier un concept scientifique ou politique impossible à atteindre. ´´Civisme´´ ne signifie pas une idée morale théorique. En effet, le civisme consiste en la mise en oeuvre d’une valeur humaine, c’est-à-dire être une vertu de l’homme civilisé. Comme le souligne Ibn Khaldoun dans La Muquadima: «L’homme civilisé est celui qui respecte les valeurs communes» et le philosophe Jean-Jacques Rousseau dans le Contrat social nous dit qu’être civilisé, éduqué, donc ayant le sens du civisme, ou tout simplement humain c’est: «Ce passage de l’état de nature à l’état civil produit dans l’homme une action de moralité qui lui manquait auparavant […]; il devrait bénir sans cesse l’instant heureux qui […], d’un animal stupide et borné, fit un être intelligent et un homme».

Égoïsme et insociabilité

La place essentielle paraît faite pour le civisme. C’est que toute vertu s’enracine dans le respect de soi et des autres et doit avoir pour finalité le bonheur de l’homme, car «tout homme veut être heureux». Les citoyens qui sont tristes de constater que leurs voisins sont si peu civiques, si peu sociables, se plaignent que l’Etat soit absent. Cependant, comme le précise Rousseau, «il n’y a aucun gouvernement qui puisse forcer les citoyens de vivre heureux». Mais l’Etat peut et doit réunir les conditions du civisme, par l’éducation, par les lois et par l’exemplarité, car «le meilleur Etat est celui qui les met en état de l’être, s’ils sont raisonnables».

Dans ces conditions, où l’Etat éduque, favorise la participation et donne l’exemple, on peut dénoncer l’incivisme, qu’on appelle aussi égoïsme et insociabilité. Quand un citoyen, ou un responsable, ne veut être heureux que pour lui, et se conduit de manière aveugle et sauvage, il n’y a point de bonheur pour tous.

DIRECT – Un premier bilan fait état de 10 morts à Genes. Des dizaines de mètres du viaduc se sont effondrés sur des bureaux et des habitations. Plus de 20 véhicules sont tombés dans le vide. Un premier bilan fait état de 10 morts.

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

JEMINFORMETV.COM

UN ŒIL SUR LE WEB

LES HIRAKIENS DE LA DIASPORA ALGERIENNE

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

Pro Fide Catholica

Le site de Laurent Glauzy

L'Ours géopolitique

Le fond de l'air est géopolitique

Youssef Hindi

Géopolitique, Histoire des Religions

Mes petites économies

Les finances personnelles au quotidien

CAMPAGNE BDS FRANCE MONTPELLIER

UNE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE EFFICACE AVEC LA LUTTE PALESTINIENNE POUR LES DROITS S’ÉCRIT : B. D. S. !" Comité National BDS Palestinien (BNC) 10 juillet 2014.

Kalimate - Blog féministe

WORDS FOR A BETTER WORLD

Les miscellanées d'Usva

Chroniques littéraires sans frontières

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

les successeurs des fascistes d'hier arriveront à vous convaincre que les antifascistes d’aujourd’hui sont vos ennemis

Chez Moi Chez Vous

Enhancing your Parisian experience

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ma Revue De Presse DZ

Parlons-en ! L’Actu Algérienne, Mais pas que...

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

wakongo.wordpress.com/

NUNI KU DUMUK' KU BIK LUSSAL'

JEMINFORMETV.COM

UN ŒIL SUR LE WEB

LES HIRAKIENS DE LA DIASPORA ALGERIENNE

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

Pro Fide Catholica

Le site de Laurent Glauzy

L'Ours géopolitique

Le fond de l'air est géopolitique

Youssef Hindi

Géopolitique, Histoire des Religions

Mes petites économies

Les finances personnelles au quotidien

CAMPAGNE BDS FRANCE MONTPELLIER

UNE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE EFFICACE AVEC LA LUTTE PALESTINIENNE POUR LES DROITS S’ÉCRIT : B. D. S. !" Comité National BDS Palestinien (BNC) 10 juillet 2014.

Kalimate - Blog féministe

WORDS FOR A BETTER WORLD

Les miscellanées d'Usva

Chroniques littéraires sans frontières

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

les successeurs des fascistes d'hier arriveront à vous convaincre que les antifascistes d’aujourd’hui sont vos ennemis

Chez Moi Chez Vous

Enhancing your Parisian experience

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ma Revue De Presse DZ

Parlons-en ! L’Actu Algérienne, Mais pas que...

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

wakongo.wordpress.com/

NUNI KU DUMUK' KU BIK LUSSAL'

JEMINFORMETV.COM

UN ŒIL SUR LE WEB

LES HIRAKIENS DE LA DIASPORA ALGERIENNE

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

Pro Fide Catholica

Le site de Laurent Glauzy

L'Ours géopolitique

Le fond de l'air est géopolitique

Youssef Hindi

Géopolitique, Histoire des Religions

Mes petites économies

Les finances personnelles au quotidien

CAMPAGNE BDS FRANCE MONTPELLIER

UNE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE EFFICACE AVEC LA LUTTE PALESTINIENNE POUR LES DROITS S’ÉCRIT : B. D. S. !" Comité National BDS Palestinien (BNC) 10 juillet 2014.

Kalimate - Blog féministe

WORDS FOR A BETTER WORLD

Les miscellanées d'Usva

Chroniques littéraires sans frontières

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

les successeurs des fascistes d'hier arriveront à vous convaincre que les antifascistes d’aujourd’hui sont vos ennemis

Chez Moi Chez Vous

Enhancing your Parisian experience

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ma Revue De Presse DZ

Parlons-en ! L’Actu Algérienne, Mais pas que...

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

wakongo.wordpress.com/

NUNI KU DUMUK' KU BIK LUSSAL'