Le rein de la discorde….Pour ce qui concerne le don d’organes, le respect du consentement suppose de ne pas prélever une personne qui n’a pas consenti au prélèvement de ses organes. Le non-respect du consentement est puni de sept ans d’emprisonnement et d’une amende pouvant aller jusqu’à 100000 euros  (suivant la Loi dans certains pays)

                 (Pour ce qui concerne le don d’organes, le respect du consentement suppose de ne pas prélever une personne qui n’a pas consenti au prélèvement de ses organes. Le non-respect du consentement est puni de sept ans d’emprisonnement et d’une amende pouvant aller jusqu’à 100000 euros )

Tunisie ressortissante

La justice tunisienne devra trancher entre la ressortissante algérienne et son médecin tunisien. 

 Une ressortissante algérienne a intenté un procès aux responsables d’une clinique tunisienne où elle vient de subir une opération chirurgicale. Partie en Tunisie pour se faire soigner dans une des nombreuses cliniques privées qui multiplient les publicités sur les chaînes de télévision algériennes, la patiente apprend qu’elle a subi une ablation du rein, sans son consentement, alors qu’elle était soignée pour une autre maladie.

Intervenant sur des médias algériens, la ressortissante algérienne accuse son médecin et la clinique d’avoir abusé d’elle et d’avoir effectué l’ablation pour des raisons mercantiles. Ce à quoi le médecin tunisien répond que la décision de retirer le rein en question est due à une nécessité médicale et n’est aucunement motivée par un quelconque trafic d’organes.

Le rein aurait été détruit, selon la clinique tunisienne, mais la patiente algérienne rejette cette version et reproche à son médecin de ne pas avoir demandé son autorisation au préalable.

Selon des médias tunisiens, le médecin incriminé a, lui aussi, décidé de porter plainte contre sa patiente pour «diffamation et diffusion de fausses informations et insultes publiques à travers les médias». Le médecin a été accusé d’«escroquerie», de «vol d’organe humain» et d’«exposition des données personnelles» de sa patiente à son insu.

L’avocat du chirurgien affirme que la patiente algérienne «a signé un engagement» avant le déroulement de l’opération. La patiente aurait-elle apposé sa signature sur un document sans l’avoir lu.La ^lus part des  cliniques, (et méme des hotels)toutes ces grosses affaires importante sont  la proprieté des juifs et seul le gérant qui n’a vraiment pas le pouvoir puisque les actionnaires majoritaires sont juifs de Tunisie installés en France ou bien des israeliens tout simplement. Ils y a des cliques qui font des implant de dentaires, des implants de cheveux, de la churirgie esthetique mais à vos risque et péril, car s’il y a un problemes, vous n’êtes pas assurés.

HLBM

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.