LA MARINE YÉMÉNITE DÉJOUE LA TENTATIVE D’UNE COALITION DIRIGÉE PAR L’ARABIE SAOUDITE PRÈS D’AL-HUDAYDAH

     

La marine yéménite déjoue la tentative d'une coalition dirigée par l'Arabie saoudite près d'Al-Hudaydah

Le 29 juin, des unités de la marine yéménite [loyal aux Houthis] ont déjoué un débarquement de la coalition dirigée par les Saoudiens sur la côte ouest du Yémen, selon l’Agence de presse yéménite Saba (NSA). Une source de la marine yéménite a déclaré à la SNA que les forces navales de la coalition souffraient de « pertes catastrophiques » lors de l’échec de la tentative d’atterrissage.

L’agence de presse pro-Houthis a déclaré que la marine yéménite connaissait d’avance les plans de coalition dirigés par l’Arabie saoudite grâce à des renseignements crédibles. La SNA a ajouté que les forces navales de la coalition utilisaient des «bateaux avancés» lors de la tentative d’atterrissage, mais que la marine yéménite était capable de les détecter.

Plus tôt ce mois-ci, les Houthis ont déjoué une tentative similaire de la marine de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite pour débarquer des troupes près de la ville côtière d’al-Hudaydah. À l’époque, la marine yéménite frappait un navire de débarquement de la coalition avec deux missiles anti-navires , tuant quatre membres de la marine des EAU, y compris un officier.

La coalition dirigée par l’Arabie saoudite va probablement diminuer son activité navale le long de la côte ouest du Yémen après cette attaque ratée. Cependant, la force aérienne de la coalition peut intensifier ses opérations contre la marine yéménite.

Space Pictures Taken by Astronaut Scott Kelly

Mercredi dernier, l’astronaute américain Scott Kelly, accompagné de l’astronaute russe Mikhaïl Kornienko, est revenu sur Terre après sa mission A Year in Space. Leur capsule a atterri en plein Kazakhstan. Durant toute l’année qu’il a passée dans le cosmos, Scott Kelly a capturé de splendides clichés de notre Terre et notre galaxie. Voici un échantillon qu’il a posté sur son compte Twitter.

Une Syrienne qui a tenté de faire frauduleusement sortir d’Algérie 450.000 euros

Euros

Aéroport d’Alger: l’interpellation d’une passagère avec 450.000 euros dans une valise

Une Syrienne qui a tenté de faire frauduleusement sortir d’Algérie 450.000 euros cachés dans une valise a été interpellée vendredi 29 juin à l’aéroport d’Alger.

Une passagère de nationalité syrienne en partance pour Dubaï via Istanbul a été appréhendée à l’aéroport Houari Boumédiène vendredi 29 Juin 2018 par les services de la police algérienne avec 450.000 euros dans une valise, a annoncé AlgériePart.

Quand elle s’est présentée à l’enregistrement du vol Turkish Airlines TK 654 avec ses bagages et une valise était déjà prête pour l’embarquement en soute, les services de police se sont intéressés à des paquets suspects.Les service de sécurité ont récupéré la valise pour vérifications et ont découvert que la femme en question tentait frauduleusement de faire sortir du pays une importante somme d’argent en devises, soit 450.000 euros.

Selon AlgériePart, cette somme d’argent va être saisie et la suspecte devra passer devant la justice pour répondre du chef d’accusation d’infraction à la réglementation en vigueur en ce qui concerne le transfert de devises vers des pays étrangers.

Impossible pour un non initié d’y comprendre quelque chose, y compris pour les politiques

 

Il faut bien admettre que notre civilisation est arrivée à une telle technicité spécifique dans tous les domaines, qu’il est impossible pour un non initié d’y comprendre quelque chose, y compris pour les politiques eux même, car le propre de la politique est non seulement de régir les rapports entre les hommes, ainsi que les rapports entre ces dernier et le pouvoir, mais surtout de médiatiser les rapports entre les hommes et leur milieu ambiant, qui précisément devient incompréhensible par sa complication, pour la majorité d’entre nous.Dès lors, l’idée même de démocratie devient complètement illusoire, et la dictature des   « élites  » (entre parenthese) et spécialistes technocrates cantonnés dans leur sphère, une réalité ontologique incontournable. Du peuple,il ne reste que des individus désabusés qui s’accroche à des simulacres de pouvoir..de promesses jamais tenus…), et notre pays étant comme un navire sans capitaine, voguant en mode aléatoire au grés des alizés du profit immédiat …..Dès lors ou le sujet n’est pas la politique elle-même., ce qui est en soi une tautologie (la politique pour elle-même), comme on le voit lors d’élections, ou le but, n‘est pas la médiatisation de l‘homme avec son milieu, mais la simple promotion de slogans au profit de l’ambition d‘individus ou de groupes sectaires déconnectés de la réalité, ou plutôt vivant leur propre réalité fermée en boucle sur elle-même. (à suivre)

Hacha

Hacha !

M.L

Jlakh, khnez, louwsakh, zoubia, fouha, tmarmid… Hachakoum et avec tout le respect que je vous dois, c’est notre pain quotidien ou plutôt cela fait partie de notre mobilier urbain ! Nous devenons aveugle des immondices qui sont quotidiennement devant nous, s’entassent, se jettent, s’éparpillent partout et remplissent notre champ visuel.

Nous ne nous estimons pas responsables ou acteurs de cet état de fait que j’ai nommé en début de cet article. Inconsciemment, celui qui a fini un paquet de cigarette le jette par terre, de même pour les mégots. Ahhh le dégât que fait ce petit mégot à nos forêts, plages, trottoirs… celui ou celle qui a mangé un bonbon, une banane, un chewing-gum jette ce qui reste et c’est ainsi sur tout le territoire de ce beau pays. Je ne vous parle pas des sacs bleus, avant ils étaient noirs, mais comme on est plus marketing on a mis du bleu c’est moins voyant peut-être ? Nous avons distillé, semé, éparpillé du plastique bleu sur nos villes, nos champs, nos plaines et même sur nos belles dunes et c’est ce qu’on peut qualifier de massacre à ciel ouvert. En fait, si nous avions payé des étrangers pour faire du mal sur le plan écologique, à notre pays, ils ne réussiraient à le faire comme nous le faisons nous-mêmes.

Quelques-uns d’entre nous, ne savent pas ‘boire’, au fait le mot ‘boire’ en algérien veut dire boire de l’alcool ! Je disais donc qu’on ne sait pas boire ni avec modération ‘Ngassrou ou Nkhasrou’ ni avec propreté ‘Nwaskhou’ et nous ne sommes pas respectueux envers notre ‘prochain’ ‘Ndabzou’ encore moins envers la nature. La nature, ce patrimoine de l’Humanité que nous avons effacé de notre lexique. Dire que la culture musulmane et nos traditions nous enseignent un civisme exemplaire que malheureusement nous avons mis au placard, et qu’on apprécie dès qu’on traverse la Méditerranée. Pourquoi, je ne sais pas, ‘This is the question’.

En effet, on jette les cannettes, bouteilles de bière, vin… sur les trottoirs des carrefours, là où les voitures se garent et je vous invite à faire un tour dans les carrefours de nos grandes villes, des endroits cachés. Je ne parle pas de notre pauvre littoral, un tour sur nos corniches et le constat est affligeant, le même paysage désolant est offert à notre vue ceci de Annaba à Port Saïd. Je peux témoigner en force de celle que je connais le mieux, la corniche oranaise où les plages sont devenues un dépotoir à ciel ouvert, on jette les cannettes et bouteilles de l’endroit où on se gare, sur la plage. Faites un jogging, ou marcher sur les plages devient autre chose qu’un bol d’air bien iodé. L’exemple de la corniche oranaise est aussi représentatif que le reste de notre littoral. Donc, de St Rock aux Andalouses, ahhh les Andalouses le temps où tu étais l’endroit de prédilection, l’endroit de quiétude et d’harmonie avec une plage sublime, un sable fin et doré. Tout cela n’est que nostalgie. Non seulement la saleté qu’on appelle détritus de tous genres a pris place, mais sa ‘cousine’ a fait de même ; je parle de la saleté des constructions et là c’est le bouquet. Nous avons accaparé le domaine littoral qui est pourtant bien protégé par la loi maritime algérienne et universelle, nous avons construit dans les rochers, allez voir ce qui se passe du côté du ‘Rocher de la Vieille’ en passant par St Rock, Claire-Fontaine, Les Coralés, Bousfer et j’en passe. Ce qui explique pourquoi les nantis ou ceux qui ont les moyens préfèrent rester chez eux ou ne fréquentent que les endroits, ‘hatta’, ‘clean’ et bien-sûr avoir une ‘main ou un pied ‘ à terre, au-delà de la Méditerranée est devenu une mode ou une nécessité, je ne sais pas ? Chez nous qui dit ‘hatta’ dit cher ! Et, tout ce qui est ‘beylek’ est sale. Toujours la notion de ‘beylek’, ce n’est pas chez moi, c’est l’Etat, c’est dehors…et c’est comme ça. Cette situation n’est pas l’apanage des seules grandes villes, un autre exemple de ville qui souffre de notre indélicatesse, de notre négligence, de notre incivisme et de notre non-respect à la nature, je nommerai Hassi Messaoud, notre poumon, notre patrimoine des hydrocarbures. Notre champ pétrolier depuis les années cinquante où des jeunes ingénieurs et techniciens l’ont façonné et ont pris le flambeau après l’Indépendance surtout quand il y a eu le départ massif des experts français. Tout le monde s’attendait à ce qu’il y ait le chaos, Et bien non, le patrimoine en question a été pris en main et géré et fructifié avec le peu d’expérience en ce temps-là, et il existe encore des acteurs vivants pour témoigner de cette période. Voilà donc une raison que nous pouvons dire que le défi est surmontable, car le génie algérien est une réalité et des exemples existent dans notre histoire pour dire que de grands défis ont été surmontés. Mais, ceci est pour la motivation, pour l’instant continuons notre constat et revenons à la réalité de Hassi Messaoud.

En sortant de l’aéroport de Hassi Messaoud vous avez le choix de tourner à droite ou à gauche pour aller à la ville, à gauche c’est un peu le désert presque pas d’habitations, des étendues de sable de dunes, je veux dire de ce qu’il reste. Une vue à l’horizon avec des immondices de gravats de constructions sur des kilomètres, des immondices de tous genres, une déchèterie sur les bas-côtés de la route et à l’intérieur, car le bas-côté ne suffit plus. En prenant à droite il y a plus d’habitations, de bases de vie, plus de circulation et en prenant la double voie, pour aller à la ville, vous avez une vue verte sur les bas-cotés. Je répète une vue verte, comme celle d’un gazon mais malheureusement ce n’est pas du gazon mais des bouteilles de bière, des amas de verre, encore une fois ‘Ngasrou ou Nkhasrou’. Et pourtant cette double voie est la voie que tout le monde emprunte, du petit au plus grand des communs de mortels que nous sommes. Pourquoi, faisons-nous cela ? Est-ce que nous Algériens sommes-nous tous sales ? ‘Hacha’. Entrez dans n’importe quelle maison algérienne, ville, village, douar, dans le désert et vous serez surpris par la propreté, que l’on soit riche ou pauvre…

Un étranger nous dira, « Vous les Algériens vous avez un problème de subconscient ou vous êtes malades, en termes de comportement? Pas de doute, l’équation est difficile à résoudre, pourquoi on se détruit comme ça, quel argument avons-nous pour avoir ce rejet prononcé aux biens communs?

La question est sociétale et comportementale, le même groupe d’individus jetant les mégots, le paquet de cigarette, la bouteille de bière, changera de comportement, radicalement une fois la Méditerranée traversée ? Vous ne me croyez pas, et pourtant c’est la vérité et nous avons tous un témoignage en mémoire. Ceci est d’autant plus vrai et constaté dès l’atterrissage de l’avion d’Air Algérie et les autres, sur le tarmac d’Orly et dans tous les aéroports de France et de Navarre et ailleurs dans le monde. La solution est toute indiquée, ‘là-bas’, (au fait’ là-bas’ en algérien veut dire ‘la France’ ou bien ‘el Harba’), l’Europe et dernièrement le Canada et les USA, ils appliquent, ‘le matrag’. Sur ce sujet, j’ai eu l’occasion d’écrire, dans un autre article, « la roulette russe » qu’il y a une trilogie : l’Information, l’Education et le ‘Matrag’. Trois étapes bien définies, l’Information fait partie du protocole de communication qu’on veut mettre en place pour tout projet, une stratégie, une vision. L’Education permet à tous de s’embarquer avec les mêmes règles de vie, l’idée est que tout le monde s’associe aux règles et le ‘Matrag’ est pour la personne qui ne respecte pas ces règles adoptées par tous. Cependant, seule la justice est habilitée à donner le ‘matrag’. Un matrag clair ou nul ne pourrait l’ignorer ou intervenir. Un matrag lié à une Justice qui doit se mettre en avant et être sans pitié, sans état d’âme avec les terroristes de la nature. J’associe le mot terrorisme à celui que l’Algérie a combattu et vaincu, un terrorisme le plus abject que notre histoire de pays indépendant ait connu, juste un petit mot pour dire que ce terrorisme a fait basculer des pays dans le chaos et que le monde développé essaie d’endiguer car il frappe n’importe où et à tous moments, tuant sans compter et sans discernement. Et c’est devenu la hantise des services secrets mondiaux. El hamdoullah, nous sommes mieux équipés, mieux sécurisés et mieux rassurés que nous l’étions, les années précédentes. L’expertise algérienne dans ce domaine est prisée et même devenue un label dans le monde. Alors que faire du terrorisme de la route, plus de 40.000 morts en 10 ans plus de 600.000 blessés avec plus de 300.000 accidents et que faire du terrorisme à l’environnement ?

Terrorisme que nous constatons tous les jours, alors que nous avons combattu le terrorisme le plus dur, le plus pernicieux, normalement on devrait être capables de s’en débarrasser rapidement ? Et bien non, on souffre de cette image que nos routes nous donnent et de notre comportement envers notre cadre de vie. Stop, oubliez tout ce que je viens d’écrire juste là-haut, je me suis trompé… en Algérie il y a de nombreux endroits qui sont propres, avec une verdure qui n’a rien à envier aux jardins du château de Versailles et d’ailleurs. Non, ce n’est pas une blague c’est la réalité, je veux parler de nos casernes, les casernes militaires ! je ne sais pas si vous avez eu l’occasion de visiter une caserne, ou juste regarder par la porte d’entrée, comment les allées sont bien tracées, blanchies avec de la verdure par tout. Mais j’ai un problème de compréhension, ces casernes se trouvent bien en Algérie, tenues par des Algériens qui sont issus comme nous tous du même peuple, ‘Houston we have a problem’ ?

Eureka, nous avons donc notre solution et c’est une solution locale cela tombe bien, ces derniers temps, tout le monde parle du local, le joueur local, le produit local, le cadre local, donc c’est dans la lignée ou la logique des choses. Nous n’avons pas besoin de faire appel à l’expert de là-bas, il suffit que nous tous fassions un stage militaro-civique dans nos casernes. Non, ahhh cela ne plaît pas aux républicains que nous sommes, ok !. J’ai une autre idée, l’administration algérienne locale est dirigée par un triumvirat : le wali, le maire et le chef de daïra et si on implique le chef de la Région juste dans l’environnement, on lui dit par exemple de sensibiliser, interpeller, coacher, responsabiliser les responsables locaux si dans la région qu’il dirige il y a une attaque à l’environnement ? J’utilise le mot ‘attaque’ explicitement car les militaires comprennent bien ce mot et ils sont bons dans la stratégie quand il s’agit d’attaque rappelez-vous Tiguentourine où le monde n’a rien compris à leur attaque ? C’est pour vous dire que l’expertise est bien locale, profitons-en. Non, cela ne plait pas aussi aux républicains que nous sommes ? Mais, enfin pour une fois que nous avons une solution locale qui ne coûte pas cher et qu’elle est opérationnelle, surtout en cette période de vache maigre, profitons-en. Non ?

Bien sûr il y a toujours des cas isolés ou de bonne volonté, qu’elle soit individuelle, collective, associative, par exemple le village de Tiferdhouth qui a été élu le village le plus propre de la wilaya de Tizi Ouzou, pour l’année 2017. Multiplions cette initiative par 48 et nous aurons déjà fait un petit pas. La solution réside en nous, et ce n’est pas une question de gros sous, c’est une question de comportement et de gestion. On ne se brosse pas les dents une fois par an ; mais bien après chaque repas, alors pourquoi ne nettoyons-nous pas nos recoins quotidiennement ou avec une fréquence répétitive tout le long de l’année ? L’environnement est une source d’embauche, son financement peut venir de taxe dédiée, tel habitation, taxe verte, recyclage. Justement, le recyclage peut rapporter gros, toute bouteille de plastique ramener vaut 10 cts (exemple), une bouteille en verre 15ct, carton plastique (sac) par kilo, quelques cts ce qui donnera ou créera une économie associée ou tout simplement la mise en place d’une économie circulaire. Créons des startups dans l’environnement par le biais de l’ANSEJ au lieu des sociétés de transports ou de locations …Voilà donc, des postes de créations durables à faire dans toute commune avec une police d’environnement agissant sous un cadre juridique ou la verbalisation est sue, connue, lue par nous tous et appliquée à nous TOUS, surtout avec effet immédiat.

L’Etat investit lourdement dans le tourisme et il y a une volonté réelle de faire en sorte que cette richesse soit exploitée à juste titre, vu le potentiel que nous avons. Cependant, les effets de retour ne sont pas à la hauteur de l’investissement. Je prends juste un petit exemple, avec tout mon respect au personnel travaillant pour le secteur étatique, je nomme le Grand hôtel de Bou-Hanifia, ville thermale, à coté de Mascara. Les cafards font partie du mobilier, une literie douteuse, les toilettes hachakum. A ce sujet, je voudrais partager avec vous quelque-chose, pour évaluer un établissement public ou privé, en termes de gestion de l’endroit en question, demandez toujours « où sont les toilettes ? ça ne loupe pas car c’est un indicateur parlant ». Il ne faudrait pas avoir un doctorat de Harvard ou de l’Université de ‘Tataouine les bains’ pour comprendre que dans nos établissements ‘touristiques’ le client est absent de la préoccupation du management. Et pour ce qui est du Grand Hôtel de Bou-Hanifia c’est un bel endroit avec un jardin magnifique c’est juste l’absence de la gestion quotidienne, mais c’est la faute à ce ‘beylek’ qui ne veut pas nous lâcher les baskets. Pas de doute, c’est un dur à cuire, la preuve il nous ne lâche pas et ce depuis l’époque ottomane !

Encore une fois l’hygiène et le service envers le client ne sont pas pris en compte ce qui explique pourquoi tant d’Algériens vont ailleurs pour passer leurs en vacances. Ils veulent juste le service, la qualité, la propreté et le prix ; je voudrais préciser un point, ce n’est pas parce qu’un hôtel appartient à l’Etat que c’est comme ça, mais c’est bien à cause de la gestion. Ce même personnel travaillant dans un ‘Cinq Etoiles des chaînes hôtelières connues, changera, du tout au tout, et son comportement et le service qu’il fournira…Pourquoi ? Je ne vous parle pas de la ‘saleté’ de l’air ou si vous voulez de la pollution de l’air qui devient, de plus en plus, une problématique des grandes villes, notamment avec l’augmentation du parc mobilier et de sa vétusté. Cette problématique a une conséquence directe sur la santé, sur l’économie et par conséquent sur la qualité de vie. Chez nous la consommation grandissante de carburant prend une part non négligeable de nos exportations et cela va exponentiellement. Deux ‘petits’ projets peuvent être envisagés, l’un en trois ans est de faire en sorte que les transports publics (RSTA, RTO…) et privés (bus et taxis) roulent en électrique. Notez, svp, que la quote-part de l’électrique, en 2020, sera réelle et prépondérante. Deuxième projet sur cinq ans est celui de lancer à la ‘SNVI’ une voiture électrique à bas coût style ‘ZOE’ de Renault. Tiens, le nom de ‘SNVI’ est rarement mis en avant sauf le jour où on a ramené en bus ‘El Khadra’ de l’aéroport après son exploit de Oum Dourman. Et pourtant, après tant d’années de production ce produit local pourrait rivaliser avec n’importe quelle marque que nous voyons circuler sur nos routes. Je pense que SNVI a besoin d’un bon (ne) Marketer et un bon (ne) stratège, mais ceci est une autre histoire. Je termine pour dire que l’hygiène est dans la conduite, dans le bâti, dans le travail, dans la finance, dans les relations humaines, dans le respect du voisinage, du bruit que nous faisons : klaxon, fêtes, parler fort ‘Nzagou’ (par contre je ne vous garantis pas la réussite de cette particularité de chez nous, moi-même je n’y arrive pas!). Le manque du bien-être de la tranquillité, du respect ; fait que beaucoup d’entre nous ont préféré quitter le pays pour le vivre sous d’autres cieux., Imaginons un instant que nous réglons cette question, je suis convaincu que notre pays fera un bond de plus de 50% sur tous les indices de progrès.

Les souscripteurs aux projets immobiliers de Chikhi réclament leur argent

Les souscripteurs aux projets immobiliers de Chikhi réclament leur argent

Chikhi souscripteurs

Affaire Khalifa bis ? New Press

Par Kamel M. – Les souscripteurs aux projets immobiliers de luxe lancés par Kamel Chikhi réclament l’argent qu’ils ont avancé au promoteur jugé dans l’affaire de la cocaïne. Le principal accusé dans l’affaire de la tentative échouée d’introduction de sept quintaux de drogue dure dans une cargaison de viande avait lancé de nombreux projets de résidences luxueuses dans la capitale, mais son arrestation et son implication dans ce trafic ont poussé les ex-futurs acquéreurs à se retirer.

Selon le quotidien arabophone Ennahar, le prix du logement s’élevait à six milliards de centimes et les souscripteurs fortunés avaient payé une avance à la société de promotion immobilière appartenant à Kamel Chikhi et ses frères. Les victimes se compteraient par dizaines et auraient décidé de se regrouper pour intenter un procès au promoteur indélicat qui ne pourra plus achever les projets en question.

Les souscripteurs, qui auraient avancé trois milliards de centimes chacun, réclament la désignation d’un administrateur ou d’un liquidateur après la fin de l’instruction et suite à la saisie des biens de l’accusé, situés à Bir Mourad Raïs, Aïn Bénian, Kouba, Hydra et El-Achour, toujours selon Ennahar.

Des dizaines de milliers de citoyens avaient subi le même sort dans l’affaire Khalifa. Les victimes se sont constituées dans le cadre d’un collectif des clients de la banque Khalifa, qualifiant son propriétaire d’«escroc agréé par l’Etat» et accusant les pouvoirs publics de ne pas avoir «tenu leur promesse de rendre leurs biens aux citoyens spoliés». Le collectif avait interpellé les plus hautes autorités du pays pour que les milliers de déposants de cette banque soient dédommagés. En vain.

Les victimes des frères Chikhi seront-elles plus chanceuses ? Rien n’est moins sûr.

K. M.

Un jeune Belge de 8 ans doté d’un QI de 145 a bouclé sa scolarité avec 10 ans d’avance. Il a l’âge d’être en classe de CE2, mais il vient de décrocher son diplôme d’études secondaires, l’équivalent du bac en France.

« Il faut que les Algériens retrouvent la dignité de la parole et du geste. Il faut maintenant mettre un terme à cette tragédie bouffonne où des hommes se prosternent devant un tableau en lui faisant des cadeaux.

Toute le monde se dispute..les couples…les familles..dans la rue..pour des places de parking…à la plage dans les transports..et maintenant dans mosquée…une bagarre spectaculaire éclate dans une mosquée en Algérie

Une bagarre spectaculaire éclate dans une mosquée en Algérie

À cause d’un désaccord sur la désignation des membres du comité de gestion de la mosquée de la ville de Tadjena en Algérie, l’imam et quelques fidèles en seraient arrivés aux mains provoquant une bousculade à l’intérieur du lieu de culte, à en juger par des vidéos apparaissant récemment sur le Web.

La mosquée Omar ibn al-Khattâb (du nom du 2e calife de l’islam) de la ville de Tadjena, située dans la wilaya de Chlef, en Algérie, aurait été le théâtre d’une bagarre entre l’imam et des fidèles suite à un désaccord concernant la désignation des membres du comité chargé de la gestion du lieu de culte. Des vidéos le montrant circulent sur le Net.

 

Une première vidéo montre certaines personnes tombées par terre après une bousculade autour de l’imam de la mosquée. Alors qu’une deuxième montre un homme allongé par terre affirmant avoir été assommé par l’imam qui lui a donné un coup de poing au cou.

Suite à la diffusion des vidéos sur les réseaux sociaux, le ministère des Affaires religieuses et des Waqfs a désigné une commission d’enquête pour faire toute la lumière sur les circonstances de cet incident. Les résultats de l’enquête ont amené le ministère à mettre le religieux en congé ouvert.

Pour sa part, le ministre algérien des Affaires religieuses et des Waqfs, Mohamed Aïssa, a défendu l’imam contre les accusations qui ont été portées à son adresse par des personnes l’accusant d’être un perturbateur et un fauteur de troubles. Le responsable a affirmé que les vidéos qu’il a eu à visionner montrent toutes que ce dernier n’a pas quitté son lieu de prière. Le ministre a aussi souligné que le rapport d’enquête n’avait pas relevé de cas d’agression physique, mais seulement des altercations verbales qui se sont suivies par une bousculade causant la chute de plusieurs personnes. Selon lui, les autorités religieuses du pays ont décidé de mettre l’imam en congé ouvert et de l’éloigner de la mosquée afin d’éviter une complication.

Tout en soulignant que cette situation avait été déclenchée par le fait que certaines personnes essayaient d’avoir des postes à responsabilités dans les associations religieuses pour des raisons inconnues, M.Aïssa a annoncé qu’une rencontre de réconciliation avait eu lieu entre toutes les parties pour résoudre le problème.

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

JEMINFORMETV.COM

UN ŒIL SUR LE WEB

LES HIRAKIENS DE LA DIASPORA ALGERIENNE

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

Pro Fide Catholica

Le site de Laurent Glauzy

L'Ours géopolitique

Le fond de l'air est géopolitique

Youssef Hindi

Géopolitique, Histoire des Religions

Mes petites économies

Les finances personnelles au quotidien

CAMPAGNE BDS FRANCE MONTPELLIER

UNE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE EFFICACE AVEC LA LUTTE PALESTINIENNE POUR LES DROITS S’ÉCRIT : B. D. S. !" Comité National BDS Palestinien (BNC) 10 juillet 2014.

Kalimate - Blog féministe

WORDS FOR A BETTER WORLD

Les miscellanées d'Usva

Chroniques littéraires sans frontières

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

les successeurs des fascistes d'hier arriveront à vous convaincre que les antifascistes d’aujourd’hui sont vos ennemis

Chez Moi Chez Vous

Enhancing your Parisian experience

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ma Revue De Presse DZ

Parlons-en ! L’Actu Algérienne, Mais pas que...

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

wakongo.wordpress.com/

NUNI KU DUMUK' KU BIK LUSSAL'

JEMINFORMETV.COM

UN ŒIL SUR LE WEB

LES HIRAKIENS DE LA DIASPORA ALGERIENNE

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

Pro Fide Catholica

Le site de Laurent Glauzy

L'Ours géopolitique

Le fond de l'air est géopolitique

Youssef Hindi

Géopolitique, Histoire des Religions

Mes petites économies

Les finances personnelles au quotidien

CAMPAGNE BDS FRANCE MONTPELLIER

UNE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE EFFICACE AVEC LA LUTTE PALESTINIENNE POUR LES DROITS S’ÉCRIT : B. D. S. !" Comité National BDS Palestinien (BNC) 10 juillet 2014.

Kalimate - Blog féministe

WORDS FOR A BETTER WORLD

Les miscellanées d'Usva

Chroniques littéraires sans frontières

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

les successeurs des fascistes d'hier arriveront à vous convaincre que les antifascistes d’aujourd’hui sont vos ennemis

Chez Moi Chez Vous

Enhancing your Parisian experience

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ma Revue De Presse DZ

Parlons-en ! L’Actu Algérienne, Mais pas que...

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

wakongo.wordpress.com/

NUNI KU DUMUK' KU BIK LUSSAL'

JEMINFORMETV.COM

UN ŒIL SUR LE WEB

LES HIRAKIENS DE LA DIASPORA ALGERIENNE

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

Pro Fide Catholica

Le site de Laurent Glauzy

L'Ours géopolitique

Le fond de l'air est géopolitique

Youssef Hindi

Géopolitique, Histoire des Religions

Mes petites économies

Les finances personnelles au quotidien

CAMPAGNE BDS FRANCE MONTPELLIER

UNE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE EFFICACE AVEC LA LUTTE PALESTINIENNE POUR LES DROITS S’ÉCRIT : B. D. S. !" Comité National BDS Palestinien (BNC) 10 juillet 2014.

Kalimate - Blog féministe

WORDS FOR A BETTER WORLD

Les miscellanées d'Usva

Chroniques littéraires sans frontières

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

les successeurs des fascistes d'hier arriveront à vous convaincre que les antifascistes d’aujourd’hui sont vos ennemis

Chez Moi Chez Vous

Enhancing your Parisian experience

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ma Revue De Presse DZ

Parlons-en ! L’Actu Algérienne, Mais pas que...

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

wakongo.wordpress.com/

NUNI KU DUMUK' KU BIK LUSSAL'