Algerie: Manque de civisme, de dévouement pour le bien de la nation.

L’incivisme pourquoi…Manque de civisme, de dévouement pour le bien de la nation.

21558756_171063306793168_4580780071682179257_n 

 

 

Les jours de l’incivique….

Globalement, l’incivisme a pris corps dans tous les domaines de la vie de notre  pays (administratif, politique, social, scolaire,…). L’un des grands théoriciens contemporain de l’incivisme Pr Tchoupi, a toujours défendu le  fait que le vrai incivisme se prépare en amont. Par exemple, un bon incivique doit bien choisir sa maison: Il ne faut pas habiter au rez-de-chaussée car ca réduit votre capacité de nuisance! En effet, le bruit comme les ordures vont du haut vers le bas!  Petite exception cependant la fumée… :Le matin la bonne attitude à avoir c’est de se brosser les dents à sa véranda et de cracher par dessus, dans la cour de l’immeuble ou du voisin du bas. Aussi s’il y’a des restes du repas de la veille à jeter, pourquoi descendre le sac de poubelle quand on peut tout simplement essayer de le lancer dans le champ d’en face? Les plus expérimentés abandonneront leur sac poubelle dans le couloir devant la porte du voisin de palier…

L’incivique est très pédagogue, il forme ainsi ses enfants très tôt à faire beaucoup de bruits dans la cage d’escalier lorsqu’ils sortent pour aller à l’école le matin. Ces enfants savent aussi que balancer tout et n’importe quoi dans la cour du voisin est un acte appréciable, au même titre que le fait de se servir des vêtements sur les  cordes à linge comme gardien de but quand on veut jouer au foot.

Rappelons que le civisme, selon la définition fournie dans le Livret du citoyen : « est l’attachement à la collectivité dans laquelle on vit, le dévouement au bien commun : agir pour que l’intérêt général l’emporte sur les intérêts particuliers. C’est une valeur citoyenne qui se manifeste à travers le respect de l’individu pour le bien public, les lois du pays et les institutions de la république. » Le concept ‘’incivisme’’ est donc, pour couper court, le contraire du civisme.

Pour commencer par exemple ,parlant des manifestations de l’incivisme en milieu scolaire, il faut noter entre autres :

  • Le manque de ponctualité et d’assiduité des élèves, enseignants et encadreurs ;
  • L’usage intempestif des téléphones pendant les heures de cours pour des appels, des SMS, la connexion, des photos,…
  • L’absence ou le non respect des symboles de la république (drapeau, hymne national,…) ;
  • L’indiscipline des élèves vis-à-vis des enseignants ;
  • Les violences physiques et morales (des deux cotés éleves,enseignants)
  • La transformation des murs en urinoirs ;
  • Le jet des papiers usés et sachets plastiques par terre ;
  • Le vandalisme des biens (bus, bureaux,…) ;
  • La corruption généralisée ;
  • Le harcèlement sexuel et moral ;
  • Les écritures fantaisistes sur les murs et tables-bancs
  • Le viol ; etc.En ce qui concerne les causes de l’incivisme en milieu scolaire et universitaire, nous pouvons noter :
    • La démission parentale : l’école n’est qu’ « une société en miniature » et, la cellule de base de toute société c’est la famille. Ce qui revient à dire que l’éducation de base ou éducation primaire doit être véhiculée au sein de la famille. Les enfants les plus polis à l’école sont, avant tout, des enfants qui ont bénéficié d’une très bonne éducation au sein de leurs différentes familles.
    • L’ignorance du règlement intérieur : A mon sens, il n’existe pas d’établissements scolaires ou universitaires sans ‘’règlement intérieur’’. Ce dernier détermine les droits et devoirs des uns et des autres (enseignants, élèves, encadreurs,…) ainsi que les différents interdits. Mais, en dépit de l’existence du règlement intérieur, les actes inciviques ne cessent de proliférer. Ceci est du, en grande partie, à la non vulgarisation de ces textes régissant le fonctionnement normal des établissements scolaires et universitaires ou, tout au moins, au manque de suivi de leur stricte application.
    • La déliquescence du système éducatif : l’école guinéenne n’est plus un miroir pour le reste de la société. Elle a complètement perdu son rôle primordial d’instance d’éducation ; c’est-à-dire, de moulage des citoyens modèles. Pourtant, comme je l’ai souligné dans des précédentes analyses, l’école n’est pas seulement un lieu de transmission de savoirs scientifiques ou techniques ; elle est aussi et surtout, un four d’où l’on fabrique des bons citoyens, des individus modèles, capables de transformer positivement la société pour le bonheur de tous.
    • La démission de l’Etat : Aujourd’hui plus qu’hier, nous vivons dans un laisser-aller total concernant surtout le secteur de l’éducation. Le libéralisme incontrôlé qualifié parfois de « libéralisme sauvage » a occasionné la prolifération des écoles et universités privées qualifiables à de simples centres commerciaux où tout est permis. Cette démission de l’Etat se matérialise dans plusieurs endroits par le non respect même de ses symboles tels le drapeau et l’hymne national.
    • L’incompétence et/ou l’irresponsabilité de certains encadreurs : Le choix des encadreurs à tous les niveaux du secteur de l’éducation, dans le privé comme dans le public, est très fondamental. L’ordre et la discipline ne peuvent être rétablis dans un établissement scolaire ou universitaire que par des cadres compétents et responsables, capables de réfléchir à des stratégies adéquates tout en donnant le bon exemple. Ce qui n’est pas le cas dans la plus part des écoles et universités où, les responsables sont les premiers à transcender les règles qui régissent leur fonctionnement normal.
    • La consommation des stupéfiants (drogue) : Nombreux sont les établissements scolaires et universitaires devenus de nos jours des lieux de vente et de consommation des stupéfiants, notamment la drogue. L’université Général Lansana CONTE de Sonfonia en est une parfaite illustration où, selon nos enquêtes, des étudiants se livrent à la consommation de la drogue au vu et au su de tout le monde derrière les bâtiments se trouvant au près du stade de football et derrière les restaurants et bars-cafés se trouvant à la rentrée du campus. Ces drogués, une fois en classe, s’attroupent au fond de la salle ou « Colombie » tout en empêchant le Professeur de dispenser convenablement son cours à travers des bavardages insensés.

    Je tiens à souligner que les causes ci-haut citées sont loin d’être exhaustives. Ce qui est sûr, l’incivisme en milieu scolaire et universitaire engendre d’innombrables conséquences dont entre autres

L’incivisme dans la vie quotidienne.                                                                                        Nombreuses sont les nuisances causées par le voisinage dans les quartiers et les rues de la ville . Ceux-là mêmes sont pour la plupart à l’origine de conflits regrettables, mais il existe aussi un autre genre de troubles qui nuit directement à la tranquillité des habitants des cités, voire même à ceux des quartiers résidentiels, il s’agit des nuisances sonores et olfactives.
En effet, ces nuisances sont nombreuses et revêtent plusieurs formes, à l’image des surélévations de constructions de manière anarchique par certains riverains, qui privent ainsi les voisins directs de visibilité et qui ne peuvent pas en même temps recevoir chez eux les rayons du soleil.
Mais il y a pire, lorsque des gens sans conscience utilisent et abusent chez eux de travaux à la perceuse, provoquant dans tout l’immeuble des nuisances sonores carrément insupportables, sans se soucier du bien-être des autres et poussant l’outrecuidance à prolonger les travaux jusqu’aux premières heures de la soirée. Certains se permettent même d’utiliser l’espace public en squattant le trottoir pour les besoins de leur chantier, au vu et au su de tous, sans qu’aucune autorité n’intervienne pour y mettre un terme.
Plus grave sont les troubles créés par les nuisances sonores distillées par les salles des fêtes installées dans les quartiers populaires, qui ne respectent nullement les règles régissant l’activité d’exploitation des salles des fêtes, de spectacles et de loisirs, notamment l’isolation sonore et l’aménagement d’aires de stationnement pour les cortèges nuptiaux. Au chef-lieu de wilaya, où est implantée la quasi-totalité des salles des fêtes, les cortèges nuptiaux sont souvent synonymes d’enfer pour les riverains, du fait des nuisances qu’ils causent par l’utilisation inconsidérée des klaxons, les explosions de pétards et des feux de Bengale auxquels s’ajoutent les décibels de musique fusant pendant de longues heures de certaines salles des fêtes non équipées de moyens d’isolation sonore.
Par ailleurs, les nuisances olfactives sont aussi nombreuses, du fait des odeurs nauséabondes qui se dégageant des caniveaux mais également les émanations de fumier qui sont émises par les étables et les poulaillers installés à proximité, voire même à l’intérieur de certains quartiers.
Au nombre des nuisances sonores, il faut aussi ajouter les nuisances causées par les bruits des véhicules lourds, dont les conducteurs ne s’empêchent pas de laisser ronfler les moteurs à fond et à des heures indues, perturbant ainsi le sommeil et le repos des malades, des enfants et des personnes âgées.
Le phénomène de prolifération de motocyclettes est lui aussi source de nuisances en milieu urbain, d’autant que certains jeunes motocyclistes ne se gênent pas pour modifier leurs machines et pétaradent le long des artères à toute allure.
Nous croyons savoir que la réglementation relative à l’exploitation des salles de spectacles et de loisirs limite leur activité nocturne à une certaine heure, faute de quoi il y a des sanctions pour tapage nocturne.Les trajets en voiture sont des moments vénérés pour ceux qui veulent faire preuve d’incivisme! il y’a de quoi faire:

  • Ne pas respecter les feux (quand il y’en a)
  • Jeter par la fenêtre les épluchures d’orange ou les coques d’arachides qu’on vient de manger,
  • Se garer sur les trottoirs (oui, c’est normalement interdit…) ou mieux, derrière une voiture stationnée pour empêcher à son propriétaire de pouvoir se déplacer quand il reviendra.
  • Ne laisser la priorité ni aux automobilistes qui en ont le droit, ni aux personnes âgées qui essayent désespérément de traverser la route et encore moins aux enfants qui vont à l’école…
  • Former des 3e et 4e files de voitures dès qu’il y’a le moindre embouteillage

 

Dans la journée, vous pouvez aussi manifester votre incivisme à la sortie d’un restaurant ou d’un bar en allant vous soulager de vos urines dans la première rigole ou le premier mur venu…

 

Incivique c’est un métier à plein temps, il ne faut donc pas baisser la garde, même le soir! D’ailleurs si vous vous relâchez d’autres vous rappelleront rapidement qu’eux ne se reposent pas! C’est ainsi qu’en rentrant chez vous, vous constaterez que certains privatisent la chaussée pour installer leurs bars ou des tentes pour des veillées ….

Arrivé en retard chez vous, vous pourrez vous venger en mettant la musique à un haut volume pour énerver vos voisins! Ayez la conscience tranquille car si vous ne le faites pas il y’aura forcement un bar à coté qui s’en chargera.                                                                                                                                                                                                                             Comprendre les incivilités                                                                                                     Sociologie, la conduite d’une « recherche-action sur les incivilités » afin de comprendre les raisons qui poussent les habitants à agir ainsi. Une première analyse a permis d’identifier les différentes situations pouvant générer des comportements incivils adoptés par les locataires.« Leurs raisons » sont la méconnaissance des règles « je ne savais pas, on ne m’a pas expliqué, ce n’était pas comme ça d’où jeviens« , le poids des habitudes « je fais ça parce que tout le monde le fait », les dysfonctionnements « on fait comme ça parce que des choses sont cassées, en panne, et qu’il faut bien se débrouiller«  et l’inadaptation des équipements « on fait comme ça parce que les aménagements nous semblent mal conçus ».

  • Ces raisons sont aggravées par la fragilisation économique et sociale des familles. Pour de nombreux résidents, rares sont les situations où ils se sentent en responsabilité. Le logement est l’une des choses pour lesquelles ils peuvent se dire « ça, j’ai payé, là au moins je peux affirmer mes exigences ». Peu importe si  » le gardien doit nettoyer derrière… »s’il y en a un….

     

    • Comment réagir ?

     

     Face à ces incivilités, il est indispensable de réagir, de rappeler la règle et, lorsque c’est opportun, de sanctionner. Mais cela ne saurait suffire car réguler le bon voisinage c’est d’abord et avant tout une affaire entre voisins. Pour prévenir les incivilités, il faut renforcer la cohésion sociale au sein des habitants…les mosquées doivent participer.  Ainsi, deux niveaux complémentaires d’actions doivent coexister : renforcer la cohésion dans les résidences et professionnaliser la réaction aux comportements réprouvés.                                                                                                         (à suivre)             cordialement votre frére Hadj-Lakhdar B.

     

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.