L’Algérie a accueilli une réunion entre des responsables nord-coréens et sud-coréens

EXCLUSIF: L’Algérie a accueilli une réunion entre des responsables nord-coréens et sud-coréens

L’Algérie a également proposé de négocier la crise nucléaire coréenne en septembre

Une image non datée publiée par l’Agence de presse coréenne de Corée du Nord en mars 2017 montre le lancement de missiles balistiques par l’Armée populaire coréenne (KPA) lors d’un exercice militaire (KCNA / AFP).
L'image d'Akram Kharief

ALGER – L’Algérie a accueilli des délégués de la Corée du Nord et de la Corée du Sud dans le cadre du dégel des relations entre les deux ennemis de longue date, révèle Middle East Eye.

L’ambassadeur de Corée du Sud en Algérie, Park Sang Jin, a invité son homologue nord-coréen Choi Hyuk Chul chez lui à Alger le 1er mai. Aucune information sur la réunion n’a été rendue publique, MEE comprend.

L’Algérie avait déjà proposé une médiation en septembre dernier, lorsque les tensions entre le dirigeant nord-coréen Kim Yong-un et le président américain Donald Trump ont fait craindre une confrontation militaire sur les programmes nucléaires et balistiques de Pyongyang.

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika et son homologue sud-coréen Roh Moo-Hyun à Alger en mars 2006 (AFP)

La péninsule a connu une période de calme relative depuis le début de l’année. La Corée du Nord a participé et a envoyé une délégation aux Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang en Corée du Sud en février.

En avril, Kim Jong-un devient le premier dirigeant de l’Etat isolé à se rendre en Corée du Suddepuis la fin de facto de la guerre de Corée en 1953. Un traité de paix n’a jamais été signé.

Le Nord a également pris des mesures diplomatiques, notamment en rejoignant le fuseau horaire de la Corée du Sud et en soumettant une proposition à l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) pour ouvrir un couloir aérien vers la Corée du Sud.

Corée du Nord et le monde arabe

Les relations entre la péninsule coréenne et le monde arabe remontent à la création du Mouvement des pays non alignés en 1961.

Le Caire et Alger sont les deux seules capitales arabes à accueillir une représentation diplomatique des deux Corées, bien que le Yémen entretienne des relations avant le déclenchement de la guerre de trois ans en 2015.

Au cours des années 1990, alors que l’Algérie subissait un blocus des armes à la suite de la guerre civile de l’époque, Pyongyang entraînait des centaines de soldats dans des techniques de combat avancées et fournissait des armes pour la lutte contre les groupes armés.

L’Algérie a longtemps refusé de rompre ses liens avec la Corée du Nord, bien qu’elle ait discrètement appliqué des sanctions économiques et instauré un moratoire sur les visas professionnels accordés aux travailleurs nord-coréens, très prisés dans les travaux pétroliers et les travaux publics.

Selon une source de sécurité algérienne contactée par MEE, des instructions ont été données à la gendarmerie et à la police pour effectuer des contrôles d’identité sur les chantiers afin de s’assurer qu’aucun travailleur nord-coréen ne porte de faux papiers chinois.

L’avantage économique

Le rapprochement entre les deux Corées donne à Alger l’opportunité de capitaliser en se faisant une plaque tournante pour les investissements sud-coréens dans la région MENA. Cela ouvrirait également un marché d’exportation et d’investissement en Corée du Nord.

En outre, une fois les sanctions levées, la Corée du Nord pourrait reprendre ses exportations d’armes conventionnelles et éventuellement devenir partenaire de l’industrie de l’armement sud-coréenne, qui est devenue de plus en plus dynamique ces dernières années.

Pour sa part, la Corée du Sud a passé deux décennies à essayer de renforcer les relations diplomatiques avec le monde arabe. Depuis la fin des années 1970, le commerce a augmenté avec l’établissement de chaebols (conglomérats économiques sud-coréens) dans la région.

Les relations entre Séoul et Alger n’ont commencé qu’en janvier 1990, mais la décision a profité à l’Algérie, puis s’est embourbée dans une crise économique et politique. Les entreprises sud-coréennes ont été les premières à investir dans la distribution automobile et électronique et à établir des contrats avec des sociétés algériennes.

De nouveaux liens commerciaux ont été entachés en octobre 1994 par l’assassinat du directeur général du groupe Daewoo en Algérie. Le crime n’a jamais été résolu, mais a été attribué à un groupe armé.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.