Facebook n’a jamais pris de mesures similaires contre ce qu’il a décrit comme des «dizaines» de pages Facebook sionistes connues pour inciter à la violence contre les Palestiniens et leurs biens.

Facebook ferme les Palestiniens, pages pro-Palestine

Les militants palestiniens dénoncent le mouvement comme une violation flagrante des libertés d’opinion et d’expression.

14 janvier 2018

Facebook a unilatéralement fermé plusieurs pages pro-palestiniennes pour des allégations d ‘ »incitation » dans un geste que les Palestiniens décrivent comme une violation flagrante des libertés d’opinion et d’expression.

Des responsables israéliens, dont le ministre de la Justice Ayelet Shaked, ont récemment rencontré des représentants de Facebook, menacés de poursuites s’ils ne répondaient pas aux demandes israéliennes de supprimer les témoignages de plusieurs militants palestiniens.

Au cours des quatre derniers mois, Shaked a soumis 158 demandes distinctes à des responsables Facebook pour la suppression de contenu sur différentes pages Facebook pro-Palestine.

Facebook a jusqu’ici répondu à presque toutes les demandes de Shaked.

Ghazi Bani Odeh du Centre palestinien pour le développement des libertés médiatiques, une ONG palestinienne, a déclaré qu’Israël comptait sur une série de « compréhensions », conclues avec Facebook il y a deux ans, pour supprimer tout contenu jugé « incitation à la violence ».

Un tel arrangement « affecte profondément la liberté d’expression », a déclaré Bani Odeh, affirmant que « des douzaines » de comptes Facebook pro-Palestine avaient été récemment fermés en conséquence.

 

Publicités