Georges, mon frère, mon camarade, on fera tout pour te sortir du trou !

b8JNr4TM_400x400

Lettre de Jean ORTIZ, parue sur le site Humanité.fr

Extraits :

(…) On peut comprendre l’acharnement politique contre cet homme, lorsque l’on sait que le gouvernement israélien ne pourrait commettre ses crimes sans le soutien des États-Unis, et celui, plus filou, de la France. (…)
Georges est le bouc-émissaire idéal. Condamné d’abord à 4 ans, il est ensuite jugé une deuxième fois, après la « découverte » de l’arme, et condamné à perpétuité. Toutes ses demandes de liberté conditionnelle ont été depuis rejetées, parce que « les convictions anti-impérialistes » du prisonnier, « très solides », « sont demeurées intactes ». C’est écrit. Des convictions ? Des qualités rares en nos temps de travestisme et de cynisme politique. (…)
Les gouvernements étasunien, israélien et français, multiplient les pressions et les péripéties judiciaires, cherchant à faire mourir à petit feu un « otage » révolutionnaire indestructible, de haute stature, un homme aux convictions inébranlables, non négociables ; un homme digne, droit, d’idéal éthique pour lequel il a engagé sa vie. Il est des hommes qui portent en eux la dignité de tous les hommes. (…)
★ Jean Ortiz, universitaire, journaliste, spécialiste de l’Amérique latine et de Cuba, travaille depuis longtemps sur la guerre d’Espagne, le franquisme, les résistances. Il est aussi chroniqueur à L’Humanité.
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s