Comment le Mossad a créé l’OAS

Comment le Mossad a créé l’OAS

Pour la première fois, cette vérité est publiée, après 50 années de conservation dans le secret. La formation de l’OAS en Algérie a été par les mains du Mossad, avec la collaboration du sinistre général français Edmond Jouhaud qui n’était en réalité qu’un agent de cette sinistre officine israélienne. Né le 2 avril 1905 à Bou Sfer (Oran), il s’engage dans l’aviation française en 1924, et devient général. Il participe au putsch d’Alger en avril 1961, sur instruction du Mossad, et sera rallié par les sinistres généraux Zeller, Challe et Salan. Après son échec, il rentre dans la clandestinité et devient chef de l’OAS de l’Oranie. Il reste caché à Oran jusqu’au 25 mars 1962, où il sera arrêté, jugé et condamné à mort, mais grâce à l’intervention du lobby sioniste, Jouhaud échappe à l’exécution, sa peine fut commuée en détention à perpétuité. Libéré en décembre 1967, il sera amnistié par de Gaulle en 1968, et réintégré dans ces grades et prérogatives. Il dirigera en France une campagne explosive contre les institutions algériennes, avec l’ancien truand et criminel, Jacques Mesrine qui était l’ennemi public n°1 en France.
En 1982, le sinistre général Edmond Jouhaud, sollicité par le lobby sioniste et plusieurs associations satellites d’Algérie, sera élu président du Front national des pieds-noirs. Il écrira plusieurs livres dont Ô mon pays perdu de Bou Sfer. Jouhaud mourra en 1995, sans payer pour ses crimes perpétrés contre les Algériens.
Jacques Mesrine, le militaire assassin, surnommé l’homme aux mille visages
Jacques Mesrine s’engage dans la guerre d’Algérie comme parachutiste-commando. C’est durant celle-ci qu’il prend un pistolet 45 ACP et le ramène en France. Il l’aura constamment sur lui. Jacques René Mesrine sera décoré par le général de Gaulle de la croix de la valeur militaire. Il revient en France en mars 1959, après avoir reçu un certificat de bonne conduite de la part de la 626e compagnie. Ses proches, des anciens militaires, ont déclaré que l’expérience de l’Algérie l’a profondément marqué ; il aura été plusieurs fois de «corvée de bois» (exécution sommaire d’Algériens en dehors des enceintes militaires). Il était un assassin au service du général de Gaulle. En outre, Mesrine a été membre de l’OAS en 1961, à l’instar de Jean-Marie Le Pen, le raciste tortionnaire.

Le fichier provisoire des membres de l’OAS
A
Alexis Arette
Antoine Argoud
B
Jean-Baptiste Biaggi
Georges Bidault
Hervé Le Barbier de Blignières
Jean de Brem
C
Lionel-Max Chassin
Pierre Chateau-Jobert
D
Roger Degueldre
Pierre Descaves, homme politique
Albert Dovecar
François Duprat, homme politique
G
Gilbert Gilles
Yves Godard, officier
Bertrand de Gorostarzu
G
Georges Groussard résistant
Pierre Guillaume
militaire
H
Robert Hemmerdinger
Roger Holeindre
J
Claude Jacquemart
Edmond Jouhaud, général
K
Nicolas Kayanakis
L
Alain de La Tocnaye
Charles Lacheroy
Pierre Lagaillarde, ministre
M
Jean-Pierre Maïone-Libaude
Henri Manoury
Lajos Marton
Pierre Montagnon
Jacques Mesrine
O
Joseph Ortiz
P
Jean-Claude Perez
Jacques Peyrat
Claude Piegts
R
Xavier Raufer
Maurice Rollet
S
Raoul Salan, général
Pierre Sergent
Jean Souètre
Jacques Soustelle, ministre
Albert Spaggiari
Rolf Steiner
Jean-Jacques Susini, officier
V
Paul Vanuxem
Pierre de Villemarest

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s