Ain-El-Fouara(Hypocrisie quand tu nous tiens)

Pas de commentaire

Statue de marbre, « Aïn Fouara  » représente une femme….et aprés il est où le derangement…elle fait parti de notre patrimoine…le comportement de ces  gens ( en l’occurence ce barbu adepte surement du virtuel, parabole y aidant) reflète ce qu’ils sont réellement dans la vie…des frustrés…sahab haram de partout comme leurs cousins du wahabisme qui detruisent les lieux saints..cette fontaine  a été sculptée par l’artiste
français, Francis de Saint Vidal, et a été achevée le 26 février
1898. Un jour que la statue était exposée au musée du Louvre, le
gouverneur militaire de Sétif tomba en extase devant elle et
demanda au sculpteur de l’offrir à Sétif pour en faire une fontaine
monumentale.
L’artiste accepta volontiers. La statue entreprit alors un long
périple à destination de sa ville d’adoption. Elle partit en juillet
1898 de Paris vers Marseille puis embarqua à bord d’un bateau
vers Philippeville (Skikda). Elle fut reçue au port, en grande
pompe et fanfare, par de nombreux notables de Sétif. Son destin de
Sétifienne venait de commencer. De Philippeville, elle fut
transportée par les moyens de l’époque jusqu’à Sétif. Le voyage
dura plus de dix jours, mais finit en apothéose. Son sort était
scellé. Elle venait de captiver le cœur des Sétifiens toutes
communautés confondues.
L’architecte franco-italien Francissionni sera chargé du site
de son emplacement. Plusieurs artisans de renommée seront mis à
contribution pour parachever l’œuvre de Saint Vidal et dresser la
statue et son piédestal sur une fontaine quadriforme, dont chaque
bouche se trouve en face d’un point cardinal.
Fontaine de Aïn El Faoura sculptée par Francis de Saint Vidal, alimentée
par les bains romains du Square Barral.
Francis de Saint-Vidal, né à Milan le 16 janvier 1840, et mort à Paris le 18
août 1900, est un sculpteur et médailleur français.

 

Ain El fouara sous la neige
Ain El Fouara -la nuit-
Ain El Fouara
Un Monument Emblématique de Sétif
Monument emblématique de la ville de Sétif, Aïn El Fouara traîne
derrière elle une histoire plus que centenaire. A l’origine, il s’agissait d’une
simple fontaine, bâtie autour du jaillissement d’une source naturelle,
chaude en hiver et froide en été. Mais le 4 juin 1894, le conseiller municipal
Bastide proposa, lors d’une séance de travail, de la reconstruire car, selon
son propos, « elle menace ruine ». C’est alors qu’il a été décidé de la démolir
et de la reconstruire entièrement. Seulement, pour ce faire, il fallait des
fonds conséquents.
Aussi, lors d’un déplacement à Paris, effectué durant l’été 1896, le maire
Aubry sollicita le directeur des Beaux-arts pour le don d’une statue afin de
décorer la future fontaine. Sa demande ayant été agréée, le maire reçoit la
fameuse statue en juillet 1898 après sa présentation à l’Exposition
universelle de Paris.
Débarquée au port de Skikda, elle sera transportée sur une charrette et il
aura fallu 12 jours pour arriver à Sétif. Mise en place, alimentée en eau à
partir des bains romains du jardin Barral, situé à quelque 100 mètres plus
loin, le monument laissera couler une eau pure au grand bonheur de la
population.
Si la fontaine est l’œuvre du sculpteur Francis de Saint-Vidal, le socle et
tout l’environnement architectural ont été conçus par un architecte français
qui vivait à Sétif, un certain Eldin qui construisait aussi à l’époque le
Théâtre de Sétif. Les travaux seront entièrement achevés en 1899. Depuis,
ce chef-d’œuvre sculptural représentant une naïade dénudée juchée sur un
rocher de 2 mètres de haut, offrant une eau claire jaillissant des interstices
et des amphores, est jalousement préservée par la population car elle
représente un pan de l’histoire de la ville.
Cette belle création artistique, incontournable au regard de tout visiteur de
passage à Sétif, n’a pourtant pas connu la quiétude durant son centenaire
d’existence. Bien au contraire, elle a failli par deux fois subir les assauts de
la bêtise humaine, la première fois en 1986. Elle n’a dû son salut qu’à la
protection et à l’assistance de la population qui s’est voulu un rempart
contre les desseins malveillants de ceux qui voulaient la détruire.
Malheureusement, en 1994, une bombe l’endommagera en partie. Un
architecte œuvrera à colmater les fissures et à reconstituer les reliefs,
redonnant ainsi à cette fontaine son aspect, voire sa splendeur originelle.

Fontaine, bâtie autour du jaillissement d’une source naturelle,
chaude en hiver et froide en été.

Anciennes Photos de la ville de Sétif
Sétif -Place Nationale-
Sétif -Rue PrincipaleAncienne
ville de Sétif « vue aérienne »
Sétif sous la neige – la Gare (vue intérieure)
Sétif – Rue de Constantine
Cette fontaine, dressée au point stratégique de la ville de Sétif, demeure,
aujourd’hui, un repère incontournable du centre urbain et comme tous les
mythes se rattachant autour des fontaines, les Sétifiens disent que
« quiconque boira de Aïn El Fouara y reviendra un jour ».

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s