Aïn El-Fouara saccagée….Ain El-Fouara sera réparé….

La célèbre statue d’Aïn El-Fouara a fait l’objet d’importantes dégradations commises, hier matin, par un déséquilibré mental. Ce dernier, barbu et vêtu de qamis, est monté sur le socle de la fontaine et a commencé par porter des coups à la statue avec un marteau et un burin sous le regard ahuri des passants et des riverains. Les coups de marteau ont causé d’énormes dégâts notamment la destruction d’une grande partie du buste ainsi que des parties de la main et du visage de la statue.
Les agents de police, aidés par des travailleurs de la société turque en charge des travaux du tramway de Sétif, qui étaient présents sur les lieux, ont eu du mal à maîtriser le forcené et à l’emmener au siège de la 1re Sûreté urbaine située à une dizaine de mètres de la fontaine. Selon les premières informations, l’auteur des faits est un déséquilibré mental et sujet à de nombreuses crises de démence.
Ce n’est pas la première fois que la célèbre statue est la cible d’attaque et de dégradation. Le 22 avril 1997, une bombe l’avait complètement détruite. Des élèves de l’Ecole nationale des Beaux-Arts ont consenti d’énormes efforts pour la restaurer en seulement quarante-huit heures. Le 31 mars 2006, un jeune, sous l’effet de psychotropes, avait également causé des dégâts à la statue en lui cassant une partie du visage. Bien que les autorités locales de la wilaya aient fait installer des caméras de surveillance autour du site pour le protéger, ce genre d’acte demeure difficile à prévoir.
Aussi certains prédicateurs et imams de la mouvance intégriste n’ont jamais cessé d’attaquer, durant leurs prêches, la célèbre statue de Sétif et demander sa destruction comme ce fut le cas de cet imam de la mosquée Aba-Dhar-El-Ghifari, à El-Khroub, qui a tout simplement décrété, lors d’un de ses prêches du vendredi, qu’il était illicite de se rendre à la fontaine de Aïn El-Fouara et de boire de son eau. La fontaine a été sculptée par un «infidèle» qui avait, selon lui, le perfide objectif de mettre une femme nue au «cœur de la ville des martyrs». Car, a ajouté l’imam vindicatif, «pour boire de son eau, il faudrait s’incliner fortement dans une attitude qui ressemble à la prosternation» (sic). Ou encore celui du téléprédicateur Cheikh Semcheddine qui, dans une de ses sorties médiatiques, avait demandé au wali de Sétif d’habiller la statue de Aïn-Fouara. Sans oublier l’appel lancé par Abdelfetah Hamadache, émir de la mouvance salafiste, qui avait demandé, il y a quelques mois, au gouvernement de procéder à la démolition de la fontaine d’Aïn-Fouara.
Il faut noter que la statue de marbre «Aïn El-Fouara» représente une femme nue aux formes délicates et harmonieuses. Elle a été sculptée par l’artiste français Francis de Saint Vidal, et a été achevée le 26 février 1898. Selon une légende, la jeune femme dont il s’est servi comme modèle était une Française de Sétif. Un jour que la statue était exposée au musée du Louvre, le gouverneur militaire de Sétif tomba en extase devant elle et demanda au sculpteur de l’offrir à Sétif pour en faire une fontaine monumentale.
L’artiste accepta volontiers. La statue entreprit alors un long périple à destination de sa ville d’adoption. Elle partit en juillet 1898 de Paris vers Marseille puis embarqua à bord d’un bateau vers Philippeville (Skikda). Elle fut reçue au port, en grande pompe et fanfare, par de nombreux notables de Sétif. Son destin de Sétifienne venait de commencer.
Imed Sellami

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s