Les imposteurs du MAK et le berbérisme ne sont pas loin et tirent les ficelles…

Les Algériens, du nord du sud, de l est, de l ouest sont tous pareils, issus du meme creuset, riches de leur cutlure, leur histoire, leur personnalité. Un seul drapeau..un seul hymne..et religion d’etat l’islam…c est cela l Algérie,cette vérité sur un pseudo problème exploite a dessein par d obscurs supposés algériens manipulés pour discréditer l’ALGERIE vous avez effectivement crevé cet abcès qui nous a tant fait mal et particulièrement a la très grande majorité silencieuse des paisibles citoyens de ce pays que certains félons tentent de discréditer dans leur criminelle entreprise de désordre .

le contenu de cet écrit devra être affiche dans chaque maison

MAK Algérien

La reconnaissance de la langue amazighe prend corps en Algérie.  L’Algérien est à l’image de son Etat, bâti sur la manipulation historique. L’Algérien use et abuse avec beaucoup de ruse du mensonge. Il en est ainsi des fanatiques du MAK, ces imaginaires persécutés. A les entendre, ils sont victimes d’ostracisme, de racisme de la part du pouvoir en particulier, et des «Arabes» algériens en général. Ainsi, ils vivraient dans un pays d’apartheid. Certains emploient même le terme de «régime colonial» pour désigner le pouvoir algérien. Pouvoir accusé de mener une politique d’éradication de la culture et de la langue kabyles.En vérité, il n’y a jamais eu historiquement en Algérie de politique officielle d’éradication de la langue kabyle, ni de politique d’anéantissement de la culture kabyle.  La Kabylie ne détient pas le monopole de la répression.;…. En revanche, elle détient le record des fausses impressions. Des mensongères diffusions, et des tristes confusions. Donc, pas de politique officielle d’éradication de la langue et de la culture kabyles. Pour preuve : les deux sont encore plus que jamais vivantes. Ces fanatiques du MAK font preuve d’une véritable paranoïa martyrologique identitaire, d’un réel sentiment pathologique de persécution.

En vérité, la langue et la culture kabyles s’épanouissent librement partout en Algérie. Jamais la culture kabyle, longtemps confinée dans une existence locale, n’a connu autant de rayonnement que depuis l’accession de l’Algérie à son indépendance. Elle est sortie de ses montagnes inexpugnables pour conquérir toute l’Algérie, le monde entier, notamment grâce à certains de ses  célèbres chanteurs et autres artistes de renommée internationale. Sans oublier, depuis quelques années, la création de multiples médias audiovisuels de langue amazighe, l’apparition d’une presse écrite berbérophone, les diverses manifestations culturelles kabyles programmées tout au cours de l’année.

D’ailleurs, on n’interdit pas quelque chose qui n’existe pas. Et la langue amazighe écrite n’a historiquement jamais existé.La revendication  des kabyles sur l’officialisation de l’Amazigh,  est une tromperie, une supercherie, et un mensonge flagrant. IL ne s’agit pas de l’officialisation de l’Amazigh, mais ils demandent l’officialisation de l’alphabet latin, inventé par les français et à été remis en 1970   à  Mouloud  Mameri, qui avait joué le même rôle que le prêtre juif  Pharisien   Esdras, il suffit de consulter la bible, le livre  qui porte ce nom pour constater les similitudes et la complicité des sionistes dans l’élaboration de cet alphabet latin, que les kabyles veulent nous imposer pour nous kabyliser et nous  évangéliser  pour nous dominer culturellement et religieusement, il s’agit bien d’un complot  franco-sioniste pour déstabiliser l’Algérie et mettre le feu entre les Algériens.

Non à  l’officialisation de l’alphabet latin, supposé être l’amazigh, fabriqué par les français ! Non à la supercherie, non aux faux et usage de faux en écriture, non aux mensonges des kabyles. Les dialectes ne sont pas des langues. La sublime langue arabe est la langue divine du  Coran. IL faut passer sur nos corps pour nous imposer cet alphabet artificiel inventé par les falsificateurs-fraudeurs, ennemis de l’Algérie. Vaste complot dirigé contre notre pays par des kabykes chrétiens à la solde des sionistes criminels.

Chers  frères, chers amis, nul ne doit vendre son âme, nul ne doit cautionner une politique contraire à sa personnalité humaine façonnée par une éducation religieuse et complétée par une conscience politique conforme à ses nobles principes tangibles. Soumission et adoration totale à  Allah. Fidélité sincère à la sublime religion  ‘’ Islam’’.Amour et dévouement à mon pays l’Algérie. A mon corps défendant, il m’est difficile de suivre la politique d’un mouvement plongé dans la confusion et le brouillard, l’incohérence, l’imprudence des responsables qui s’engagent par des promesses dans le but de plaire et de satisfaire une opinion minoritaire, tant de promesses contradictoires incompatibles avec l’instauration d’un état de droit. Toute politique doit impérativement faire la distinction entre le pouvoir et le peuple. Les hommes politiques, qui s’engagent à faire des promesses à une catégorie de population minoritaire sur l’officialisation de l’amazigh, sans mentionner le droit du peuple, est une grave violation et une grave atteinte au droit du peuple. Tout parti politique, qui ne dispose pas d’un programme, identique à une constitution, et qui ne fixe pas le pouvoir du peuple avant le pouvoir étatique, navigue sans boussole et sans aucune orientation digne d’un état de droit.  Un parti qui se respecte doit connaitre par cœur, les limites qui séparent les deux pouvoirs. Les questions qui concerne  la  protection de notre souveraineté et de nos frontières, la protection de notre indépendance,  la protection la langue arabe, de l’écriture arabe, de la monnaie le dinar, les richesses naturelles du sol et du sous-sol, la religion, la protection de notre patrimoine, la protection de notre espace aérien, le respect des droits de l’homme, la répartition des richesses et des revenus sans discrimination, entre tous les citoyens et les régions, d’une façon équitable et juste, la liste serait longue et il suffit de dire ou de répondre que tel problèmes ne relève pas de la compétence ni de l’exécutif, ni du parlement, mais de la compétence du peuple par une consultation de référendum. L’absence d’un inventaire, des compétences, provient essentiellement du vide dans les programmes écrits : Les programmes sont pauvres, médiocres, incomplets et  avec des  lacunes impardonnables. Ils ne traitent jamais les problèmes majeurs que les citoyens affrontent péniblement et souffrent quotidiennement. Ces programmes sont écrits d’une manière hâtive et expéditive. ? Un parti qui se respecte et qui sait présenter un riche programme doit nécessairement établir des compétences pour éviter de s’engager dans des domaines inextricables dangereux. ?

L’officialisation de l’Amazigh,  est une utopie, une démagogie et une provocation pour provoquer une guerre dévastatrice entre kabyles racistes et arabes. !

De quel Amazigh s’agit-il, de l’alphabet arabe utilité par les berbères Chaouis.? Où s’agit-il de l’Amazigh kabyle alphabet latin inventé par Foucault et révisé par les fraudeurs français de la Sorbonne. … la suite

De quel Amazigh s’agit-il, de l’alphabet arabe utilisé par les berbères Chaouis.? Où s’agit-il de l’Amazigh kabyle alphabet latin inventé par Foucault et révisé par les fraudeurs français de la Sorbonne.? Imposer aux 34 millions d’arabes un alphabet latin, ce serait nous kabyliser et nous imposer le latin comme langue officielle  à la place de l’arabe. ? Le mot Amazigh, serait-il un mot d’origine latine. ? L’officialisation de l’Amazigh doit être proposée au peuple, par un référendum, pour ne pas diviser le peuple et  d’éviter de créer des tensions entre les Arabes majoritaires et les kabyles une minorité insignifiante,  non mandaté par la population kabyle,  manipulés par les services spécialisés  Français  pour déstabiliser l’Algérie. Cette initiative est une utopie, le jour où les français accepteraient d’officialiser le dialecte breton, le dialecte  corse, le dialecte basque et  le dialecte auvergna,  alors, il sera possible d’accorder aux kabyles, cette officialisation à condition  que l’alphabet soit en langue arabe, la langue officielle de l’Algérie, et que  cette  officialisation, ne sera jamais nationale, mais limitée aux circonscriptions  habitées par une population  ethnique kabyle majoritairement et qui demanderaient par voie électorale l’adhésion à l’enseignement de leurs enfants aux écoles exclusivement kabyles  dans leurs propres communes. L’Algérie, n’est pas kabyle, ni berbère,  les arabes sont majoritaires  et l’Algérie  est arabe, n’en déplaise aux détracteurs, chauvins et racistes kabyles qui veulent nous dominer et nous imposer une langue latine obsolète et désuète. Une langue chrétienne, morte  et  que seul le Vatican utilise lors de cérémonies religieuses. ? De plus, l’écriture arabe c’est celle du Coran, elle est divine incomparable et irremplaçable, il faut passer sur nos corps pour imposer à nos enfants arabes d’apprendre par la contrainte un alphabet  latin chrétien, c’est tout simplement, nous demander, de renier, notre religion, notre Islam, notre passé, notre culture, notre patrimoine, notre soumission à  Allah, pour faire plaisir à une poignée de kabyles aux origines incertaines et au passé contestable, parasites de la société, racistes, véreux haineux et belliqueux, qui veulent, que cette officialisation de l’Amazigh,  soit officielle, sans  passer par l’usage d’un référendum. Un tel scénario, serait une grave atteinte au droit légitime de notre peuple. Nul n’a le droit, d’écarter le peuple de son droit, c’est au peuple algérien de se prononcer par référendum, sur l’officialisation de l’amazigh, les chaouias, sont les authentiques berbères, les kabyles, ne sont pas berbères, ni africains et n’ont aucun droit sur le sujet. Ignorer le droit du peuple, aux consultations par référendum, ce serait tomber dans le piège de ceux qui envisagent une guerre civile désastreuse, laquelle risque de plonger le pays dans une spirale de violence et de confrontation entre kabyles et arabes. Un conflit prémédité, soigneusement élaboré dans les officines des ateliers français complices et coupables dans la préparation de cette conjuration inévitable, d’une ampleur aux conséquences catastrophiques. Une guerre civile serait  dévastatrice et irréparable, la responsabilité incombera aux politiciens algériens inconscients des dangers qui menacent notre paix et notre stabilité, les inconscients sont aussi complices de cette tragédie en préparation et qui usent et abusent de leurs fonctions pour tromper l’opinion publique sur les dangers de cette revendication fomentée artificiellement dans une  conjoncture  favorable  pour faire éclater le pays. IL faut, que les hauts responsables, cessent de faire des promesses utopiques, démagogiques et complaisantes assez préjudiciables pour le pays. Les responsables conscients, doivent dire  toute la vérité au peuple, qu’ils aient du courage pour refuser aux opportunistes, nostalgiques kabyles, que la pays a besoin d’une union de tous les algériens pour résister aux complots et aux intrigues de nos ennemis qui veulent notre destruction. IL  faut reconnaitre l’évidence des priorités et des urgences, le maintien de l’actuel régime illégitime constitue une véritable menace pour nous peuple et pour notre indépendance hypothéquée aux américains et aux français. Nous sommes étrangers dans notre propre pays, nous n’avons plus le droit à la parole, ni aucun droit de contester les abus de ce régime mafieux. Comment peut-on accorder aux kabyle le droit de nous dominer, à travers tout le territoire national, alors que la majorité des arabes qui constitue la première force du pays, avec 34 millions d’arabes, se trouve marginalisé et ignorée par ce régime dictatorial cruel et inhumain.

Le dialecte kabyle n’est pas une langue, plus de 60 % de mots sont d’origine  arabe, et ils ne sont pas même berbères, descendants de vandales. Nous mettons en garde contre  tous ceux qui proposent l’alphabet latin comme langue officielle, seront responsables du désastre que pourrait éventuellement se produire et responsables d’un grave conflit qui pourrait éclater à tout instant entre les deux communautés, comme c’est le cas à Ghardaia. La revendication de l’officialisation de l’alphabet latin, n’est qu’un  alibi, un faux prétexte fallacieux pour susciter les affrontements entre algériens  musulmans manipulés pour diviser le peuple et instaurer un climat de haine de terreur et de troubles. Ghardaïa, nous offre un exemple sur les graves tensions, exploités sur la base  de faux problèmes qui  sont fabriqués par les services étrangers dans le but est de causer à l’Algérie des troubles qui seraient le prélude à une guerre civile irréparable et indescriptible. Faites très attention aux manipulations et aux manipulateurs qui veulent nous diviser sur un sujet culturel artificiel, un prétexte criminel, dangereux, impardonnable et irréparable, c’est un crime et une haute trahison, que de mettre en péril, notre indépendance et notre souveraineté en danger. Les ennemis de l’Algérie, cherchent par tous les moyens possibles pour provoquer une implosion de notre société. Cette manipulation, serait criminelle, elle tente de masquer, les graves problèmes de l’actuelle crise, il y a de sérieux problèmes prioritaires plus urgents, le pays est en danger à cause de ce pouvoir pourri et mafieux.  IL  serait  légitime pour nous arabes, d’envisager la fondation d’un parti politique  essentiellement composé d’arabes nationalistes, patriotes et fidèles aux serments à nos glorieux  martyrs chouhadas. IL faut provoquer à travers tout le territoire national, des campagnes pour dénoncer ce complot qui vise à nous effacer de la nation et d’alerter l’opinion sur les complicités des journalistes  kabyles au niveau de la presse francophone plus virulents que les manipulés à la solde du Mossad. IL est légitime de renforcer tous les moyens de  défense des droits des Algériens  arabes non berbères, la démocratie, ne peut être favorable aux uns et contre, défavorables aux autres. Devant les provocations récurrentes, malsaines, racistes, il est venu le moment de prendre ses distances  légitimes, de ne plus faire partie de partis politiques qui soutiennent la revendication des kabyles et de quitter tous les mouvements et associations politiques qui veulent  substituer l’Amazigh  à l’arabe et de faire de nous des  dominés et persécutés des  kabyles racistes.  A partir d’aujourd’hui, je quitte la scène politique, je ne fais plus partie d’aucun mouvement politique, je me réserve le droit de choisir le parti qui défendra la cause de la langue arabe,  de la répartition équitable des richesses nationales, sans discrimination, entre le nord plus vorace et le sud victime d’un pouvoir régional discriminatoire et de sa priorité, je rejoins si besoin, le parti, qui s’inspire de la Charia Islamia, et d’un islam authentique, libre sans tutelle des conservateurs des monarchies rétrogrades  fascistes. Chacun, possède le droit de se positionner, au sein d’un mouvement, proche de sa vision et de sa personnalité culturelle dans le but évident  est de  contribuer  au progrès et à la prospérité du pays avec une volonté farouche de sauvegarder les intérêts suprêmes de la nation, avant ses propres intérêts égoïstes. IL  m’est tout a fait difficile, impossible même de cautionner un parti qui encourage l’officialisation de l’alphabet latin, une supercherie trompeuse qui cache une politique  basée sur une épuration ethnique barbare et criminelle, nous connaissons le projet belliqueux des kabyles transformés en mercenaires pour envisager la chasse de l’arabe. Ce que les français n’ont pas été capables de réaliser, les nostalgiques confient aux kabyles racistes le soin de tuer les arabes par une propagande insidieuse et mensongère, afin de discréditer l’image des arabes. Ces campagnes sont préparées par les sionistes et les partis politiques algériens ignorent cette stratégie sioniste, diffusée par les kabyles manipulés. Les partis politiques qui se respectent et qui ont le courage de prouver leurs engagements en faveur du peuple, doivent se définir et affirmer courageusement leurs choix et leurs visions objectives sur la place de l’amazigh au sein de notre société divisée et dangereusement menacée par les complots.

La langue kabyle n’a connu au cours de son histoire qu’une diffusion orale. Par conséquent, on ne peut pas affirmer que le pouvoir algérien a interdit officiellement la langue amazighe. Que dirait alors la majorité des Algériens dont la langue maternelle est l’arabe dialectal (derja). Leur langue ancestrale orale a toujours été privée de toute reconnaissance nationale, et de toute politique d’officialisation en vue de sa promotion comme langue écrite enseignée à l’école. Et pourtant, ces Algériens arabophones n’ont jamais impulsé un mouvement de revendication linguistique. Ils n’ont donc jamais tenté de politiser la question linguistique arabe dialectale. Ils ont accepté comme fait accompli la langue arabe littéraire promue langue officielle de l’Algérie. Car seule langue arabe dotée des outillages grammaticaux et lexiques opérationnels, et pourvue d’une richesse littéraire séculaire. Et surtout, c’est la langue du Coran, de la religion musulmane, religion de la majorité des Algériens.

Au lendemain de l’indépendance de l’Algérie, tout en maintenant l’enseignement en langue française, le régime, confronté à la nécessité de scolariser l’ensemble des enfants algériens, a dû recourir à des expédients éducatifs pour instaurer l’enseignement de la langue arabe avec des moyens matériels et humains rudimentaires. Au reste, en l’absence d’un personnel éducatif suffisamment formé, il a recouru à la politique de coopération, fournie par de nombreux pays arabes désireux d’aider l’Algérie à développer son système éducatif embryonnaire. Le pouvoir n’avait ni les moyens ni le temps d’initier une politique d’enseignement de la langue orale kabyle. Ou plus exactement n’éprouvait, en cette période de panarabisme exacerbé, aucune nécessité de s’intéresser au développement d’un dialecte minoritaire tenu certainement en mépris. Par ailleurs, à entendre les fanatiques du MAK, les «Arabes» haïssent les Kabyles. Les Kabyles seraient des citoyens de seconde zone. Les Arabes détiendraient tous les leviers de pouvoir. Rien de plus faux, inexact.

Les Kabyles sont intégrés dans tout le tissu économique de l’Algérie. Ils sont socialement insérés dans toute la société algérienne. Politiquement, ils ont toujours disposé de partis spécifiquement kabyles. Ils sont amplement représentés dans toutes les instances étatiques du pays, au Parlement comme dans les communes. Ce sont avant tout des citoyens algériens reconnus juridiquement comme faisant partie intégrante de l’Algérie.

Les Kabyles sont établis partout en Algérie, dans le plus petit village jusqu’aux grandes villes. Ils occupent souvent des métiers prestigieux, aussi bien dans le commerce que dans les administrations, dans la petite entreprise que dans la grande industrie. Ils sont dans tous les secteurs de pointe : dans l’enseignement, la recherche, la médecine, la culture, les médias, l’armée, la haute administration, sans oublier les instances de l’Etat.  Ils résident dans toutes les villes et dans tous les villages d’Algérie, sans subir le moindre ostracisme. Ils peuvent acquérir un commerce, une maison, dans n’importe quelle ville d’Algérie.

Ainsi, en la circonstance, les fanatiques du MAK propagent des contrevérités. Et la dernière contrevérité répandue sur les réseaux sociaux est relative à ce prétendu vote contre la promotion de la langue amazighe, qui donne lieu à des manifestations estudiantines. A les lire, la Kabylie ferait l’objet d’une véritable politique discriminatoire. «Le pouvoir colonial» reléguerait les Kabyles à des citoyens de seconde zone. Ils seraient défavorisés sur les plans culturel, professionnel, politique, économique. «Même Israël traite mieux ses colonisés palestiniens», se risquent certains Berbéristes.

Drôle de discrimination d’une région qui détient, depuis des années, le record de réussite au baccalauréat, d’universitaires, d’artistes, de célébrités de renommée internationale, de patrons fortunés !

Cette posture de victimisation n’est pas sans rappeler celle des juifs sionistes constamment en train de se livrer aux sempiternelles lamentations pour mieux s’annexer l’histoire à des fins colonialistes. Et les fanatiques du MAK s’adonnent aux mêmes impostures pour persuader les authentiques Algériens Kabyles de les rejoindre dans leur criminelle entreprise irrédentiste.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.