Parents recueillent leurs enfants terrifiés de l’école après que Arabie-US avions ont bombardé leur école

çà parle de l’esclavage en Libye alors que se sont eux les initiateurs..ils font autant en abondonnant ces jeunes par grand froid…..

Des mineurs étrangers abandonnés de nuit dans la montagne par la gendarmerie : un reportage glaçant de France Culture

Jeune migrant à Calais en 2016.Malgré le froid, de jeunes africains tentent de rejoindre la France en passant par les Alpes. Dans la région de Briançon, ils rencontrent la solidarité des habitants, mais aussi les forces de l’ordre, qui les reconduisent à la frontière. Jounaliste à France Culture, Raphaël Krafft avait d’ailleurs été arrêté lors de son reportage par la gendarmerie, en compagnie d’une collègue du “Temps”.

Le week-end du 11 novembre, alors qu’elle réalisait pour le journal suisse Le Temps un reportage sur les migrants dans la région de Briançon (Hautes-Alpes), la journaliste helvète Caroline Christinaz a été arrêtée et interrogée par la gendarmerie. Motif : on la soupçonne d’aide à l’entrée ou au séjour de personnes irrégulières sur le territoire national. Elle avait pris place dans une voiture conduite par des habitants qui portaient secours à quatre jeunes migrants tentant d’entrer en France par le col d’Échelle, 1 762 mètres d’altitudes. À ses côtés, le journaliste de France Culture Raphaël Krafft, qui réalise depuis plusieurs années des documentaires sur la route des migrants. Entendu lui aussi par la gendarmerie, mais en qualité de témoin, il diffuse son reportage ce vendredi 17 novembre dans Le magazine de la rédaction de France Culture.

Ce tout-sonore percutant de 40 minutes raconte d’abord la solidarité des habitants du village frontalier de Névache, soutenus par leur maire. On y fait du « sauvetage », « du secours en montagne, pas de la politique », soulignent les bénévoles. Les migrants, dont beaucoup de mineurs guinéens, arrivent ici d’Italie, par les Alpes. « On a des gens en très mauvais état, qui ont passé le col et ne sont pas en état de continuer, explique Bernard, un officier à la retraite. On fait ce que tout homme doit faire, c’est-à-dire aider son prochain. »

“Ils nous ont laissés dans la montagne”

Puis vient la rencontre. Accompagnés par un guide de montagne retraité jusqu’au col d’Échelle, Raphaël Krafft et sa consoeur entendent soudain une branche craquer. Quatre jeunes Africains se cachent au bord de la route enneigée. Ils s’appellent José, Tierno, Mamadou et Lansana. Ils ont froid. Les locaux décident de les accompagner en voiture jusqu’à Briançon, où est installée leur association. C’est sur la route que la gendarmerie les arrête, et les sépare des migrants, qui affirment avoir tous entre 16 et 17 ans. Les journalistes prennent leurs numéros. Ils les retrouveront le lendemain dans une gare italienne, de l’autre côté de la frontière. L’un des jeunes raconte le déroulé des événements après leur interpellation et leur interrogatoire. « Ils nous envoyés à la frontière de l’Italie. Ils nous ont laissés dans la montagne, ils ont dit voici la direction de l’Italie. Ils nous ont reconduit à une heure du matin. Ils ne nous ont rien donné. »

« Je partais au départ pour un reportage sur la solidarité montagnarde, explique le journaliste de France Culture. Finalement, cette rencontre et cette interpellation par la gendarmerie me poussent à conclure mon travail par un drame. » Au-delà de la polémique engendrée par l’audition des journalistes, et des questions que l’affaire pose sur le respect de la liberté de la presse, le reportage de Raphaël Krafft impose donc un constat glaçant. En moins de 24h, plusieurs migrants se présentant comme mineurs ont été notifiés d’un refus d’entrée sur le territoire français et abandonnés de nuit en montagne par les forces de l’ordre françaises, en plein mois de novembre.

En France, un mineur étranger non accompagné dépend du Conseil départemental. Ce dernier doit assurer son hébergement d’urgence pendant au moins cinq jours, période durant laquelle il doit apporter la preuve de sa minorité. Selon l’arrêté du 17 novembre 2016, l’évaluation de la minorité doit être effectuée par un travailleur social. Cette évaluation est de moins en moins réalisée à partir de tests osseux, trop coûteux, mais sur la base d’entretiens complexes, qui font l’objet d’un rapport écrit. C’est la loi.

Complet, ce reportage donne à la fois la parole aux migrants, aux habitant solidaires, et au préfet des Hautes-Alpes. Un document rare, qui nous laisse atterrés, révoltés, mais pire encore : lourds d’un sentiment d’impuissance. Avec en tête les mots d’un poilu nommé Pierre Bouvier, cités par le maire de Névache au début du reportage : « La fraternité doit veiller, elle doit agir. Tu n’as pas le droit de t’endormir dans l’indifférence ».

[Boycott] Teva et Altice (SFR) s’effondrent en bourse ! Manœuvres antisémites ?

[Boycott] Teva et Altice (SFR) s’effondrent en bourse ! Manœuvres antisémites ?

<:image_article{article=|couper{80}}:>

    Les fêtes de fin d’année s’annoncent d’ores et déjà moroses pour ne pas dire catastrophiques pour certains. Voilà un déclin que les sionistes ne pourront pas mettre sur le dos du boycott, même si celui-ci tend à prendre de l’ampleur.

    Le fabricant israélien de médicaments génériques Teva et la société Altice, maison-mère de l’opérateur de télécoms SFR du financier franco-israélien Patrick Drahi sont dans le rouge. Si ce n’est pas le boycott qui est à l’origine de cette déculottée, il doit certainement s’agir d’un complot et de « manœuvres antisémites  » comme l’ont suggéré des sites israéliens pour qui la question ne se pose même pas. Sinon comment expliquer ce manque de discernement qui a mené au bord de la banqueroute ces fleurons de l’économie israélienne ? 
    Pourtant à y regarder de plus près, il semblerait que le seul complot qui se profile à l’horizon c’est cette soif de toujours vouloir s’accaparer plus et encore plus. Multiplier les acquisitions sans pouvoir les rembourser est un jeu dangereux qui se paye tôt ou tard. Des dettes à n’en plus finir et des échéances de plus en plus difficiles à tenir, voilà où en sont Teva et Altice.

    La première pour avoir misé sur les produits génériques alors que le plus gros de son chiffre d’affaires est tiré du « Copaxone » utilisé dans le traitement de la sclérose en plaques. Ajouté à cela la concurrence avec une version générique équivalente à son produit phare et les dés sont jetés. 30 milliards d’euros de dette et une chute vertigineuse de 70% en bourse en l’espace d’une année, avec le clou du spectacle, une valeur théorique du laboratoire d’à peine 10 milliards d’euros, soit trois fois moins que sa dette. 
    Le groupe de Patrick Drahi ne s’en sort pas mieux. Après avoir racheté les entreprises concurrentes dont SFR avec pour mission de « dégraisser » un maximum les effectifs comme promis aux banques en retour des prêts consentis, Drahi se rend à l’évidence, cela ne suffit pas. Des milliers d’emplois supprimés à SFR sans aucun effet sur le chiffre d’affaires. Les mauvais résultats de la filiale impactent ceux d’Altice et plongent le groupe dans le rouge.

    Des titres en perte de valeur, une capitalisation boursière ressortant à 12 milliards d’euros mais une dette de 50 milliards d’euros, autant dire que le groupe n’est pas sorti d’affaire.
    Drahi pourra toujours compter sur son empire médiatique pour se refaire, sauf si la déroute se poursuit au même rythme et happe tout sur son passage. Selon des sources bien renseignées, les affaires sont au plus mal et Patrick Drahi aurait même vendu une partie de ses propres actions Altice. Une nouvelle qui risque d’affoler les marchés et accélérer la banqueroute de son groupe.

    Qui a dit que les fêtes de fin d’année seraient moroses ?