Algerie: ces responsables qui n’assument pas pleinement leurs devoirs.

De ces irresponsables de dernier cri

par B.M

L’Algérie souffre d’un mal qui est devenu un véritable désastre. C’est celui de ces responsables qui n’assument pas pleinement leurs devoirs. La majorité d’entre eux adopte la situation du statu-quo devant les moult difficultés se dressant sur leurs passages. Moins ils bougent, et moins ils ont des soucis et plus ils ont de la chance de pérenniser. Et tant mieux pour eux. C’est ce qu’ils pensent, malheureusement. En dépit de leurs tares, ils s’accrochent à leurs statuts de chefs dont ils ne veulent plus s’en défaire. C’est leur gagne-pain au détriment des valeurs. Ils deviennent malades s’ils sont dépossédés de leurs privilèges et leur aura. C’est aussi leurs façons d’exister mais dommage, nuisiblement pour la chère Algérie.

Lorsque les problèmes surgissent dans leurs secteurs, ils restent complètement figés. Ils se font même tout petits en tentant de se faire oublier en attendant de laisser passer l’orage. Plus de peur que de mal pour eux, néanmoins, inversement pour l’établissement. Ils rentrent presque en hibernation tellement ils ne cherchent nullement à démanteler les obstacles et casser la chaîne des pistonnés. C’est la stratégie qu’ils adoptent et dont souffre, inlassablement, la mère-patrie.

On aurait bien souhaité qu’ils réagissent même en petitesse mais hélas ils s’écrasent complètement devant le moindre petit bobo. Avant de penser à régler les délicates situations, ils cogitent d’abord à sauver leurs strictes rentes avant de daigner songer à celles de l’institution. Leurs gains priment avant tout. Pourtant, ils disposent de leurs prérogatives qui délimitent leurs champs d’action. Mais ils ne pourront jamais avoir les mains libres et agir en souverains tant qu’ils sont désignés par défaut à leurs postes par leurs occultes parrains. Ils n’osent nullement agir en toute clarté et en toute transparence mais ils préfèrent s’agiter derrière les rideaux et téléguider leurs sbires et leurs marionnettes pour le malheur de l’Algérie. Ils ne pourront, jamais, affronter les vrais problèmes tant qu’ils n’assument pas les pouvoirs dont ils ne disposent point sur le terrain de la réalité. Ils ne pourront jamais remuer le simple petit doigt tant qu’ils n’ont pas reçu l’ordre de leurs tuteurs inavoués. Ils savent qu’à la moindre initiative de leur part, ils sont grondés, avertis et punis au coin et mis en quarantaine. Ils sont, immédiatement, placés sur la liste des révoqués s’ils persistent à tenter d’échapper des rangs. Ils ne lèveront pas l’index tant qu’ils n’ont pas été autorisés. Ils baisseront les yeux à la vue de leurs bienfaiteurs et de leurs appuis qui les ont mis en haut de l’échelle sans qu’aucun mérite, ni qu’une infime intégrité ne le dictent réellement. Dès qu’ils sont démasqués, ils fomenteront mille et une fumisteries pour se dérober. En votre présence, ils distillent des paroles mielleuses qui vous envoûtent et vous fait plier en quatre dans leurs poches. Ils vous endorment en vous promettant monts et merveilles. Au tournant, vous ne verrez même pas la queue d’une souris. En votre absence, leurs légendaires retours de veste seront assurés. Ils deviennent d’autres individus qui vous éradiquent de leurs cervelles. Vous n’existez plus, vous devenez une puce à humilier et à écraser.

Le mensonge devient un de leurs exercices favoris et une addiction dont il va falloir consulter le plus rapidement possible un spécialiste pour se soigner de cette néfaste dépendance ou si grave encore, un séjour en clinique est indéniable pour définitivement se sevrer. Ils mentent comme ils respirent, tellement, ils sont à l’aise dans cette basse épreuve. Les mirages sortent de leurs bouches sans que leurs consciences puissent les remettre en question. Plus ils perdurent dans la responsabilité et plus leurs impostures deviennent trop flagrantes. Lorsque vous les saisissez par écrit sur une quelconque interpellation, ils n’utilisent jamais la même procédure. Pourtant c’est la force d’une administration qui s’assume et qui prône le respect des textes. Ils ne veulent jamais laisser des traces écrites et ineffaçables qui peuvent, comme ils l’admettent, se retourner contre eux et les compromettre dans leur plan de carrière. Ils se détournent notoirement de leurs missions. Ils préfèrent opérer verbalement à l’image des sans-papiers en situation irrégulière. Pourtant ils font des pieds et des mains pour aboutir lorsqu’ils postulent pour arracher la fonction convoitée et faire valoir leurs carnets d’adresse. Ils exhibent toutes leurs prétendues capacités de gestion et affichent, publiquement, leurs douteuses aptitudes à diriger, en toute transparence et objectivité, mais une fois installés, ils ne se souviendront de rien, ils deviennent entièrement amnésiques. Ils ont déjà furtivement viré à 180 degrés. Ils deviennent de véritables caméléons à se muer en toutes les nuances selon le client d’en face et suivant le climat régnant. Tous les acteurs influents sont consultés pour leurs nominations, contrairement aux concernés qui encaissent et attendent le probable renouveau mais en vain.

Ils ne répandent partout que des promesses mais jamais ils ne les réaliseront sauf, bien sûr, à leurs garants à qui ils jurent allégeance et fidélité tant qu’ils sont au sommet et sans omettre de courber, comme il se doit, l’échine à tout instant. Pire encore, ils proposent leurs services sans qu’ils soient sollicités avec l’abus, en cerise sur la gâteau.

Pour le reste, ce sont d’autres créatures qui ne se rappellent de rien, feintant de vous reconnaître. Ils perdront, subitement, toute mémoire en vous disant de leur rappeler les faits. Ils veulent, à chaque occasion, ouvrir de nouvelles pages blanches après avoir terni volontairement les précédentes. Vous vous lassez devant de telles déchéances de l’être humain et vous abandonnez finalement la partie mais sans l’abandonner. Ce n’est que chose remise.

Ils traînent presque tous, des boulettes qu’ils sont méfiants d’être découvertes une fois éjectés de leurs cossus fauteuils. Le premier article de leurs desseins est de se servir royalement tout en n’oubliant pas les proches adeptes de la politique suivie. Les miettes, c’est pour la troupe après avoir réussi à passer toutes les embûches bureaucratiques dressées. Ils veulent assurer leurs bases arrières qu’inchallah leurs vœux seront balayés. Ils ont tout le temps la peur au ventre et se tiennent sur leurs gardes, si jamais le sifflet de la fin se déclencherait, fatalement. Ils ne font jamais de beaux rêves les nuits à cause des cauchemars qui les hantent dans l’obscurité. Ils sont très nerveux et inquiets, collés en permanence à leurs téléphones, à la veille d’éventuels renversements. Ce qu’ils essaient d’éviter, c’est la chute libre, eux qui se voyaient toujours en perpétuelle ascension.

Ceci est la nouvelle race de ce genre de responsables qui ne reculent jamais devant l’impensable en emportant tels des bulldozers tout sur leur passage et principalement ceux qui les gênent sur leurs tortueux chemins. Ils sont scotchés aux sièges à l’instar de sangsues pour ne plus penser à les lâcher. Ils ne font que les chauffer pour rien. Ils freinent toute émancipation naissante et toute voie dérangeante pour le bien du pays. Ils étouffent dans l’œuf toute volonté qui va à l’encontre de leurs occultes besoins et appétits incessants. C’est très inquiétant que le pays traîne encore ces casseroles qui ne font que le régresser et l’ajourner sans cesse de rejoindre le concert des nations.

Désormais, ils n’ont plus la pudeur de se dévoiler. Ils bombent le torse en se vantant d’abuser de la grande supercherie. Toute duperie durera le temps qu’elle durera mais disparaîtra un jour à jamais lorsque le vent tournera et ne subsisteront que leurs dégâts et sinistres héritages. L’histoire aura du pain sur la planche à noircir ses pages de ces témoignages indélébiles. Au moment de l’éradication, c’est la panique qui les envahira lorsque sonneront les glas du salutaire dénouement. ‘Rira bien qui rira le dernier’, la dernière nouvelle sera rapportée par les ultimes arrivants comme le dit si bien l’adage populaire.

Ne venez pas me faire chier avec la souveraineté de mon pays….

«Ne venez pas me faire chier avec la souveraineté de mon pays», Duterte met l’UE en garde

«Ne venez pas me faire chier avec la souveraineté de mon pays», Duterte met l'UE en garde (VIDEO)
Le président philippin à la cérémonie de clôture du sommet ASEAN qui réunissait les nations d’Asie du Sud-Est à Manille du 10 au 14 novembre.

Le président des Philippines a déclaré à la presse qu’il n’accepterait pas une forme de marchandage, selon lui, de l’Union européenne. Celle-ci chercherait à interférer dans la politique intérieure du pays contre des aides financières.

Interrogé le 14 novembre lors de la cérémonie de clôture du sommet des nations d’Asie du Sud-Est (ASEAN) sur son dialogue musclé avec Donald Tusk (actuel président du Conseil européen), le président des Philippines, Rodrigo Duterte, a eu des mots très forts pour condamner ce qu’il estime constituer une ingérence diplomatique de l’Union européenne dans son pays.

«Laissez tomber, on survivra, même si on doit manger du poisson vivant et du riz. On survivra. Oui… Ne venez pas me faire chier avec la souveraineté de mon pays, c’est une insulte», a-t-il déclaré en réponse à une question sur la fin de l’aide européenne aux Philippines.

Puis, il a expliqué : «Accepter l’argent de pays qui pensent que vous êtes un assassin… Pourquoi venir nous faire des cadeaux ? Gardez votre argent ! Ne venez pas vous mêlez de notre souveraineté, ne nous imposez pas des conditions. Nous ne sommes pas riches. Nous sommes pauvres. C’est un pays du tiers-monde. Mais on ne marchande pas avec notre dignité contre de l’argent, délivré sous certaines conditions qui ne sont pas acceptables pour nous, parce que cela flirte avec la violation de souveraineté.»

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a tenu à répondre aux autorités espagnoles concernant les accusations d’ingérence russe dans la crise catalane.

La sélection nationale s’est montrée d’un niveau  tout juste moyen…… 

Vidéo. Maâmar Djebour répond à Madjer “Tu es plus âgé que moi” !

 

 

Agressé par le sélectionneur national, Rabah Madjer, le journaliste de la radio nationale, Maâmar Djebour réplique. D’un ton calme et à force arguments, le célèbre commentateur de la chaîne francophone de la radio algérienne a expliqué les conditions dans lesquelles s’est déroulée la prise de bec avec le sélectionneur de l’équipe nationale.

Analysant la rencontre, Maâmar Djebour a indiqué que lui et Rabah Madjer n’ont pas « vu le même matche ». Il estime que la sélection nationale s’est montrée d’un niveau « tout juste moyen ». « Il y a un doute au sein de la sélection nationale et c’est à l’entraîneur de trouver des réponses à ce sentiment de doute éprouvé par les joueurs actuellement», a indiqué le journaliste, interrogé par la chaîne Echorouk news.

https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FEchorouknewsTV%2Fvideos%2F1529451843834589%2F&show_text=0&width=560

Revenant sur la réaction de Rabah Madjer, Maâmar Djebour a estimé que c’était « une réaction disproportionnée, inattendue pour moi. La question était destinée à Riyad Mehrez. En revoyant les images, je pense que l’entraîneur national voulait à tout prix me répondre. Ce qui justifie cette violence du verbe », a dit Djebour. “Je pense qu’après un éloignement des terrains qui a duré dis, quinze ans, il ne supporte pas la pression, qu’il vit mal la critique constructive puisque l’équipe d’Algérie appartient aux 40 millions d’Algériens. Elle n’est ni la propriété ni de Rabah Madjer ni de Maâmar Djebour”, ajoutera le commentateur.

Attaqué par Rabah Madjer sur son âge, Djebour a réplique que le sélectionneur national est « plus âgé » que lui. « Je suis encore jeune, il est plus âgé que moi. Il est né en 1958 et moi en 1963. Vous savez, un journaliste, ça ne s’arrête jamais », a indiqué le commentateur en réponse à Madjer qui lui demandait de « laisser la place aux jeunes ». « Il oublie, nous avons des enfants, des familles (…) quand il dit, j’ai du respect pour tout le monde sauf pour vous », s’indigne Djebour qui dit avoir reçu des appels de soutien de la part des journalistes, mais également des entraîneurs, joueurs et présidents de club de football.

La veille, lors de la conférence de presse d’après le match Algérie-République centrafricaine, le sélectionneur national Rabah Madjer a pris à partie le journaliste Maamar Djebour qui posait, pourtant, la question au joueur Riyad Mehrez, présent. « Taisez-vous, Mr Djebour… vous êtes un ennemi de l’équipe nationale », s’est notamment écrié l’ancienne gloire de l’équipe nationale, sous le regard hagard de l’attaquant de Leicester City.

 IL SERA À ALGER LE 6 DÉCEMBRE L’annonce surprise de Macron

 

Le Président français sera à Alger le 6 décembre prochain. L’information a été rendue publique hier, en fin de matinée, dans des conditions qui laissent planer certaines zones d’ombre.
 Emmanuel Macron a annoncé l’information lui-même et dans des conditions pour le moins surprenantes. En déplacement à Tourcoing, dans le nord de la France, le chef d’Etat est interpellé par un citoyen lors d’un bain de foule.
L’homme l’interroge sur sa visite en Algérie. Le Président répond. L’information est immédiatement diffusée par la presse française, notamment le Figaro qui relate les circonstances dans lesquelles cette annonce a été faite. Il est 10 h 39. La partie algérienne réagit plus de trois heures plus tard. L’annonce qui est faite diffère des communiqués officiels traditionnellement publiés. Elle n’émane ni des services du président de la République ni d’aucune autre structure officielle de l’Etat algérien.
Une dépêche de l’agence officielle (APS) fait savoir que la date de cette visite lui a été communiquée par une source auprès du ministère algérien des Affaires étrangères. «Suite aux consultations entre les institutions algériennes et françaises compétentes, la visite en Algérie du président de la République français a été fixée au 6 décembre prochain». Un sentiment de gêne semble se dégager de la situation. Macron a-t-il surpris en annonçant de façon unilatérale son déplacement ?
Evoquée à maintes reprises ce lundi, lors de la quatrième session du Comité économique mixte algéro-français, les deux parties ont uniquement fait savoir que la question avait été évoquée lors des bilatérales. A l’issue de la signature du contrat pour l’installation de l’usine Peugeot à Alger, Jean-Yves Le Drian (chef de la diplomatie française) avait cependant indiqué que la question avait été débattue dans le détail et que la visite aurait lieu «très prochainement».
La date avait-elle été alors arrêtée et sa proclamation laissée au soin des services compétents des deux Etats ? La manière avec laquelle l’information a été rendue publique laisse douter du bien-fondé de cette hypothèse. En ce genre de circonstances, et compte tenu de la délicatesse de tels «dossiers», il incombait aux services de communication de l’un ou l’autre pays de publier un communiqué comportant les termes adéquats et explicatifs.
La phrase lâchée par Macron dans un bain de foule à Tourcoing ne qualifiait pas par exemple la nature du déplacement qu’il est appelé à effectuer. Ce qui est sûr, apprenons-nous de bonne source, c’est qu’il ne s’agira en aucun cas d’une visite d’Etat. Ces visites se déroulent en effet suite à une invitation du Président du pays hôte, ce qui n’a pas été le cas dans cette situation. Il s’agira, nous dit-on, d’une visite de travail. Aucun détail ne filtre sur la nature du «travail» pour lequel il se déplace.
Etrangement, la date arrêtée intervient la veille d’une autre rencontre de haute importance prévue entre les deux pays. Le 7 décembre, les Premiers ministres algérien et français ont en effet prévu de se réunir à Paris dans le cadre de la CINH (Comité international de haut niveau), organisme de consultation bilatéral durant lequel sont débattus de nombreux sujets d’actualité et d’intérêt commun. Coïncidence ? Nécessité de trancher dans des questions, des dossiers urgents, sensibles, afin qu’ils puissent être inscrits dans les débats qui se dérouleront le lendemain à Paris ?
Hier, le flou régnait encore sur certaines questions. Une certitude, ce déplacement intervient au moment où Paris tente manifestement de se repositionner en Algérie et retrouver une place perdue au cours des années précédentes.
Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, avait clairement brossé le tableau de la situation lors de sa visite ce lundi à Alger. «Depuis 2010, nos affaires ont chuté de 24% à 10%, il est temps d’inverser la tendance», avait-il déclaré, peu de temps après que Le Drian ne fasse part de son côté de sa volonté de régler avec l’Algérie des problèmes de sécurité liés à la région.
Les deux ministres s’exprimaient dans le cadre du Comefa durant lequel s’est déroulée la signature de l’accord Peugeot. Un tournant semble avoir eu lieu à ce moment précis. 

L’hiver des royaumes arabes

Les Ibn Saoud ainsi que les autres larbins sont enragés à la perspective de perdre leur trône. Ils s’entretuent comme des chiffonniers pour plaire à leurs maitres américains….et sionistes. Les familles royales qatarie, bahreinie, Koweitie, Jordanienne, Emiratie et marocaine vivent le même cauchemar. Vive la République !!!!!!!!Question que fait l’Algerie avec ces traitres…

Yémen Etats-Unis

Après avoir massivement et activement participé à la coalition internationale, sous le commandement militaire des Etats-Unis, pour libérer l’un d’entre eux, en l’occurrence le Koweït, occupé et annexé par l’Irak de Saddam Hussein, en août 1990, les royaumes féodaux arabes ont joué un rôle très actif dans le «printemps arabe», qui visait à changer démocratiquement ou par le recours à la force extérieure, les différents régimes tyranniques qui régnaient depuis de nombreuses années dans les «républiques» arabes.

Tour à tour, l’Irak «baâthiste», la Tunisie «libérale», la Libye «reine de l’Afrique», l’Egypte «dominatrice», le Yémen «démocratique», la Syrie «résistante» et ce qui reste de l’Algérie «Mecque des révolutionnaires» ont fait l’objet d’une déstabilisation féroce, ourdie par les tenants du Grand Moyen-Orient, cher aux Etats-Unis et à leurs alliés occidentaux et de la région, avec les financements des royaumes arabes qui voulaient solder de vieux comptes avec ces républiques ingrates et insoumises, voire arrogantes.

N’étaient-ce la détermination et l’intervention militaire massive et l’activisme diplomatique de la Russie, de l’Iran, du Hizbollah, de l’Irak, de la Chine et de l’Algérie, en Syrie, d’autres pays arabes, dont le nôtre, auraient été victimes du printemps maléfique, comme l’avait outrageusement déclaré, il y a trois ou quatre ans, l’ancien ministre qatari des Affaires étrangères lors d’une réunion de la Ligue des Etats arabes, au Caire, en présence de son homologue algérien, Mourad Médelci.

En tout état de cause, la résistance farouche de l’armée et d’une partie du peuple syriens et l’offensive aérienne de son allié russe, notamment, leur ont permis de reprendre progressivement le dessus sur la coalition de leurs ennemis syriens et étrangers recrutés, entraînés, armés et financés par les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés et de semer le doute en leur sein, au point de les diviser et de vouer à l’échec leur plan diabolique de démembrement de cette République  arabe.

Enlisés dans les marécages syrien et yéménite, l’Arabie Saoudite et ses alliés du Conseil du Golfe accusent aujourd’hui l’un d’entre eux, le Qatar, en l’occurrence, de soutenir le terrorisme islamiste et d’entretenir des relations trop étroites avec la Turquie et l’Iran chiite que l’Arabie Saoudite considère comme son ennemi numéro un dans la région, après avoir normalisé ses relations avec l’Egypte.

Par ailleurs, l’Arabie Saoudite, qui vit une crise de régime sans précédent, subit de fortes pressions de la part des Etats-Unis d’Amérique notamment pour procéder d’urgence à des réformes politiques et sociales afin de neutraliser la mouvance salafiste-djihadiste, d’obédience wahhabiste qu’elle soutient financièrement et militairement à travers le monde.

Par un juste retour de flamme des incendies qu’ils ont allumés et alimentés ici et là, dans le monde arabe et ailleurs, les royaumes arabes, du Golfe et du Maghreb, vivent aujourd’hui un hiver glacial qui pourrait emporter plusieurs de ces monarchies absolues anarchiques et obscurantistes, datant d’une époque révolue, qui écrasent sans retenue leurs sujets et ne cachent pas leurs visées expansionnistes sur leurs voisins.

Le cheikh Al-Arifi appelle au djihad en Syrie, puis part en vacances à Londres où il se fait tabasser

Salimsellami's Blog

Le Cheikh Mohamed al-Arifi, prédicateur wahabite saoudien a appelé les jeunes musulmans à se diriger vers la Syrie pour faire le jihad. Et juste après son appel, il s’envole pour la capitale britannique, pour …passer ses vacances. Aussitôt, la blogosphère, Twitter et Facebook, se sont emballés pour critiquer cette façon peu amène du genre, faites […]

Source : Le cheikh Al-Arifi appelle au djihad en Syrie, puis part en vacances à Londres où il se fait tabasser

Voir l’article original

Indésirable en Algérie

 

Indésirable en Algérie : le prédicateur saoudien Al-Arifi banni à Riyad

islamisme Al-Arifi

Sur une liste de 70 prédicateurs arrêtés ou interdits de quitter le territoire saoudien dans le sillage de la purge actuelle lancée par le prince Mohamed Ben Salmane, visant aussi des hommes d’affaires et des émirs, figure le nom du très médiatique Mohamed Al-Arifi. Ses fans sont nombreux à exprimer leur incompréhension après l’annonce de cette mesure à son encontre, parce que tout le monde connaissait les loyaux services qu’il a rendus au régime wahhabite. Il était même aux premières lignes de la guerre déclarée à l’émirat du Qatar.

wahhabisme-al-arifi-tente-faire-bonne-figure--L-Pn01Il.jpeg

Très actif durant les événements du «printemps arabe», ce faux dévot de 47 ans a même tenté, début 2016, une incursion en Algérie pour y donner des conférences, mais il n’a jamais pu y mettre les pieds. Le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa l’a solennellement déclaré persona non grata et lui a refusé l’entrée en Algérie. C’était à l’époque ou Riyad couvrait ses protégés et n’hésitait pas à intervenir diplomatiquement ou par divers moyens de pression pour accompagner ses porte-étendards idéologiques.

Après cette gifle, Al-Arifi a réussi à manipuler ses ouailles et une partie du public arabe, en voulant démentir ce qui, en réalité, n’avait jamais été dit par aucune source, à savoir qu’il aurait été refoulé à l’aéroport d’Alger, en affirmant n’avoir pas fait le voyage en Algérie pour en être expulsé. Or, le ministre Mohamed Aïssa avait clairement annoncé la décision de ne pas recevoir le prédicateur salafiste sur le sol algérien. Celui-ci a ensuite entretenu pendant deux jours une polémique insensée avec deux médias pourtant à capitaux saoudiens, Al-Arabiya et MBC, qu’il accusait de désinformation et même de faire le jeu de la presse «safawie» (perse) et de l’organisation «terroriste» Hezbollah, trahissant ainsi au passage son ressentiment à l’égard de l’Algérie qui n’a pas adhéré – c’était le débat, à l’époque – au mot d’ordre saoudien à la coalition contre la résistance libanaise.

Toute cette polémique aussi stérile que pernicieuse a servi d’écran de fumée pour occulter un vrai débat autour de la décision, inédite et courageuse, annoncée par un membre du gouvernement, qui pointait la responsabilité des prédicateurs salafistes dans la diffusion et la légitimation de la violence qui frappe les sociétés arabes.

Il va sans dire que, dans ses innombrables commentaires postés sur sa page Facebook et sur Twitter, le prédicateur wahhabite n’a, à aucun moment, nié les accusations dont il avait fait objet et qui ont amené le gouvernement algérien à le déclarer indésirable dans notre pays. Au contraire, il a continué à répandre les mêmes fatwas vénéneuses et à développer les mêmes discours enrobés d’exégèse et de hadiths qui, nous l’espérons, ne vont plus sévir.

R. M.

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

JEMINFORMETV.COM

UN ŒIL SUR LE WEB

LES HIRAKIENS DE LA DIASPORA ALGERIENNE

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

L'Ours géopolitique

Le fond de l'air est géopolitique

Youssef Hindi

Géopolitique, Histoire des Religions

Mes petites économies

Les finances personnelles au quotidien

CAMPAGNE BDS FRANCE MONTPELLIER

UNE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE EFFICACE AVEC LA LUTTE PALESTINIENNE POUR LES DROITS S’ÉCRIT : B. D. S. !" Comité National BDS Palestinien (BNC) 10 juillet 2014.

Kalimate - Blog féministe

WORDS FOR A BETTER WORLD

Les miscellanées d'Usva

Chroniques littéraires sans frontières

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

les successeurs des fascistes d'hier arriveront à vous convaincre que les antifascistes d’aujourd’hui sont vos ennemis

Chez Moi Chez Vous

Enhancing your Parisian experience

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ma Revue De Presse DZ

Parlons-en ! L’Actu Algérienne, Mais pas que...

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

wakongo.wordpress.com/

NUNI KU DUMUK' KU BIK LUSSAL'

L'Arrogante

Magazine lifestyle, culture, sport et bonnes adresses.

JEMINFORMETV.COM

UN ŒIL SUR LE WEB

LES HIRAKIENS DE LA DIASPORA ALGERIENNE

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

L'Ours géopolitique

Le fond de l'air est géopolitique

Youssef Hindi

Géopolitique, Histoire des Religions

Mes petites économies

Les finances personnelles au quotidien

CAMPAGNE BDS FRANCE MONTPELLIER

UNE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE EFFICACE AVEC LA LUTTE PALESTINIENNE POUR LES DROITS S’ÉCRIT : B. D. S. !" Comité National BDS Palestinien (BNC) 10 juillet 2014.

Kalimate - Blog féministe

WORDS FOR A BETTER WORLD

Les miscellanées d'Usva

Chroniques littéraires sans frontières

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

les successeurs des fascistes d'hier arriveront à vous convaincre que les antifascistes d’aujourd’hui sont vos ennemis

Chez Moi Chez Vous

Enhancing your Parisian experience

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ma Revue De Presse DZ

Parlons-en ! L’Actu Algérienne, Mais pas que...

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

wakongo.wordpress.com/

NUNI KU DUMUK' KU BIK LUSSAL'

L'Arrogante

Magazine lifestyle, culture, sport et bonnes adresses.

JEMINFORMETV.COM

UN ŒIL SUR LE WEB

LES HIRAKIENS DE LA DIASPORA ALGERIENNE

Bahlouli Lakhdar soutien et participe au HIRAK

L'Ours géopolitique

Le fond de l'air est géopolitique

Youssef Hindi

Géopolitique, Histoire des Religions

Mes petites économies

Les finances personnelles au quotidien

CAMPAGNE BDS FRANCE MONTPELLIER

UNE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE EFFICACE AVEC LA LUTTE PALESTINIENNE POUR LES DROITS S’ÉCRIT : B. D. S. !" Comité National BDS Palestinien (BNC) 10 juillet 2014.

Kalimate - Blog féministe

WORDS FOR A BETTER WORLD

Les miscellanées d'Usva

Chroniques littéraires sans frontières

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

les successeurs des fascistes d'hier arriveront à vous convaincre que les antifascistes d’aujourd’hui sont vos ennemis

Chez Moi Chez Vous

Enhancing your Parisian experience

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ma Revue De Presse DZ

Parlons-en ! L’Actu Algérienne, Mais pas que...

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

wakongo.wordpress.com/

NUNI KU DUMUK' KU BIK LUSSAL'

L'Arrogante

Magazine lifestyle, culture, sport et bonnes adresses.