Fier d’appartenir à la race des hommes qui se battent pour un monde meilleur en partant de leur réalité authentique et de leur terre ancestrale.

H.A,en a rêvé. Voir l’Afrique, son Afrique, relever la tête et enseigner au Monde la sagesse. Sa sagesse ancestrale. Celle que les anciens se sont transmis depuis la nuit des temps. Depuis le jour où l’humanité est née dans son berceau africain pour montrer la voie.

 

L’enfant de Bab El Oued à Alger s’est inspiré de sa double culture sur les deux rives de la Méditerranée pour proposer son ouvrage « La Guérisseuse Africaine ». Un ouvrage qui rend hommage à la culture et à la sagesse africaines. Il a eu besoin pour accomplir son oeuvre de puiser dans son attachement à la terre ancestrale de son père, la rudesse des montagnes du Djurdjura en s’accrochant à la pureté de son environnement auquel il a associé la fierté vendéenne.

Fier d’appartenir à la race des hommes qui se battent pour un monde meilleur en partant de leur réalité authentique et de leur terre ancestrale. La terre est ce qu’il nous restera. C’est celle qui témoignera de notre bref passage à la vie. Et, selon l’auteur, cette leçon ce sont les africains et cette Afrique si généreuse qui nous la donnent.

L'Afrique vigoureuseL’Afrique est pour Hamid Amalou notre terre nourricière, notre mère généreuse celle qui veille sur ses enfants sans jamais se lamenter malgré ses souffrances. Et c’est parce qu’il est dans le monde de la technologie. Ce monde du réel très virtuel qu’il a compris.  Et qu’il a fait un rêve.

Oui, Hamid Amalou a fait un rêve. Son rêve comme celui de l’homme qu’il admire, le Dr Martin Luther King, est de voir l’Afrique conduire le Monde en paix vers un avenir meilleur. D’écouter cette Afrique si sage montrer la voie à un retour vers ce qui est authentique. C’est ce qui pourra sauver l’humanité. Ce savoir si précieux venu du fond des âges que seule l’Afrique et les africains peuvent nous enseigner.

C’est cela le pouvoir de la guérison qui se transmet de père en fils et de mère en fille dans l’Afrique éternelle. Guérir les plaies de l’humanité en retournant aux sources primordiales qui nous mènent au sens profond de la vie….

Une histoire africaine

La guérisseuse africaineLe texte qui suit est le résumé d’un ouvrage qui se veut porteur d’un grand espoir. L’espoir que le Monde aura suffisamment d’intelligence pour reconnaître la dette qu’il a contracté envers les peuples multiséculaires d’Afrique porteurs d’une des plus vieilles cultures à même de réhabiliter la vie sur terre.

Non, le petit village malien ne sera pas touché par la bactérie qui s’est échappée d’un laboratoire européen et qui décime une partie de l’Afrique.

Hadja, la grand-mère centenaire, veille. Ses connaissances ancestrales lui ont toujours permis de protéger le petit village.

Aminata, sa petite fille, belle et sensuelle qui est retournée vivre dans son petit village après son ingéniorat à l’université de Biskra, a hérité de son savoir ancestral et….veille également.

Didier, biologiste français tente depuis une semaine de recueillir ce savoir mais tombe sous le charme d’Aminata et sa vision des choses bascule…

Voici enfin un extrait de « La Guérisseuse Africaine » de Hamid AMALOU

la-guerisseuse-africaine« ….En fait, Salah avait simplement repris le mode de vie ancestrale, avec ses libertés et ses contraintes.

Salah aimait méditer. Souvent le soir, assis sur la terrasse de son balcon, quand la nuit envahissait de toute part le petit village et déroulait sa longue toile noire parsemée d’étoiles brillantes et qu’elle invitait le silence à partager le secret des profondeurs des âmes, Salah devenait alors mélancolique. Son regard se faisait messager et parcourait les espaces infinis de cette constellation allumée. Il chevauchait d’étoile en étoile, porteur d’un message de son cœur meurtri.

 – Elles doivent savoir, elles, se parlait-il.

 – Elles doivent connaître la vérité.

 Puis implorant :

 – Mon cœur, fasse que chaque cellule qui te compose se transforme en récepteur pour recevoir chaque signal de cet infini. Perçois mon cœur, perçois le visible et l’invisible. Sonde mon cœur, sonde chaque recoin de cet univers. L’énergie de notre douleur est inépuisable, elle se renouvellera sans cesse.

Ni les distances, ni le temps, ni le silence, ni le gigantisme ne nous empêchera d’y parvenir. Perçois mon cœur…

Mais les étoiles gardaient leur silence mystérieux dans la douceur et l’indifférence.

Le messager revenait alors implorant son cœur de s’ouvrir d’avantage pour chercher autrement,

Pour deviner autrement, pour comprendre autrement, pour ressentir autrement.

Etre proche de la création, s’imprégner d’elle, fusionner avec elle et en être conscient.

Conscient de sa beauté et de ses mystères dressés en murailles invisibles et invincibles qui nous promettent pourtant tant de splendeurs.

Le petit village dormait.

Les poumons de Salah se remplissaient alors du doux souffle nocturne de cet univers majestueux, intime et secret.

Il sentait que tout son être ne faisait qu’un avec cette immensité silencieuse et que son cœur en devenait le centre, mais ce centre battait dans la douleur….. »

Hamid AMALOUHamid AMALOU

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s