Rosa Moussaoui la plumitive,employé aux écritures, une gratte-papier ,une journaliste peu doué pour l’expression écrite.

Une plumitive de L’Humanité défend le MAK et s’en prend à Algeriepatriotique

plumitive

Que fait la sympathisante du MAK, Rosa Moussaoui, dans un journal communiste ? D. R.

Rosa Moussaoui, plumitive chez L’Humanité, ne supporte pas que son organe employeur soit critiqué pour avoir invité à sa fête les clowns du MAK, auprès desquels elle emprunte le vocabulaire récidivant pour s’en prendre à Algeriepatriotique. La sympathisante de gauche de ce mouvement d’extrême-droite, qui ne doit son existence qu’aux subsides qu’il reçoit de Tel-Aviv et de Rabat, souffre d’une indigence linguistique au point de puiser dans la littérature nauséabonde des fanfarons qui se joutent à casser du «régime des généraux» pour gagner des galons de l’autre côté de la Méditerranée, où crier à l’oppression est source d’avantages en tous genres.

Il s’en trouvera toujours, en France, des «militants» pour qui le business des droits de l’Homme demeurera un fonds de commerce juteux, non pas pour s’enrichir – le droit-de-l’hommisme n’est pas lucratif –, mais pour gagner une notoriété en posant dans l’accoutrement du gardien de la liberté et de la justice. Derrière la pantalonnade de Rosa Moussaoui se cache, en réalité, une complicité avec les cercles dont le rôle consiste à adouber toutes ces organisations qui servent d’instrument de recolonisation.

Rosa Moussaoui s’emmêle les pédales lorsqu’elle tente – dans un entortillé exercice de style inspiré des gymnastes sur leur cheval d’arçons – de justifier la présence du groupe d’extrême-droite algérien, le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie, et souligne, avec des mots qui trahissent une futilité lamentable, que L’Humanité invite à sa fête annuelle sans se soucier de l’obédience politique de ses hôtes. Un byzantinisme dont on s’étonne qu’il n’ait pas fait réagir le parti communiste français.

Algeriepatriotique, «une officine du régime algérien» – dixit Rosa Moussaoui, qui fait sienne cette formule chère aux deux extrêmes-droites algériennes, le FIS et le MAK –, n’a fait que reprendre un courrier de dénonciation adressé par un député français au directeur du journal.

Deux questions se posent : pourquoi cette posture défensive ? Que fait la sympathisante d’un groupuscule d’extrême-droite dans un journal communiste ?

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s