Pour en finir avec la spoliation permanente des richesses de l’Afrique

Une France à refaire... si possible

par Issa Diakaridia Koné

Je reprends mon analyse de l’article publié en février 2014 par Alain Antil dans la revue de l’Institut français des relations internationales (I.F.R.I) sous le titre : « Le boom minier au Sahel –  Un développement durable ? »

Selon cet auteur, le début des années 2000 a été marqué par une très importante remontée des cours mondiaux de certaines matières premières, et ceci, sous l’effet de la croissance de l’économie chinoise… Le sous-sol du Sahel se révélant pourvu d’un grand nombre d’entre elles, la finance internationale est réapparue dans les pays africains limitrophes pour prendre sa part d’un gâteau qu’elle pourrait ensuite revendre au prix fort à la Chine qui, elle, ne cherche pas à rentabiliser ses capitaux mais à obtenir les matériaux nécessaires au développement de sa production industrielle et donc au bien-être de sa population de 1,3 milliard d’habitants…

Revenons au texte d’Alain…

Voir l’article original 776 mots de plus

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.