Oui, dépecer l’Islam tel une bête écorchée, le réduire en miettes insipides, pour le rendre acceptable et admissible en Occident !

 

‘‘Dépecer l’Islam’’

 

Oui, dépecer l’Islam tel une bête écorchée, le réduire en miettes insipides, pour le rendre acceptable et admissible en Occident ! Et surtout, que ce travail de bouchers infâmes incombe aux musulmans, qu’ils dépècent leur Religion par leurs propres mains. Telles sont les lignes principales, imposées par les meneurs du jeu, fussent-ils vaticanais, politiciens, ou autres. Des écrits, des rencontres ou même des débats font le tour de tous les médias serviles européens dans un rythme qui va grandissant, voire assourdissant ad nauseam.

Imposer une telle infâmie veut dire : imposer aux musulmans toute la trajectoire que vécurent les deux autres religions monothéistes. C’est surtout imposer aux musulmans tout le calvaire ensanglanté qu’a connu le christianisme, rapiéçage y compris, en feignant oublier que de parmi les trois religions monothéistes actuelles, seul l’Islam demeure une Religion Révélée, seul le Texte du Qur’ān est resté inviolable depuis sa Révélation jusqu’à nos jours.

Est-il lieu de répéter que cette élimination de l’Islam, qui se mène depuis le fameux 9/11, a été décidée à Vatican II, en décrétant l’évangélisation du monde ? Décret qui désigne en même temps: éliminer l’Islam, tout en commettant cette autre infâmie de réhabiliter les juifs du meurtre déicide, malgré les textes, et surtout de préciser que les juifs n’ont pas besoin d’être évangélisés !! Ce qui veut dire précisément : un Guerre Incontestable contre l’Islam. Les papes postconciliaires sont foncièrement et servilement engagés dans ce massacre. A ne citer que le tout dernier : lors de son voyage furtif en Egypte, le 28-29 avril 2017, le fameux Bergoglio rencontra en tête-à-tête les trois chefs politique et religieux, leur injecta son venin et s’envola. Le 3 mai, lors de sa première rencontre avec ses adeptes, en faisant le compte-rendu de son voyage, il dit avoir proposé à ces trois responsables : la « saine laïcité ». C’est-à-dire la boucherie en cours qui va s’accélérant.

La formation du christianisme man-made :

Nées au sein de la diaspora juive, les premières communautés chrétiennes se formèrent dans les luttes, les concessions et la déformation des Commandements judaïques. Le mot chrétien est formé en l’an 50, celui de christianisme parait à la fin du premier siècle. Il se développe entre luttes, anathèmes et hérésies dans l’Empire romain. Traqué et combattu, il ne lui est permis d’être pratiqué officiellement que grâce à l’édit de Milan, promulgué en avril 312, et fut imposé, pour des raisons politiques, à tout l’Empire romain, par Théodose Ier en 391. La formation des dogmes se fait aussi selon les besoins politiques en puisant dans de multiples traditions, passées et présentes, éliminant tous les documents qui dévoileraient les étapes de cette fabrication humaine ou prouveraient copies, fraudes et contradictions.

Le problème des premiers Pères de l’Eglise était d’intégrer Jésus selon leur point de vue, puis le Saint-Esprit dans une Trinité incompréhensible, tandis que paraissait une foule d’écoles sectaires se disputant sur la nature de Jésus, sa volonté, ses faits et ses dits, à ne citer qu’à titre d’exemples les deux majeures : arianisme et nestorianisme qui vont déchirer le christianisme naissant !  Les soixante-treize hérésies qu’affronta le christianisme actuel disent assez sur sa formation humaine. Cela n’empêche que Jésus soit déifié au concile de Nicée en 325, et la Trinité inventé et imposée en 381. Ce qui veut dire que jusqu’au IVe siècle les chrétiens n’avaient pas de Dieu ou ne savaient pas au juste qui était leur déité !!

Des siècles de mensonges au nom du christianisme se suivent. Il s’impose et se développe toujours à travers schismes, crimes, guerres, croisades et Inquisitions. On découvre que les auteurs des évangiles ne sont pas les noms sous lesquels ils sont connus. Aucun document original n’existe, et les copies existantes diffèrent les unes des autres. Bien plus, Vatican II précise « qu’ils contiennent de l’ancien et du caduc, que leurs auteurs sont d’autres personnes que les noms sous lesquels ils sont connus, mais : inspirées par le Saint-Esprit » !!

L’Eglise est une résurgence de la prêtrise des religions païennes, un reste du judaïsme, ainsi que la conséquence de la hiérarchisation de l’église sur le modèle de l’état romain. Un moyen de mieux contrôler les fidèles. La prêtrise de l’église romaine a pour origine l’orgueil des hommes qui veulent s’élever et dominer sur leurs semblables. Jésus s’est toujours insurgé contre l’hypocrisie et les abus des prêtres de l’époque, pour ne rien dire du faste vestimentaire ridiculissime. La chrétienté, rêvant d’un pouvoir sans partage, inventa des mots. Personne ne comprit qu’il ne s’agissait que d’une lutte de pouvoir comme les autres…

LA BIBLE :

Comme le prouve Bart Ehrman et tant d’autres, « elle ne contient pas seulement des inexactitudes ou des erreurs accidentelles. Elle renferme aussi ce que pratiquement tout le monde qualifierait aujourd’hui de mensonges », et que « la plupart des livres du Nouveau Testament sont des contrefaçons ». Une triste réalité à ajouter : peu de chrétiens comprendrait même ce drôle de paradoxe : Si Jésus devait revenir aussi vite qu’il l’a prédit, personne n’aurait besoin d’un Nouveau Testament ! A noter : la phrase suivante se trouve toujours à sa place : « En vérité je vous le dis, il en est d’ici présents qui ne goûteront pas la mort avant d’avoir vu le Royaume de Dieu venu avec puissance ». La présence des douze derniers versets de l’évangile de Marc, qui prennent comme prétexte la Trinité pour évangéliser le monde, qui fut inventée et imposée au IVe siècle, sa présence là, dans cet évangile, est un exemple qui crie haut et fort la contrefaçon qui fourmille dans ces Textes.

La guerre menée par l’Eglise contre les savants le long des siècles est bien connue. A ne citer comme exemple que Michel Servet, au XVIe siècle, qui niait la Trinité et critiquait la formation du christianisme, en le prouvant. Il fut brûlé vif par les deux églises, catholique et protestante, qui, quoiqu’en pleine guerre, s’unirent pour protéger un dogme copié et indigeste ! Les guerres violentes jalonnent cette triste Invention.

Le Terrorisme se trouve dans toute la bible. L’Ancien Testament est particulièrement sanguinaire. Le Nouveau Testament contient des textes que le Vatican ne peut renier. Ainsi, Luc est particulièrement claire en faisant dire à Jésus : « Quant à mes ennemis, ceux qui n’ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici, et égorgez-les en ma présence » (19-27). Matthieu n’est guère en reste : « N’allez pas croire que je ne sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive » (10-34) … Voltaire évaluait à quinze millions le nombre de victimes de l’Inquisition du onzième siècle jusqu’à son temps et dans la seule Europe ! C’est pourquoi un Siècle des Lumières s’imposait pour secouer tous ces crimes et les dévoiler.

Le Siècle des Lumières :

Voulant dépasser l’Obscurantisme imposé par l’Eglise depuis les primes débuts de sa formation, et promouvoir les connaissances qu’elle combattait, par la Lumière des sciences qu’elle étouffait, philosophes et intellectuels s’unirent pour répandre la science, s’opposer à la superstition, à l’intolérance et aux abus de l’Eglise, pour ne citer qu’Inquisitions, autodafés, traque des savants, défenses aux adeptes de lire la Bible, croisades en Europe, au Moyen-Orient, en Amérique, la liste est sauvagement ensanglantée, surtout lorsqu’on dépasse le nombre de 40 millions de personnes. Les pages noires du christianisme sont bien gravées.

L’Obscurantisme est attitude d’opposition du savoir dans tous les domaines et pose des restrictions dans la diffusion des connaissances. Il n’était point permis de prendre des distances par rapport à la doctrine officielle de l’Eglise qui imposait son point de vue par le feu et par le fer, par les luttes intestines ou déclarées, entre pouvoir céleste et pouvoir terrestre. Début onzième siècle, le fameux ‘‘Dictatus papae’’ de Grégoire VII n’affirme-t-il pas la primauté des papes sur les autres souverains ? Bien plus, la nécessité d’établir l’autorité ecclésiastique incita les chrétiens à contrefaire des parties des livres du Nouveau Testament.

Les abus ecclésiastiques menèrent à la critique frontale du clergé. Une mise à nu facilité par la documentation même de l’Eglise. Minutes, procès-verbaux, textes, luttes intestines ou déclarées, contrefaçons, fausses traductions, tout est là, malgré tout ce que les tenants de l’Eglise biffèrent dans les premiers siècles. Cette critique dévastatrice se développa sous l’influence des Lumières qui remettent en causes les déviances du christianisme avec des détails incontournables. L’hémorragie silencieuse des églises, qui commença avec le dévoilement de tous ces crimes, et s’accentua surtout après Vatican II et la réhabilitation des juifs du meurtre déicide, provoqua le vide spirituel écrasant dans lequel vit l’Occident actuellement et que l’Eglise essaye de calfater par sa nouvelle évangélisation et par les JMJ avec participation payée ! !

Parler d’obscurantisme par rapport à l’Islam, dont la première phrase Révélée est : « Lis, au nom de ton Seigneur » (S. 96 :1), et qui traite la personne qui s’abstient de répandre la science de fourbe, c’est faire preuve non seulement d’une ignorance ridicule, mais d’une obstination malsaine.

L’Islam ne comprend ni désenchantement ni nihilisme. Il n’y a point plusieurs Islams, mais UN SEUL ISLAM. Toute cette machination montée pour dépecer cette unique Religion qui demeure Divinement Révélée, fait preuve de la crainte immense que vit l’Eglise, rien que par la simple comparaison entre une religion man-made, preuves en mains, et une Religion Divine dont le Texte n’a point été manipulé.

L’Islam est une religion toute de Lumière, qui ne s’impose à personne, mais qui réclame, entre tant d’autre, que les deux autres monothéismes suivent le vrai Texte qui leur fut Révélé. N’est-il pas temps, au lieu de vouloir broyer l’Islam, de cesser ces guerres écœurantes fomentées pour anéantir Islam et musulmans, et suivre les vrais Textes Révélés enfouis quelque part ?

Au lieu de combattre l’Islam avec cette aveugle criminalité, lisez honnêtement le Qur’ān, pas pour le liquider, mais pour saisir à quel point ce Texte Révélé est une vrai Guidance Divine pour le commun des mortels, une Guidance pour la vie terrestre et pour l’au-delà. C’est-à-dire : Indivisible. Oui : INDIVISIBLE !

 

Zeinab Abdelaziz

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s