APPEL DU PEUPLE ALGERIEN

Mon General, vous le savez autant que tous les Algériens et toutes les chancelleries étrangères que Abdelaziz BOUTEFLIKA n’a plus les capacités physiques et mentales pour assumer ses devoirs constitutionnels, et que c’est son entourage qui gouverne en son nom. D’où la nécessité de l’application du § 102 de la constitution, qui est devenue un impératif urgent, dont dépend l’avenir de toute la Nation.

S’il y avait un petit doute concernant la vacance du pouvoir présidentiel, les évènements des derniers 3 mois l’ont bien dissipé. En dehors des raisons réelles – que le peuple ignore – qui sont à l’origine du limogeage brutal de TEBBOUNE, le mal qu’a généré son lynchage, enfoncera l’Algérie plus dans ses crises morales et matérielles. Ce n’est pas les OUYAHIA, HADDAD et SIDI-SAID qui trouveront le remède à ces crises multidimensionnelles et profondes, qu’ont engendrées les 4 mandats de BOUTFLIKA. Au contraire toutes ces trois personnes sont parties prenantes des cercles qui aggravent la crise.

Vos Services ont pu certainement vérifier l’exacerbation que cause cette situation aux Algériens, qui par pessimisme et résignation ont fini par déserter l’espace politique. Croyez-vous qu’il est possible de construire une Nation sans peuple?

Les premières lignes de défense du territoire, commencent dans nos campagnes, villages et villes et non à Maghnia, Bechar, Tindouf, Badji Mokhtar, Timiaouine, Ain Guezzam, Djanet, Ain Amenas et El-Oued. C’est à l’intérieur du pays que l’avenir du pays se décide. C’est ici que se forment la conscience et l’unité nationale ainsi que l’immunité contre toute ingérence ou agression étrangères.

Le devoir de l’ANP est donc de veiller en premier lieu sur le respect de la constitution et à la cohérence et l’ordre entre et au sein des institutions. Il est aussi de son devoir d’agir pro-activement pour garantir la stabilité nationale. Mais cette dernière ne peut être garantie, sans une répartition équitable des ressources. Hors la politique des dernières 20 années a engendré d’une part une répartition asymétrique des ressources défavorable au plus démunis et d’autre à la création d’une nouvelle caste de riches, qui sans contrepartie ont accumulé des fortunes énormes, qu’ils exposent sans honte bue aux regards du peuple.

Les Algériens sont fatigués de cette paire trompeuse (la démocratie de façade et l’économie rentière) du libéralisme clanique actuellement en place. Vu l’échec de ce dernier, autant revenir au système du parti unique et l’économie dirigée, comme au temps de BOUMEDIENE (Allah yarhmou). L’Algérie a fait deux expériences dans deux époques différentes : de 1962 à 1980 et de 1981 à 2017. Bien que les moyens fussent limités et bien que nous fussions sortis d’une guerre destructive, les Algériens ont développé dans le cadre du système de gouvernance construit pas BOUMEDIENE, une société moderne et solidaire. Ce qui pas n’a pas été le cas pendant les dernières 20 années, malgré l’abondance des ressources financières générées par la scandaleuse exploitation disproportionnée des ressources hydrocarbures.

Avec mes salutations les plus respectueuses
Dr. Hocine-Nasser BOUABSA

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s