Maxime Courban Archiviste en charge des fonds photographiques du journal l’Humanité Juillet 2013

Un 14 juillet 1953 à Paris

Il y a plus de dix ans, alors qu’il menait une enquête sur la tuerie du métro Charonne à Paris (8 février 1962, huit victimes des violences policières lors d’une manifestation anti-OAS, toutes syndiquées à la CGT et, à une exception près, membres du Parti communiste), le réalisateur et documentariste Daniel Kupferstein entend parler pour la première fois d’un massacre policier oublié. Ce dernier a eu lieu à Paris le 14 juillet 1953, autrement dit, plus d’un an avant le déclenchement de la Guerre d’indépendance (1er novembre 1954). Et, surtout, longtemps avant les tueries du 17 octobre 1961 et du 8 février 1962 dans la capitale française. Déjà auteur de «Dissimulation d’un massacre» (2001) sur la sanglante répression d’octobre 1961, et après avoir réalisé «Mourir à Charonne, pourquoi ?» (2010), Kupferstein s’est donc attelé à mettre à jour ce drame que la mémoire collective franco-algérienne a longtemps refoulé. Il en a tiré un documentaire (2014) puis un livre paru cette année (*).

Les faits sont les suivants. Le 14 juillet 1953, un défilé social a lieu à Paris à l’initiative notamment de la CGT. Ouvrons ici une parenthèse en relevant que ce type de manifestation a longtemps été une tradition (elle fut instaurée à l’époque du Front populaire). Aujourd’hui, la mémoire de gauche a complètement oublié cette mobilisation, le 14 juillet n’étant plus que l’occasion d’une parade militaire… Fin de la parenthèse.

Ce 14 juillet-là, le cortège part donc de Bastille en direction de la place de la Nation. Dans cette procession réunie autour de mots d’ordre sociaux et syndicaux, il y a plusieurs milliers de militants du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD).

Certains d’entre eux brandissent un drapeau algérien. D’autres ont collé à leur veston la photographie imprimée ou ronéotypée de Messali Hadj, le grand dirigeant nationaliste alors emprisonné. «Au total, note l’auteur, ils sont entre 6.000 et 8.000, soit plus d’un tiers de la totalité des manifestants. Ils défilent derrière un grand portrait de leur dirigeant Messali Hadj, rangée par rangée en ordre serré, presque militaire, et encadrés par un service d’ordre repérable à ses brassards verts.» Parmi les slogans que cite le livre : «A bas le colonialisme ! Nous voulons l’indépendance !», «Peuple de France, en défendant tes libertés tu défends les nôtres !» et «Libérez Messali Hadj ! Libérez Bourguiba !»

A la place de la Nation, des heurts avec les forces de l’ordre ont lieu. Face à des manifestants pacifiques qui ont reçu pour instruction du MTLD de ne porter aucune arme, la police ouvre le feu à balles réelles et tire froidement à l’horizontale. Sept hommes sont tués, six nationalistes algériens et un militant CGT. Les blessés se comptent par dizaines. Abdallah Bacha (25 ans, né à Agbadou), Larbi Daoui (27 ans, né à Aïn Sefra), Abdelkader Draris (32 ans, né à Djebala), Mouhoub Illoul (20 ans, né à Oued Amizour), Maurice Lurot (41 ans, né à Montcy-Saint-Pierre), Tahar Madjène (26 ans, né au Douar Harbil) et Amar Tadjadit (26 ans, né au Douar Flissen) sont les victimes de ces meurtres dont les auteurs ne seront jamais identifiés et encore moins inquiétés. Car, quelques années plus tard, un juge d’instruction soldera son enquête par un non-lieu.

Lire le livre de Kupferstein c’est revisiter une période mal connue, celle qui a précédé le déclenchement de la Guerre d’indépendance. On réalise que l’émigration algérienne a été à la pointe de la revendication nationaliste. Qu’elle subissait déjà la répression, les arrestations et les tracasseries de l’administration. On se rend compte aussi de la prégnance de la violence policière et l’on apprend, au passage, que c’est l’époque où certains policiers écartés pour collaboration avec l’occupant allemand ont été réintégrés. C’est aussi une période où la gauche française, notamment communiste, est bien en peine de se déterminer par rapport aux mots d’ordre anticolonialistes. Si la base est, en grande majorité solidaire des revendications algériennes ou maghrébines, les appareils sont dans une position bien plus ambiguë.

Cette ambiguïté explique, en partie, pourquoi ce massacre a vite été oublié. Très vite, le Parti communiste français, tout comme la CGT, ne savent pas très bien «quoi faire» de ces sept morts (presque autant que la tuerie de Charonne qui est au pinacle de la mémoire de gauche) dont six sont des nationalistes algériens militants d’un parti qui a rompu les ponts depuis longtemps avec le PCF. Une grève massive dans la fonction publique en août 1953, puis les violences liées à la Guerre d’Algérie vont aussi contribuer à reléguer ce drame dans les oubliettes. Un refoulement dû aussi au fait que la tuerie a eu lieu «avant» la Guerre d’Algérie et qu’elle ne saurait donc être excusée par le désormais habituel discours révisionniste qui consiste à renvoyer dos à dos violence coloniale et violence du Front de libération nationale (FLN). Le 14 juillet 1953, la police française a délibérément tué des «Arabes» qui manifestaient de manière pacifique pour leurs droits. Un fait annonciateur de tant d’événements qui ont suivi.

En France, la famille de Maurice Lurot, tombé pour les droits sociaux mais aussi pour la justice en Algérie, n’a jamais obtenu réparation. En Algérie, selon l’enquête de Daniel Kupferstein, les six victimes nationalistes -elles reposent toute dans leur terre natale- n’ont jamais bénéficié de la moindre reconnaissance officielle de l’Etat algérien ou de l’organisation des anciens moudjahidine. Faut-il vraiment s’en étonner ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s