Fidèle à ses principes de non-ingérence dans les affaires internes des pays arabes ou autres, l’Algérie s’est de tout temps attirée les foudres des va-en-guerre

La sagesse algérienne recherchée

L’Algérie s’est distinguée dès l’éclatement de ce qui est appelé la crise du Golfe en affichant son hostilité à toute ingérence dans ce conflit, à l’origine fratricide, mais qui s’est vite transformé en occasion pour certains pays pour solder leurs comptes avec cet émirat.

L’Algérie, qui a été le premier pays à s’exprimer publiquement sur ce conflit entre le Qatar et certains pays du Golfe et auxquels se sont joints une cohorte de pays ayant des visées franchement opportunistes, a rappelé à tout un chacun que seul le dialogue est à même de régler les conflits.téléchargement (2)téléchargement (2), qu’il s’agisse de l’épisode libyen, syrien ou yéménite. Cette position principielle ne lui a pas valu que des ennemis, fort heureusement, puisque d’autres pays louent la sagesse de la position algérienne et sollicitent sa diplomatie discrète, mais tout aussi efficace pour éviter l’exacerbation des conflits.

Bien plus ! Des observateurs avertis des relations géopolitiques internationales considèrent que l’Algérie a toujours un rôle à jouer dans le concert des nations et qu’elle n’aurait jamais dû quitter la place qu’elle occupait. Une place que lui enviaient de nombreux pays dans les années 1960-1970 en tant que puissance régionale et pays influent du monde arabe et du tiers-monde en général.

L’Algérie a démontré tout récemment encore, notamment dans le dossier malien avec le parrainage du processus de réconciliation dans ce pays voisin et frère, mais aussi dans le conflit libyen en cours de solution, qu’elle a son mot à dire pour solutionner les conflits.

Il n’est pas inutile de rappeler que sur le continent africain, la diplomatie algérienne a toujours la cote, notamment avec Ramtane Lamamra, qui a dirigé des années durant le Conseil de paix et de sécurité africain, ou encore Smaïl Chergui, le commissaire pour la paix et la sécurité de l’Union africaine (UA), pour dire que le potentiel algérien n’est pas altéré par les vicissitudes de la conjoncture internationale.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s