POUR METTRE DE L’ORDRE DANS LE MARCHÉ DES FRUITS ET LÉGUMES Ce que doit faire le gouvernement


 

Les hausses continuelles et spectaculaires des prix des produits agricoles ont fini par mettre en évidence l’existence d’un problème profond, essentiellement lié à un dysfonctionnement flagrant en matière de régulation du marché.
Des spécialistes du dossier qui ont tenu à se rapprocher hier de notre rédaction pour éclairer davantage l’opinion sur le scandale en cours décrivent la problématique comme un cercle vicieux qui a progressivement gangrené les rouages concernés puis paralysé toute l’autorité de l’Etat à tel point que ce dernier semble aujourd’hui dans l’incapacité de réagir. La situation, urgente, nécessite un véritable coup de pied dans la fourmilière. Un sursaut qui passerait en premier lieu par la restauration du dispositif chargé de la régulation des prix.
Explications : le pays, développent ces experts, est doté de structures spécialement mises en place pour gérer toutes les étapes allant de la production à la mise sur le marché des produits obtenus. «Il se trouve, nous dit-on, que les mécanismes en question ont été carrément mis hors circuit, rendus inexistants par des groupes de spéculateurs qui dictent leur loi et qui profitent de la défaillance actuelle de l’Etat.» Pour avoir géré de longues années le dossier de l’agriculture, certains de nos interlocuteurs retracent le processus. «Les périodes de soudure, passage d’une saison à une autre, ont toujours existé mais ce n’est pas une raison pour plonger le pays dans une crise comme celle dans laquelle nous nous trouvons. On incrimine la nature, mais le problème vient des hommes.»
Les périodes de soudure qui génèrent un vide sensible en matière de production ont toujours été comblées par l’opération de destockage des produits engrangés durant les saisons pleines. Plus d’une quarantaine de chambres froides ont été spécialement conçues pour sauvegarder les produits agricoles mis à l’abri et ressortis en temps de crise. L’Algérie, comme tous les pays du monde, a toujours eu recours à ce procédé. Au moment voulu, les produits stockés étaient ensuite ressortis, vendus selon un prix réaliste fixé par l’Etat, puis mis sur le marché à travers des mécanismes destinés à éviter toute spéculation : marchés de gros, offices… «Depuis un long moment, la vente des produits stockés se fait malheureusement directement aux spéculateurs. De véritables lobbies qui fixent eux-mêmes le prix d’achat et mettent en vente les produits à des sommes hallucinantes. Tout le processus de régulation est automatiquement mis de côté», expliquent nos sources en privilégiant le terme de «spéculation organisée». Une organisation qui agit de bout en bout du processus.
Ces lobbies «achètent les produits sur pied, c’est-à-dire au niveau même du producteur, puis les stockent eux-mêmes parfois, les transportent et les mettent sur le marché dans des conditions et avec des barèmes qu’ils fixent eux-mêmes. C’est un marché informel, au sens propre du mot, qui a fini par prendre le dessus sur tous les réseaux de l’Etat». Des réseaux mis en veille ou ralentis dans leur fonctionnement pour des raisons que personne n’aborde. «50 nouvelles chambres froides devaient être mises en place, mais leur réalisation prend un temps fou, elle s’effectue au ralenti… Il en est de même pour les huit grands marchés de gros qui devaient être créés à Blida pour stabiliser le marché du centre. Cette région est très importante, car elle constitue un indicateur pour tout le reste du pays. Le projet est en suspens. Celui qui consiste à multiplier les marchés de proximité aussi. Rien ne se fait, et ce sont pourtant ces mécanismes qui permettent de réguler le marché. C’est ce que l’on appelle un système de veille stratégique, mais il est défaillant. Cela donne de la pomme de terre à 100 DA, des fruits au prix inaccessible, des pommes qui ne se vendaient même pas à 600 DA.»
A. C.

Catégories :H.B.Lakhdar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :