ALGERIE,Hommage au chahid Ali Boumendjel, premier avocat martyr de la Révolution

Hommage au chahid Ali BoumendjelC7iZU52W4AArxya (1)

Un vibrant hommage a été rendu aujourd’hui, mercredi 22 mars, à Alger au chahid Ali Boumendjel, premier avocat martyr de la Révolution, à  l’occasion, du 60e anniversaire de son assassinat qui coïncide aussi avec  la célébration de la Journée nationale de l’avocat.

Des moudjahidine, des avocats et des membres de la famille de Ali  Boumendjel (1919-1957) ont assisté à cet hommage rendu au Forum d’El  Moudjahid et au cours duquel des témoignages ont été apportés par des  avocats et des historiens, faisant ressortir que ce martyr ne s’est pas  suicidé, comme le prétendait la France coloniale, mais il a été assassiné,  sous les ordres du sinistre tortionnaire Paul Aussaresses.

Selon l’avocate Fatma-Zohra Benbrahem, Ali Boumendjel  « symbolise le  sacrifice des Robes noires pour l’indépendance à l’époque où la torture  était généralisée et les exécutions extrajudiciaires banalisées ».

Elle a indiqué qu’il a été arrêté avec son ami et avocat Mahieddine  Djender par les Pouvoirs spéciaux au temps du tortionnaire Aussaresses dans  le but d’ »éliminer l’intelligentsia algérienne », relevant que Boumendjel a  été assassiné, 43 jours après son arrestation, « afin camoufler les traces  de la torture dont il a été victime ».

« Après avoir été assommé à la nuque, il a été jeté du 6e étage d’un  immeuble à  El Biar (Alger)  où il était torturé sur ordre d’Aussaresses »,  a-t-elle témoigné, relevant que dans ses mémoires,  Aussaresses avait avoué  que « Boumendjel a été assassiné de cette manière dans le but de faire  croire qu’il s’était suicidé en se jetant du 6e étage d’un immeuble ».

En ce sens, Aussaresses disait dans son livre intitulé « Confession » au  sujet de ce martyr, que « Ali Boumendjel est un passé qui continue d’habiter  notre conscience », a ajouté Mme Benbrahem.

De son côté, l’historien Amer Rekhila a témoigné que l’assassinat de Ali  Boumendjel avait suscité une « forte indignation et dénonciation de la part  des intellectuels français, ce qui avait amené les autorités coloniales à  l’enterrer aussitôt après sa mort ».

Pour sa part, l’ancien bâtonnier d’Alger, Abdelmadid Sellini, a indiqué  que c’est lui-même qui avait suggéré en 2002 à ce que le jour de  l’assassinat de Ali Boumendejel (23 mars 1957) soit décrété Journée  nationale de l’avocat en Algérie .

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s