Comment  » Israël  » a domestiqué Amnesty international au service de sa propagande

Comment  » Israël  » a domestiqué Amnesty international au service de sa propagande

Le gouvernement israélien a financé la création et l’activité de la section israélienne d’Amnesty International dans les années 1960 et 1970, dans le but d’en faire un instrument au service de l’image internationale d’Israël. Des documents officiels, révélés par le journaliste Uri Blau dans le quotidien israélien Haaretz, établissent que le président d’Amnesty-Israël prenait des ordres, et de l’argent, au Ministère des Affaires étrangères israélien, avec lequel il était en contact permanent.


Au début du mois d’avril 1970, le Ministre de la police Shlomo Hillel est monté à la tribune de la Knesset, et il informa les députés des contacts entre le gouvernement d’Israël et Amnesty International à propos des détenus emprisonnés en Israël et de la torture. Et il conclut son propos en affirmant : “Nous ne pouvons plus faire confiance à la bonne volonté et à la correction de l’organisation Amnesty International”.

Ce dont le ministre informait le parlement, c’était que depuis un certain nombre d’années, Israël avait tenté d’influencer l’activité d’Amnesty de l’intérieur. Des documents rassemblés par le “Akevot Institute for Israeli-Palestinian Conflict Research” ici révélés pour la première fois démontrent que certains de ceux qui étaient à la tête d’Amnesty Israël entre la fin des années 1960 jusqu’au milieu de la décennie 1970, rendaient compte de leur activité directement et en temps réel au Ministère de Affaire étrangères, se concertaient avec des fonctionnaires et demandaient des instructions sur la manière de procéder. Qui plus est, la section d’Amnesty bénéficiait à l’époque d’un financement constant qui lui était versé par le Ministère des Affaires étrangères [j’avais compris depuis ma découverte de l’oppression qui frappait la Palestine dès 2002, qu’Amnesty devait être financée là, comme dans d’autres situation de guerre, par les oppresseurs, ndlr] : des centaines de livres israéliennes pour payer des billets d’avion pour des vols vers l’étranger, des indemnités journalières pour frais de mission, des frais d’inscription et des versements de fonds destinés aux quartiers généraux de l’organisation.

Après avoir été instrumentalisé par le pouvoir israélien, qui avait infiltré un agent d’influence à la tête de la section israélienne, Amnesty est la cible d’organisations sionistes qui l’accusent, selon leur tactique la plus éculée, d’antisémitisme, en répandant notamment des logos comme celui.ci

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :