L’hypnotiseur impose sa volonté à l’hypnotisé.


Le mot foule désigne en effet : « une réunion d’individus quelconques, quels que soient , leur profession ou leur sexe, quels que soient aussi les hasards qui les rassemblent ». Cependant, ce qui est remarquable, c’est que l’individu au milieu d’une foule tend à se comporter de manière différente de la manière dont il se comporterait s’il était isolé. C’est une observation que nous devrions tous avoir faite. Pris dans un groupe, chacun semble s’aligner sur les tendances collectives. Les exemples dramatiques ne manquent pas. Nous voyons comment un individu, par ailleurs calme et posé, dans la vie ordinaire, peut devenir comme fou furieux dans un stade. Dans une classe de lycée, il y a bel et bien une atmosphère collective très différente de celle d’une autre classe. Que se passe-t-il, du simple fait qu’il y ait une réunion d’individus ? La réponse de Le Bon consiste à dire qu’alors « se forme une âme collective, transitoire sans doute, mais présentant des caractères très nets. La collectivité devient alors ce que, faute d’une expression meilleure, j’appellerai une foule organisée, ou, si l’on préfère, une foule psychologique. Elle forme un seul être et se trouve soumise à la loi de l’unité mentale des foules ». Une conscience collective se constitue spontanément, dès que plusieurs individus sont ensemble. Cette conscience tend à soumettre chacun à ses propres tendances. Le trait de génie de Gustave le Bon est de faire immédiatement un rapprochement avec la relation hypnotiseur/hypnotisé. « L’individu plongé depuis quelque temps au sein d’une foule agissante tombe bientôt dans un état particulier se rapprochant beaucoup de l’état de fascination de l’hypnotisé entre les mains de son hypnotiseur ». Celui qui est hypnotisé perd sa volonté consciente et se soumet aux suggestions de l’hypnotiseur. De même, l’empire du on collectif, l’empire de la foule fait que l’individu devient obéissant aux suggestions collectives. Or cet empire est aussi l’empire de l’inconscient qui va en quelque sorte remonter en chacun des individus et entraîner chacun dans sa mouvance. Cela explique la contagion des sentiments dans la foule : la colère, la peur, le rire, le malaise, la panique, la ferveur, mais aussi la contagion des idées par voie d’imitation spontanée. Les caractères de l’emprise de la foule sont notés ainsi par Le Bon : « Évanouissement de la personnalité consciente, prédominance de la personnalité inconsciente, orientation par voie de suggestion et de contagion des sentiments et des idées dans un même sens, tendance à transformer immédiatement en acte les idées suggérées, tels sont les principaux caractères de l’individu en foules… ». En sortant de la foule, l’individu est tout à fait capable de se délivrer de cet envoûtement et de se rendre compte qu’il s’est laissé entraîner, comme on le dit souvent, qu’il a perdu la tête. Et nous pouvons aussi bien comprendre celui qui ne quitterait pas « la foule », le « groupe », « la masse », ne sortirait pas de cette hypnose larvée et aurait quelques difficultés à retrouver ses esprits. Ce qui est original chez Le Bon, c’est de très bien noter qu’il s’agit là d’un affaiblissement de la lucidité. « Par le seul fait qu’il fait partie d’une foule, l’homme descend donc plusieurs degrés sur l’échelle de la civilisation. Isolé, c’était un individu cultivé, en foule c’est un instinctif, par conséquent un barbare. Il a la spontanéité, la violence, la férocité et aussi les enthousiasmes et les héroïsmes des êtres primitifs ». L’exemple des violences urbaines, de la violence des stades nous vient tout de suite à l’esprit et nous lui ajouterions aussi les formes de conditionnement collectif des groupes religieux intégristes, voire les exemples de suicide collectifs dans les sectes. Mais les exemples extrêmes risquent de nous faire manquer l’omniprésence du pouvoir de la conscience collective sur l’individu,car son effet se fait ressentir partout où il y a un groupe. Le Bon mentionne par exemple l’irrationalité de certaines décisions politiques ou décisions de justice. « C’est ainsi qu’on voit des jurys rendre des verdicts que désapprouverait chaque juré individuellement, des assemblées parlementaires adopter des lois et des mesures que réprouverait en particulier chacun des membres qui les composent. Pris séparément, les hommes de la Convention étaient des bourgeois, aux habitudes pacifiques. Réunis en foule, ils n’hésitèrent pas, sous l’influence de quelques meneurs, à envoyer à la guillotine les individus les plus manifestement innocents ; et contrairement à tous leurs intérêts, ils renoncèrent à leur inviolabilité et se décimèrent eux-mêmes ». Ce qui est étonnant, c’est ce pouvoir qu’a la foule de métamorphoser tout d’un coup une personnalité : « ses idées et ses sentiments se sont transformés, au point de pouvoir changer l’avare en prodigue, le sceptique en croyant, l’honnête homme en criminel, le poltron en héros. La renonciation à tous ses privilèges votée par la noblesse dans un moment d’enthousiasme . D’où la conséquence : « la foule est toujours intellectuellement inférieure à l’homme isolé ». Elle lui est inférieure, parce que la lucidité mûrit davantage dans la solitude et que la dictature du collectif endort l’intelligence. La conscience collective est toujours inférieure à celle des individus les plus éveillés qui la composent. De sorte que le « gouvernement en foule », la décision sous l’impulsion du collectif n’ont que très peu de chance d’être intelligents et éclairés. Le facteur le plus important, c’est l’inertie de la foule, le mot le dit bien, l’inertie des masses ! Maintenant, cette analyse conduit à des conclusions très inquiétantes, mais que nous n’avons pas le droit d’écarter. L’hypnotiseur impose sa volonté à l’hypnotisé. De même, il existe des moyens efficaces de manipuler la conscience collective……

Catégories :H.B.Lakhdar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :