Lettre au candidat à la présidentielle francaise : Mr Emmanuel Macron, ces quelques mots.

Lettre au candidat à la présidentielle francaise : Mr Emmanuel Macron, ces quelques mots.

 

Emmanuel Macron

Grâce aux technologies de l’information, toutes les valeurs, tous les attributs ont été universalisés ; leurs usages et retombées sont différemment exploités. Les stocks et flux migratoires sont eux-mêmes des objets de marchandage emballés dans ce capharnaüm porté par le vocable terrorisme. 

La multitude de médias mainstream et pure players y compris algériens, les obligés des puissances financières, sont devenus les transporteurs de tout et surtout de la peur.

Les féroces compétitions à la direction des pays est devenue comme une arène où le marketing et le people ou show-system des candidats vont à qui mieux-mieux dans la vente des mots brulants et de photos sentimentales ou machistes.

La relation faite de logique floue entre la France et l’Algérie n’échappe pas à ce moule. C’est en France qu’ont eu lieu les procès les plus lourds qui concernent les Algériens qui finissent souvent en queue de poisson à cause prétendument de la raison d’État et c’est en Algérie qu’une part de l’avenir économique de la France se joue et qui oblige les candidats à faire des contorsions verbales tellement la relation est explosive.

Les égoïsmes et égotismes des deux rives ont fait de l’Élysée un authentique enfer grec pour les Algériens dont la majorité est sur la défensive alors qu’ils constituent une force et un enjeu.

Pour styliser ces faits, il est proposé au Centre de recherche sur la mondialisation pour publication cet essai qui a été envoyé à Mr Emmanuel Macron via son site Internet.

 

 Mr Emmanuel Macron, ces quelques mots.

Mes félicitations pour le challenge que vous avez décidé de relever pour vous-même, votre entourage et votre pays.

Il est certain que certains mots et expressions-clés de ce texte ont été déjà utilisés par d’illustres personnes. Par honnêteté morale et reconnaissance de leur portée universelle, je dois les citer ; voulant les assumer seul, il sera fait entorse à cette éthique. Aussi, considérant amoral ce type de monopole de mots et immoral ce genre de propriété intellectuelle, j’ignorerai toute remarque qui sera faite sur cet aspect.

Loin de l’esprit des lettres ouvertes, ces quelques mots qui vous sont adressés seront portés par un ou plusieurs médias y compris votre site Internet et, relevant du respect du destinataire, du protocole épistolaire ; avant de développer les quelques points pour lesquels je serais ravi de lire votre réaction, il est de mon devoir de motiver cette initiative personnelle.

Pour donner une tonalité plus humaine dépouillée d’artéfacts à cette adresse informelle, j’aurais été heureux si la sophistication superfétatoire de la communication permettait une introduction par l’amour. Pour l’allusion à ce sentiment et sans parier, parce que tel est le cas sur ma table de travail, je suis convaincu que dans l’un de vos bureaux ou résidences trône une jarre dans laquelle vous avez mis votre fleur préférée.

J’en viens à cette très courte liste de points que je veux évoquer.

Pourquoi vous et pas un autre candidat ?

Grâce à votre constitution, vous incarnez une volonté neuve qui veut assumer le destin d’une nation. Votre loi fondamentale et votre âge vous honorent et c’est la motivation première. L’élimination des autres candidats l’est pour les quelques causes suivantes. En ignorant une lettre que j’ai rédigée qui lui a été adressée via l’Organisation des Nations Unies et aussi par voie postale au palais de l’Élysée, le président en exercice de votre République et ce qu’il ordonne contre certains pays africains et/ou arabes l’exclue de la sélection. Son prédécesseur et ce qu’il a fait dans ces mêmes pays et ce qu’il projette à faire subir à certaines communautés en France y compris l’algérienne le place en dehors des destinataires. Ignorant l’âge de vos compétiteurs, et si erreur il y a, elle sera excusée, le doyen des candidats, dans une déclaration devant le Conseil de sécurité de l’ONU a dit : « Le monde est en train de vivre l’une de ces grandes révolutions qui changent le cours de l’Histoire : de l’Afrique du Nord au Golfe Persique, les peuples arabes clament leur aspiration à la liberté et à la démocratie ! » Le grand fossé entre ces mots et leur mise en œuvre le disqualifie.

Les objectifs de ces trois personnalités françaises, qui légitimement, dans une position optimale défendent les intérêts de votre peuple, menacent directement l’intégrité territoriale de ma patrie et les intérêts du peuple auquel j’appartiens ; le spectre d’un conflit venant du Sud de l’Algérie et la partition de ma patrie est un cauchemar pour le rédacteur de ces mots.

Les différences constitutionnelles : une problématique commune

En excluant deux catégories de la population, les expatriés et les moins de quarante (40) ans, de la compétition à l’élection présidentielle et à l’exercice de certaines fonctions, la loi fondamentale algérienne qui a oublié que l’un des négociateurs des Accords dits d’Évian et ses leaders révolutionnaires avaient trente (30) ans voire moins, empêche mes compatriotes d’aller vers ces défis, vers ces ambitions.

Malgré ce constat, la constitution algérienne a une qualité, dans son acception neutre, qui est absente dans la vôtre et elle concerne les langues. Même si dans le fond, il s’agit d’une dangereuse arnaque ; dans la forme, l’Algérie a inscrit le tamazight et non pas le berbère, comme langue nationale officielle ; dans la vôtre, seule la langue française l’est.

Contre des souffrances atroces subies par certains des miens y compris les Terguis, grâce à des actions même discontinues de femmes et d’hommes, c’est l’amazighité de toute l’Afrique du Nord qui s’est réveillée et qui a atteint même l’Égypte.

Le caractère multiculturel de mon pays est ainsi reconnu, sa dotation d’un hymne national bilingue l’animera d’une nouvelle énergie.

Les communautés amazighes qui vivent en France sont un trésor qui s’est déplacé chez vous ou un capital humain dans son sens mercantile qui participe à l’essor de votre pays.

Les enjeux linguistiques et culturels valent cher.

Le stock migratoire algérien en France est alimenté sans cesse par des flux. Il constitue un levier de négociation de prime importance. La coopération dans les domaines du respect de leur dignité et identité ainsi que leurs impacts dans les échanges économiques dans le volet transferts de capitaux y compris les rentes viagères sont des enjeux colossaux, leurs incidences sur des aspects encore plus stratégiques pour l’avenir commun sont à apprécier avec rigueur et sagesse. En rappelant que d’autres trésors ou « capitaux » humains algériens se sont constitués dans les pays anglo-saxons essentiellement et sont de plus en plus actifs avec le pragmatisme éprouvé de cet espace, la concurrence sera rude entre la France et les autres pays qui font de cette dimension un vecteur de pénétration. Votre vision, Mr Macron, sur cette composante gagnerait à être connue de tous pour préparer mieux le futur.

L’histoire et ses abcès

La France et l’Algérie ont une histoire commune faite de guerres et de coopération avec une position dominante de votre pays sauf dans celui de la volonté de mes compatriotes de s’affranchir de son colonisateur en décidant de libérer ma patrie par une révolution.

Rien ne remplace une vie. Les effets négatifs et les différends en suspens constituent des abcès qui doivent être crevés. Même si le travail nécessaire est volumineux, une action inspirée par le procès Nuremberg ou faite de négociations et clôturée par un traité d’entente ou de paix serait une catharsis, une excellente si elle se fait comme la réconciliation franco-allemande.

 L’avenir et ses aléas

Avec beaucoup de circonspection pour l’avenir de l’Union européenne que j’assois sur ces quelques motifs non exhaustifs : 1) la naissance de nouveaux blocs régionaux de diffusion de puissance, 2) l’état économique stationnaire de l’U.E, 3) le caractère chancelant de l’euro ; il sera agi pour : 1) la révision de fond en comble du fonctionnement de l’Union pour la méditerranée (U.P.M) et des règles appliquées dans les échanges commerciaux ; 2) la remise sur la table des négociations des détails de la mise en œuvre de la Politique européenne de voisinage, 3) la dotation de l’Afrique du Nord y compris les pays du Sahel d’une monnaie commune dédiée exclusivement aux relations financières internationales et commerce des ressources naturelles afin de faire disparaitre le criminel Franc CFA.

Cette monnaie, le franc CFA, est un motif sérieux pour  amender le Statut de Rome de la Cour pénale internationale et la Convention internationale sur le terrorisme pour inclure ce type de monnaie comme instrument génocidaire.

Même si dans une longue de bois, la liste des points qui méritent l’attention est interminable, la mienne s’arrête là.

Dans l’espoir de vous lire, je vous prie, Mr Emmanuel Macron, de croire en mes salutations respectueuses et vous souhaite victoire, ainsi il sera possible de rappeler ces quelques mots et d’en ajouter d’autres qui concerneraient les affaires et contentieux judiciaires.

Chérif Aissat,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s