Le décret de 1636 sur l’esclavage à vie à La Barbade est l’un des tout premiers exemples de légalisation de l’esclavage raciste dans l’histoire moderne.

À l’époque, et depuis 1629, La Barbade (d’abord colonisée en 1627 par William Courteen) est la propriété privée de James Hay, comte de Carlisle.

L’île est placée sous l’autorité d’un gouverneur Henry Hawley assisté d’un conseil de sept membres que ce gouverneur a désignés.

Le décret, qui place à part les esclaves d’origine non-européenne (à la différences des engagés européens, titulaires d’un contrat à durée déterminée) déclare que « les nègres et les indiens, amenés à la Barbade pour y être vendus, serviront toute leur vie, à moins d’un contrat préliminaire ».

Plus tard, en 1661, un code des esclaves « Act for Better Ordering and Governing of Negroes » sera adopté à La Barbade. Il sera appliqué (moyennant quelques modifications) dans d’autres colonies britanniques : en Virginie (1662), Jamaïque (1664), en Caroline du sud (1696), et à Antigua (1702)

James Hay, comte de Carlisle propriétaire de La Barbade en 1636

james-hay