La population musulmane de Cuba augmente

Pourquoi la population musulmane de Cuba augmente



Jeudi 29 Décembre 2016

 

Les Musulmans de Cuba en images

Pourquoi la population musulmane de Cuba augmente
 Pourquoi la population musulmane de Cuba augmente            Lucy Westcott, Newsweek (USA)  traduit de l’anglais par Djazaïri

La première fois qu’un Pape a posé le pied à Cuba, c’était en 1998, avec le voyage de Jean-Paul II dans cet Etat communiste. La visite était consécutive au dégel entre le Vatican et le président cubain Fidel Castro qui avait interdit la religion au moment où il avait pris le pouvoir en 1959. La population catholique majoritaire de Cuba avait accueilli le souverain pontife avec enthousiasme ; des centaines de milliers de personnes, dont Castro lui-même, avaient assisté à la messe dite par le Pape à La Havane. Entre temps, un nombre plus petit d’autres Cubains avait tiré ses propres conclusions de la plus grande tolérance du régime à l’égard de la religion : Peut-être que, très bientôt, l’Etat accepterait mieux l’islam également.

La religion musulmane se développe discrètement à Cuba, où il y a environ 9 000 Musulmans. S’ils ne représentent qu’une minuscule fraction des 11,3 millions d’habitants de Cuba, leur nombre est significativement plus élevé que la dizaine du début des années 1990. « Le Parti Communiste a pris des décisions pour ouvrir le pays à la pluralité religieuse, » explique Michael Leo Owens, professeur de science politique à l’Emory University d’Atlanta. « L’Islam va naturellement se développer. »

Du fait que l’Islam n’a pas une histoire longue à Cuba, la plupart des Musulmans de l’île sont des convertis qui ont découvert la foi après avoir discuté avec des étudiants et des diplomates de passage originaires de pays à majorité musulmane, explique Joan Alvado, un photojournaliste qui vit à Barcelone en Espagne. A partir de 2014, Alvado a photographié la vie quotidienne des Musulmans de Cuba dans la capitale La Havane et ailleurs dans le pays. Tout récemment, Alvado est retourné à Cuba de début octobre à début novembre pour poursuivre son exploration de cette frange culturelle, et son travail est présenté ici.

Osman Reyes, un des sujets d’Alvado, s’est converti à l’Islam en juin 2015. Il dit que cette religion l’ai aidé à se sentir « plus libre, » selon Alvado. Reyes vit près de la ville de Camaguey, au centre de Cuba, où les Musulmans locaux ont fondé une petite mosquée dans la maison d’un particulier au début des années 2000.

Malgré leur appartenance à la communauté religieuse en plus forte croissance dans le monde – une étude du Pew Research Center estime que la population musulmane mondiale va s’accroître de 75 % d’ici 2050 – les Musulmans de Cuba peuvent sembler presque invisibles, même aux yeux d’autres Cubains. « Personne à La Havane, pas même mes amis cubains, savaient qu’il y avaiet des Musulmans, » observe Alvado.

Au début des années 1990, la poignée de Cubains musulmans risquait une possible persécution de la part du régime pour leur pratique religieuse, mais la plupart d’entre eux pratiquaient en privé ; peu de gens étaient capables de leur donner des enseignements sur leur nouvelle religion. Aujourd’hui, ils ont un encadrement, des professeurs et un grand lieu de culte qui a ouvert à La Havane en juin 2015. La mosquée fournit des vêtements musulmans traditionnels aux hommes et aux femmes et donne un agneau aux fidèles pendant le mois de Ramadan.

S’adapter à l’Islam n’a pas été une démarche anodine pour les Cubains, dont beaucoup ont grandi en consommant du porc et de l’alcool. La plupart des Cubains se sont adaptés graduellement. Le manque d’experts ou d’imams pour les guider a fait que d’anciennes traditions persistent alors même que les convertis adoptent un nouveau style de vie sous l’égide de l’Islam. Dans une de ses photos, Alvado montre un petit arbre de Noël à côté d’un drapeau saoudien vert. Les décorations appartiennent à une Cubaine née dans le catholicisme qui est musulmane depuis cinq ans. « Elle continue à mettre l’arbre de Noël chaque année, » explique Alvado. « La communauté musulmane à Cuba est vraiment jeune. »

On ignore si la mort de Castro en novembre dernier va affecter le renouveau religieux à Cuba. Castro avait déjà transmis les rênes du pouvoir à son jeune frère Raul en 2008 même s’il avait continué à incarner une faction puissante et sans compromis dans la politique cubaine. « Les tenants d’une ligne dure dans le gouvernement cubain ont perdu leur plus grand porte-voix, » explique Andrew Otazo, directeur du Cuba Study Group, un think-tank basé à Washington. Les Cubains vont attendre avec anxiété pour voir si la mort de Castro débouchera sur des réformes ou si les tenants de la ligne dure – inquiets d’affirmer leur position – réprimeront la religion. « Est-ce qu’il y aura plus de liberté religieuse ou de possibilité de pratiquer sa religion si c’est ce que vous voulez? C’est la grande question, » dit-il.

yarima

 

mosquée la havane.jpg

Capitole la Havane.jpg

ouragan prière.jpg

Rosalba.jpg

rolando

Rolando Tamayo, 30 ans, se repose à la maison avec sa fille. Rolando, qui se nomme Mustafa dans les contextes musulmans, s’est converti à l’ islam en 2012, et est maintenant l’imam de la province cubaine de Sancti Spiritus.sapin noel.jpg

boris viana.jpg

lazara-molina

duyanah.jpg

rosalba-lamanier

aguero.jpg

dario.jpg

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.