Alep n’est pas tombée, Alep est libérée.

                                                                                                                                                                 Arménien d’Alep: «Regardez ce qui arrive quand vous les appelez « rebelles »» «La dissonance», c’est le juste mot pour expliquer ce que peut éprouver un internaute en cherchant en ligne des actualités sur Alep. D’un côté, les médias mainstream déplorent la «chute» et le triste sort des «rebelles modérés» en danger. De l’autre, ce sont des clichés des habitants d’Alep en liesse célébrant la libération du joug islamiste. © SPUTNIK. MIKHAIL ALAEDDIN «Des terroristes crucifiaient les gens». Libérés, les habitants d’Alep témoignent Alep « tombée » ou « libérée » ? Première option si on écoute les médias mainstream et si on s’appuie sur les témoignages de ceux à qui ces derniers donnent la parole, de ceux qui disent devant la caméra qu’ils « voulaient juste être libres » et oubliant d’expliquer quel est la relation entre la notion de liberté et la vie selon les règles imposées par les djihadistes. Seconde option si on voit la liesse des habitants, musulmans ou chrétiens, qui célèbrent la victoire des forces armées gouvernementales dans les rues de la ville. « Alep n’est pas tombée, Alep est libérée. C’est une ville libre maintenant, libérée des djihadistes bien sûr », confirme en plein milieu des ruines Vahan Vaghian, un Arménien syrien de 23 ans. Tournée par SOS Chrétiens d’Orient, sa vidéo a été mise en ligne par Valeurs Actuelles. © REUTERS/ KHALIL ASHAWI Les habitants d’Alep retrouvent peu à peu leur foyer À la question de savoir comment il était possible de parler de victoire alors que la ville est à ce point en ruines ce jeune étudiant répond : « Oui, mais à quoi vous attendiez-vous ? C’est la guerre, bien sûr qu’il y a des destructions. C’est l’une des pires guerres de l’histoire. Nous sommes tristes que la ville soit détruite, mais tout sera reconstruit à nouveau ». Certes, ce sont les zones qui étaient occupées par les djihadistes qui sont détruites, argumente Vahan, avant de souligner que l’armée syrienne avait tout fait pour récupérer Alep-Est. « Nous ne pouvons pas leur reprocher, parce que ces djihadistes voulaient détruire nos vies et ces djihadistes nous bombardaient aussi. Il était normal que l’armée réponde », explique le jeune.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.